Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

La dernière offre globale de l’employeur rejetée massivement

Du même SUJET

Rolls-Royce Canada doit redevenir un employeur de choix

Rolls-Royce Canada doit redevenir un employeur de choix

Au moment où tous les employeurs du Québec jouent du coude pour attirer et retenir la…
Des briseurs de grève chez Rolls-Royce Canada

Des briseurs de grève chez Rolls-Royce Canada

Le 6 avril, devant le Tribunal administratif du travail (TAT), Rolls-Royce Canada a admis avoir eu…
Entente entre le STT du Provigo Port-Cartier (CSN) et l’employeur

Entente entre le STT du Provigo Port-Cartier (CSN) et l’employeur

Réunis en assemblée générale le 5 avril 2022, les membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses…
Entente de principe entre le STT du Provigo Sept-Îles (CSN) et l’employeur

Entente de principe entre le STT du Provigo Sept-Îles (CSN) et l’employeur

Réunis en assemblée générale le 28 mars 2022, les membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses…
Lock-out sauvage chez Rolls-Royce : les salarié-es déclenchent la grève

Lock-out sauvage chez Rolls-Royce : les salarié-es déclenchent la grève

Rolls-Royce Canada a choisi aujourd’hui de mettre ses salarié-es en lock-out, de façon sauvage, au moment…
Bilan et perspectives 2021-2022 – Les travailleuses et travailleurs méritent mieux

Bilan et perspectives 2021-2022 – Les travailleuses et travailleurs méritent mieux

C’est ce matin que la présidente de la CSN, Caroline Senneville présentait aux médias le bilan…

Rolls Royce Canada

DMorissette_4051

La dernière offre globale de l’employeur rejetée massivement

Réunis en assemblée générale le 11 mai 2022, les travailleuses et les travailleurs de Rolls Royce Canada ont rejeté la dernière offre globale de l’employeur dans une proportion de 94 %.

Les 530 salarié-es spécialisés dans l’entretien des moteurs d’avions n’acceptent pas de mettre fin au régime de retraite à prestations déterminées comme le demande l’entreprise. Rolls Royce maintient également sa demande d’un gel des salaires d’une durée de deux ans. Ils sont en lock-out depuis le 15 mars.

« Quand nous reprendrons le travail ce sera avec une bonne convention collective qui sera satisfaisante pour tous nos membres, réitère le président du Syndicat des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada (CSN), Frédéric Labelle. Pas question de baisser les bras ! Nous sommes déterminés à contrer les reculs que Rolls Royce veut nous imposer. »

Sans convention collective depuis mars 2020, les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce Canada, spécialistes de l’entretien des moteurs d’avion, demandent un contrat de travail de cinq ans. Ils veulent notamment éliminer les clauses « orphelin » du régime de retraite et de l’assurance collective, améliorer les salaires et les horaires de travail ainsi que bonifier les congés.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket