Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

La CSN lance la campagne Notre SAQ

Du même SUJET

La CSN salue le lancement de l’appel de projets du programme Ambition-Compétences par le ministre Jean Boulet

La CSN salue le lancement de l’appel de projets du programme Ambition-Compétences par le ministre Jean Boulet

La CSN salue l’annonce ce matin par le ministre du Travail et la Commission des partenaires…
Le syndicat craint pour la sécurité des salarié-es de la SAQ

Le syndicat craint pour la sécurité des salarié-es de la SAQ

Pour le Syndicat des employé(e)s de magasins et de bureaux de la SAQ (SEMB-SAQ–CSN), les mesures…
Les syndicats affiliés la FEESP–CSN misent sur la sécurité avant tout

Les syndicats affiliés la FEESP–CSN misent sur la sécurité avant tout

Pour le Syndicat des employé-es de magasins et de bureaux de la SAQ (SEMB-SAQ–CSN) ainsi que…
Encore du travail à faire à la table de négociation

Encore du travail à faire à la table de négociation

Après avoir pris connaissance des nouvelles offres salariales présentées par le gouvernement aux travailleuses et travailleurs…
On s’en va dans le mur, selon la vaste majorité du personnel du réseau de la santé

On s’en va dans le mur, selon la vaste majorité du personnel du réseau de la santé

La vaste majorité du personnel du réseau de la santé et des services sociaux considère que…
Des choix s’imposent

Des choix s’imposent

Lettre signée par Jacques Létourneau, président de la CSN, Daniel Boyer, président de la FTQ, et…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Libéralisation du marché des produits de l’alcool

La CSN lance la campagne Notre SAQ

Début décembre, la CSN a lancé une campagne d’information sur le thème Notre SAQ, afin de rectifier plusieurs faits concernant la SAQ et ses résultats. Dans le cadre de cette campagne, les 18, 19 et 20 décembre prochain, des syndiqué-es de la SAQ, membres de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) distribueront à la clientèle un dépliant d’information aux abords de toutes les succursales partout au Québec.

Pour la CSN, cette campagne est devenue nécessaire à la suite du dépôt du rapport de la Commission permanente de révision des programmes qui suggère d’accorder une plus grande place au privé dans la vente de vins et de spiritueux. La CSN juge que le rapport Robillard fait une analyse superficielle basée sur des données erronées ou incomplètes des résultats de la SAQ. « Il est important de déconstruire certaines idées préconçues et fausses au sujet de la SAQ avant de prendre une décision d’une telle importance », affirme Jean Lortie, secrétaire général de la CSN.

La centrale syndicale soutient que la SAQ génère des retombées significatives pour le Québec et pour l’ensemble de ses régions. En plus de rapporter plus d’un milliard de dollars en redevances à l’État, la SAQ possède une expertise mondialement reconnue, notamment au niveau de l’analyse des produits avec son laboratoire à la fine pointe de la technologie qui permet d’assurer, en amont, la qualité de tous les produits offerts. La société d’ État est également un important vecteur de développement des différentes régions par la création de plus de 7000 emplois répartis sur un vaste réseau de plus de 400 succursales. Les employé-es, en majorité dans les succursales, jouent un rôle conseil efficace et apprécié par une majorité de consommateur, 93 % selon un sondage commandé par la SAQ.

La CSN croit que la libéralisation n’est qu’une forme de privatisation du marché et n’apportera aucun avantage significatif, ni pour l’État, ni pour le consommateur, ni pour les employé-es. Plusieurs exemples de privatisation existent au Canada, dont ceux de la Colombie-Britannique et de l’Alberta, et aucun ne permet de conclure que les prix diminueraient ou que l’expertise serait maintenue si le gouvernement Couillard privilégiait cette voie au Québec. « On s’apprête à démanteler une société d’État performante, créatrice de richesses et à jeter aux oubliettes une expertise longuement développée pour s’aventurer dans une voie qui ne profitera à personne », soutient Jean Lortie.

À ceux et celles qui critiquent certaines orientations de la SAQ, la CSN répond qu’il y a toujours lieu d’améliorer les choses, mais que pour cela, il faut que le gouvernement affirme haut et fort que la SAQ demeure publique.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket