Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

La CSN dépose son recours contre la loi 15

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…
Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

À quand une vraie reconnaissance pour toutes celles qui participent au développement de nos enfants en…
Les sages-femmes dénoncent le chantage de Sonia LeBel

Les sages-femmes dénoncent le chantage de Sonia LeBel

Flanquée des représentantes et représentants du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN) et de la Fédération…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Forte de la récente victoire en Cour suprême,

La CSN dépose son recours contre la loi 15

Dans la foulée de la décision récente de la Cour suprême qui rend constitutionnel le droit de faire la grève, la CSN a déposé devant la Cour supérieure un recours contre la loi 15 sur les régimes de retraite des employé-es municipaux pour contester constitutionnellement l’entrave à leur droit d’association.

Les démarches de la CSN portent fruit

La CSN n’a pas hésité à se rendre devant le plus haut tribunal du pays afin de faire reconnaître le caractère constitutionnel de ce droit. La CSN était d’ailleurs la seule intervenante parmi les centrales syndicales à effectuer des représentations dans ce sens. Elle est tout aussi déterminée dans son recours d’aujourd’hui et se montre très confiante, avec cette récente victoire, d’obtenir le droit à un véritable processus de négociation pour la restructuration des régimes de retraite des employé-es municipaux.

Un cas concret

« Un salarié de 55 ans participant actif du Syndicat des employés d’entretien de la Société de transport de la Rive-Sud et admissible à la retraite dès le mois de juin pourrait perdre avec la nouvelle loi jusqu’à 4160 $ par année jusqu’à l’âge de 65 ans, soit pendant 10 ans. Par la suite, ses pertes s’élèveraient à 3510 $ par année jusqu’à la fin de sa vie. Considérant son espérance de vie à 85 ans, cela représenterait 111 800 $ de perte au total », souligne Denis Marcoux, le président de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN).

« Ces données constituent l’exemple par excellence que la loi 15 représente une baisse radicale des conditions de travail imposée sans permettre le droit de grève », rappelle le président de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN), Denis Marcoux. C’est scandaleux, surtout quand on sait que le ministre avait exagéré le déficit de 1,3 milliard. »

« Un véritable processus de négociation constitue la meilleure voie pour en arriver à établir les paramètres qui assureront la pérennité des régimes de retraite. Or, la loi 15 nie complètement ce droit à la négociation. Par son adoption, le gouvernement libéral a affiché son plus grand mépris des droits fondamentaux contenus dans la Charte des droits et libertés. Comme nous l’avons fait pour la reconnaissance du droit de grève, nous nous battrons jusqu’au bout afin qu’elle soit invalidée pour cause d’inconstitutionnalité », conclut la vice-présidente de la CSN, Francine Lévesque.

·

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket