Meilleures pratiques en soutien à domicile et en CHSLD

15 mai 2018

La CSN salue le réinvestissement en soutien à domicile

L’investissement dans le soutien à domicile doit s’accompagner de mesures structurantes pour enrayer la pénibilité du travail qui nuit à l’embauche et la rétention des intervenants et intervenantes.

« Les 95 millions d’investissements supplémentaires en soutien à domicile, annoncés ce matin par le ministre Barrette, devront impérativement servir à renforcer le rôle du secteur public et des équipes interdisciplinaires des CLSC si on souhaite améliorer durablement la situation. Nous saluons cette annonce qui va dans le bon sens et nous en appelons à toutes les directions des établissements pour qu’elles travaillent avec les syndicats afin de réunir les conditions nécessaires à rendre ces emplois plus attrayants afin qu’on puisse pourvoir ces postes et véritablement agir sur les surcharges de travail.»

Jean Lacharité a pris la parole notamment pour plaider en faveur du renforcement du réseau public et dénoncer le recours croissant au minutage des actes en soutien à domicile.

C’est ainsi que le vice-président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), Jean Lacharité, commente d’investissements faite en marge du Forum sur les meilleures pratiques : usagers, CHSLD et soutien à domicile, qui s’est tenu hier et aujourd’hui, à Québec. La CSN y a plaidé pour une plus grande place du personnel du réseau public dans la recherche de solutions.

Le 24 avril, la CSN tenait un forum provincial sur l’amélioration du soutien à domicile. Des auxiliaires aux services de santé et sociaux (ASSS), des travailleuses et travailleurs sociaux, des physiothérapeutes, des ergothérapeutes et des infirmières, notamment, ont pris part à ces échanges. Quant aux pistes d’amélioration à explorer en soutien à domicile, il en est ressorti qu’il faudra :

  • mieux définir l’offre de soins et de services à domicile;
  • investir à la hauteur des besoins;
  • stopper la privatisation;
  • favoriser le travail interdisciplinaire;
  • reconnaître et mieux soutenir les proches aidants.

Pour la CSN, qui a notamment présenté les les faits saillants de son propre forum du 24 avril, les salarié-es qui travaillent en soutien à domicile ont soif de contribuer à améliorer les services. « Les solutions, ils les connaissent, poursuit Jean Lacharité. Leur imposer le minutage des soins et une surcharge de travail est une mauvaise avenue, non seulement pour leur qualité de vie au travail, mais surtout pour la qualité des services auxquels les Québécoises et les Québécois ont droit. De même, la privatisation de ces services nuit à la prévention, car les agences privées de personnel ne font pas partie des équipes interdisciplinaires des établissements comme les ASSS. De plus, cela mine l’objectif d’assurer une continuité dans les soins. »

« Les techniciennes, les techniciens et les professionnel-les qui œuvrent en soutien à domicile vivent une détresse importante. La pression croissante, la surcharge de travail et le manque de moyens adéquats mènent à de l’insatisfaction au travail, car ils voient bien que le réseau public n’arrive pas à assurer à toutes et à tous un niveau de services suffisant pour améliorer leur qualité de vie et prévenir la détérioration de leur état de santé. L’investissement dans le soutien à domicile doit s’accompagner de mesurer structurantes pour enrayer la pénibilité du travail qui nuit à l’embauche et à la rétention des intervenants et intervenantes », ajoute Danny Roy, président du Syndicat des techniciennes, techniciens et professionnèles de la Capitale nationale (FP–CSN).

Relever les conditions de travail
La CSN ne croit pas qu’on pourra favoriser les meilleures pratiques en s’appuyant sur des salarié-es épuisés et mal rémunérés. En soutien à domicile, les travailleuses du secteur privé gagnent à peine plus que le salaire minimum. Dans le secteur public, les ASSS attendent toujours une véritable reconnaissance, car on leur a délégué plusieurs actes ces dernières années sans revoir leur rémunération.

Dans les CHSLD, les mauvaises conditions de travail — salaires, surcharge de travail, horaires compliqués, postes précaires — font en sorte que les établissements peinent à recruter des préposé-es aux bénéficiaires, et ce, malgré l’engagement formel du ministre Barrette. Par ailleurs, il faudra bien reconnaître un jour qu’il manque de places dans les CHSLD.

« Nous partageons le constat selon lequelle les préposés aux bénéficiaires sont au cœur des processus d’amélioration de la qualité dans les CHSLD tout comme les auxiliaires aux services de santé et sociaux le sont dans le soutien à domicile, poursuit le vice-président de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), Guy Laurion. Il importe aussi qu’ils soient placés dans des conditions qui leur permettent d’exercer pleinement leurs compétences, ce qui est souvent difficile, notamment en raison des surcharges de travail. Lorsque le personnel est reconnu et valorisé, et qu’il est appuyé par la direction, sa contribution est souvent de grande valeur en termes d’amélioration de la qualité des soins. »

Avec plus de 100 000 membres en santé et services sociaux, dans toutes les catégories professionnelles, la CSN est l’organisation syndicale la plus représentative du secteur de la santé et des services sociaux, notamment dans le soutien à domicile. Aux côtés de médecins, de cadres et d’usagers, la CSN prône une série de solutions pour remettre le réseau sur ses rails. Ces solutions peuvent être consultées au 15solutions.org.

← Précédent Grève nationale et manifestation à Québec 15 mai 2018
Suivant → Les syndicats d’Alstom et de Bombardier demandent au gouvernement d’agir rapidement 15 mai 2018
Partager
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Pour information
Jean-Pierre Larche jean-pierre.larche@csn.qc.ca

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/la-csn-salue-le-reinvestissement-en-soutien-a-domicile/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.