Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

La CSN presse le gouvernement d’agir

Du même SUJET

Le syndicat invite Glencore et le gouvernement à plus de transparence

Le syndicat invite Glencore et le gouvernement à plus de transparence

Afin de protéger la santé des travailleuses et des travailleurs, de leur famille et de leurs…
L'« amazonification » de la SAQ est commencée

L'« amazonification » de la SAQ est commencée

Plusieurs conseillères et conseillers en succursales de la SAQ ont constaté que divers produits de niche…
Un congrès tout en solidarité pour le Conseil central du Saguenay Lac-Saint-Jean–CSN

Un congrès tout en solidarité pour le Conseil central du Saguenay Lac-Saint-Jean–CSN

Les congressistes présents ont pu échanger sur de nombreux enjeux touchant le monde du travail :…
Il ne faut pas oublier celles et ceux qui vivent de la forêt

Il ne faut pas oublier celles et ceux qui vivent de la forêt

Afin de rétablir la population de caribous forestiers, la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) est consciente…
Rolls-Royce Canada doit redevenir un employeur de choix

Rolls-Royce Canada doit redevenir un employeur de choix

Au moment où tous les employeurs du Québec jouent du coude pour attirer et retenir la…
La CAQ trouvera la CSN sur son chemin

La CAQ trouvera la CSN sur son chemin

À l’approche de la prochaine campagne électorale, la présidente de la CSN, Caroline Senneville, met en…

Désenclavement de la Côte-Nord

Photo : Francis Vachon
Photo : Francis Vachon

La CSN presse le gouvernement d’agir

Réunis en conseil confédéral à Drummondville cette semaine, les délégué-es de la centrale syndicale, provenant de toutes les régions du Québec, ont mandaté la CSN d’agir en ce sens.

« Le Québec regorge de ressources naturelles », a fait remarquer Jacques Létourneau, président de la CSN, lors d’un point de presse tenu à l’Assemblée nationale plus tôt aujourd’hui. « Mais, afin que le savoir-faire québécois puisse s’exercer, afin que la main-d’œuvre puisse contribuer à sa pleine mesure à l’essor économique du Québec, afin que les travailleuses et les travailleurs puissent s’épanouir et faire vivre décemment leur famille, encore faut-il que l’ensemble des régions du Québec puissent bénéficier des infrastructures nécessaires à leurs besoins socioéconomiques. En ce sens, le gouvernement québécois se doit d’agir en matière de transport pour désenclaver la Côte-Nord. »

Le président du Conseil central Côte-Nord – CSN, Guillaume Tremblay, a rappelé que le gouvernement avait annoncé, lors du dévoilement du budget 2018-2019, la création d’un bureau de projet pour étudier la construction d’un pont entre Baie-Sainte-Catherine et Tadoussac ainsi que l’inscription de ce projet au Plan des infrastructures 2018-2028. « Malgré les promesses, le gouvernement n’a toujours pas donné le mandat pour faire l’étude de la faisabilité du projet, explique-t-il. Alors qu’on multiplie les projets autoroutiers autour des grands centres métropolitains, Blanc-Sablon n’est encore accessible que par bateau ou par avion. On paye pourtant des taxes et des impôts comme tout le monde. Il est grand temps qu’on arrête de considérer les gens de la Côte-Nord comme des citoyens de seconde zone. Quand une région demeure enclavée, c’est l’ensemble des régions du Québec qui en souffre. »

La CSN est membre de la Coalition Union 138, qui vise à relier les régions de Charlevoix et de la Côte-Nord et l’achèvement de la route 138. Présente tant dans les secteurs public que privé, la CSN regroupe 300 000 travailleuses et travailleurs, et ce, dans l’ensemble des régions du Québec.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket