Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

La FEESP-CSN dénonce des offres patronales aux allures de reculs

Du même SUJET

Les sages-femmes adoptent une entente collective de quatre ans

Les sages-femmes adoptent une entente collective de quatre ans

Les membres du Regroupement Les sages-femmes du Québec ont entériné mercredi l’accord de principe intervenu le…
Nouvelle convention pour le syndicat de la Scierie de Petit Paris

Nouvelle convention pour le syndicat de la Scierie de Petit Paris

Les membres du Syndicat des travailleurs de la Scierie de Petit Paris–CSN se sont réunis en…
« Trop peu, trop tard », dénoncent les syndicats du réseau

« Trop peu, trop tard », dénoncent les syndicats du réseau

Bien qu’elles accueillent favorablement l’annonce du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) de…
La dernière offre patronale rejetée massivement

La dernière offre patronale rejetée massivement

Réunis en assemblée générale ce dimanche, les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce Canada (RRC) ont…
Un nouveau syndicat découvre la « manière CSN »

Un nouveau syndicat découvre la « manière CSN »

Nouvellement syndiqués à la CSN, les membres de l’Union des travailleuses et travailleurs de Locweld–CSN étaient…
Les employé-es de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges font la grève

Les employé-es de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges font la grève

Le Syndicat des employé-es de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges–CSN a exercé son droit de grève ce…

Négociation 2015

La FEESP-CSN dénonce des offres patronales aux allures de reculs

Dans le cadre du renouvellement des conventions collectives du secteur public qui viendront à échéance le 31 mars 2015, les syndicats des secteurs scolaire et soutien cégeps de la Fédération des employées et employés de services publics de la CSN (FEESP-CSN) ont reçu, hier, les offres sectorielles des comités patronaux de négociation.

« Après les offres méprisantes du Conseil du trésor lundi, le personnel de soutien en éducation reçoit ces offres sectorielles comme une seconde gifle, affirme Marjolaine Côté, vice-présidente de la FEESP. Les employé-es de soutien dans nos écoles et nos cégeps, comme toutes les travailleuses et tous les travailleurs du secteur public, feront doublement les frais des politiques d’austérité de ce gouvernement. Tout d’abord, à titre de contribuables, ils seront frappés de plein fouet par les hausses de tarif. Et, de surcroît, on viendra jouer dans leurs conditions de travail et on les appauvrira avec un gel salarial. » ajoute Mme Côté.

Pour Johanne Cadieux, présidente du Secteur soutien cégeps, le projet présenté mercredi par le Comité patronal de négociation des collèges (CPNC) est très inquiétant. « Il est difficile pour nous d’analyser clairement ce projet puisqu’il n’y est question que de grands principes. Toutefois, au travers des enlignements, on entrevoit clairement l’intention d’enlever des droits aux employé-es de soutien pour en donner davantage aux gestionnaires ».

Toujours selon Mme Cadieux, les demandes patronales manquent de cohérence. « D’un côté, le CPNC reconnaît les difficultés qu’éprouvent les cégeps à attirer et à retenir du personnel et, de l’autre, il propose d’augmenter la charge de travail et de maintenir le personnel de soutien dans des postes de plus en plus précaires. Comment pense-t-il intéresser des jeunes à venir travailler dans nos collèges? » La présidente se dit aussi déçue de constater que le dépôt patronal ne s’attarde pas à trouver des solutions à des enjeux réels. Elle rappelle que le Secteur soutien cégeps a fait un important travail pour cibler ses demandes et apporter des solutions. « Sur la précarité, par exemple, nous proposons des mesures concrètes pour la diminuer, alors que le CPNC semble vouloir l’accentuer. »

Ces nombreuses demandes patronales s’ajoutent aux compressions supplémentaires annoncées cet automne. « La réduction des effectifs semblent incontournable pour le gouvernement. Nous répétons, comme tous nos partenaires du milieu collégial, que ces décisions du ministre Bolduc entraîneront inévitablement des coupes dans les services aux étudiants. » déclare Mme Cadieux. Même constat désolant du côté du secteur scolaire. « Les dépôts des Comités patronaux de négociation pour les commissions scolaires francophones et anglophones (CPNCF et CPNCA) témoignent d’un manque flagrant de considération pour le personnel de soutien des écoles et d’une grande méconnaissance de notre travail au quotidien », soulève Danielle Beaulieu, présidente du secteur scolaire.

« Derrière les mots souplesse, flexibilité et polyvalence, qui reviennent à maintes et maintes reprises dans les cahiers du CPNCF et CPNCA, se cachent principalement deux objectifs, à peine dissimulés : multiplier les tâches des employé-es de soutien et retirer des bénéfices obtenus lors des négociations antérieures. » poursuit Mme Beaulieu.

Dans le contexte actuel, avec un éventuel projet de loi de fusion des commissions scolaires qui insécurise l’ensemble des travailleuses et des travailleurs du milieu scolaire, la présidente critique aussi le manque de vision des dépôts. « Les comités patronaux ne semblent pas comprendre que l’ensemble des acteurs du milieu devra travailler étroitement ensemble dans les prochains mois, pour faire face aux chambardements qui s’annoncent. Avec des demandes patronales importantes sur les mouvements de personnel, les employé-es de soutien deviennent une marchandise que les commissions scolaires peuvent déplacer à leur guise. Rien de bien valorisant pour notre monde! »

Force est de constater qu’un grand fossé sépare les demandes déposées par les secteurs du soutien scolaire et du soutien cégeps et les documents déposés mercredi par les comités patronaux. « Nous répétons au gouvernement que nous voulons négocier de bonne foi. De son côté, est-il prêt à en faire autant? Avec ce que nous avons sur la table, la question se pose. » a déclaré Marjolaine Côté. Les rencontres de négociation aux tables des secteurs scolaire et soutien cégeps débuteront en janvier.

« Nous sommes déterminés à prendre le temps qu’il faut pour en arriver à un règlement satisfaisant pour tout le personnel de soutien qui se dévoue au quotidien dans nos écoles et nos cégeps. » ont conclu Danielle Beaulieu et Johanne Cadieux.

Le secteur scolaire de la FEESP-CSN regroupe 37 syndicats qui représentent environ 30 000 employés-es de soutien présents dans 31 commissions scolaires francophones et deux commissions scolaires anglophones. Le Secteur soutien cégeps de la FEESP-CSN regroupe quant à lui plus de 4500 membres répartis dans 34 établissements collégiaux et deux centres informatiques, situés dans 11 régions administratives du Québec.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket