Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

La fin des centres d’éducation populaires ?

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Mobilisations dans cinq villes québécoises pour réclamer un programme de régularisation véritablement inclusif des personnes sans-papiers

Mobilisations dans cinq villes québécoises pour réclamer un programme de régularisation véritablement inclusif des personnes sans-papiers

Trente organisations communautaires et syndicales se rassemblent, appuyées par de nombreux groupes et individus des milieux…
Les personnes qui font tourner le Québec veulent être entendues

Les personnes qui font tourner le Québec veulent être entendues

Au Conseil des ministres présenté aujourd’hui, composé de nouveaux visages comme de vétérans et qui aurait…
Baisses d’impôts : le chant des sirènes

Baisses d’impôts : le chant des sirènes

Lettre ouverte de Caroline Senneville, présidente de la CSN Chaque campagne électorale apporte son lot de…
La CSN s’inquiète que d’éventuelles baisses d’impôts soient faites sur le dos des jeunes

La CSN s’inquiète que d’éventuelles baisses d’impôts soient faites sur le dos des jeunes

En pleine rentrée et à la veille du déclenchement officiel de la campagne électorale québécoise, la…
Santé et services sociaux : De nouvelles plaintes contre un gouvernement récidiviste

Santé et services sociaux : De nouvelles plaintes contre un gouvernement récidiviste

Les organisations syndicales représentant le personnel du réseau de la santé et des services sociaux se…
Le TAT rappelle au gouvernement qu’il ne peut pas passer par-dessus les syndicats

Le TAT rappelle au gouvernement qu’il ne peut pas passer par-dessus les syndicats

C’est une bataille importante que remportent la FSSS-CSN, la FSQ-CSQ, la FIQ, le SQEES-FTQ et le…

Refusons l'austérité

CEP-PSC

La fin des centres d’éducation populaires ?

À moins de sept semaines de la cession des baux des centres d’éducation populaire de Montréal, le ministre de l’Éducation, François Blais, suit l’exemple de ses prédécesseurs en refusant de proposer des solutions pour leur survie.

Quel sera l’impact de la fermeture de ces centres d’éducation populaire?

Les six centres d’éducation populaire se situent dans les quartiers Hochelaga-Maisonneuve, Saint-Henri–Petite-Bourgogne, Pointe-Saint-Charles, Montréal-Nord, Plateau-Mont-Royal et Centre-Sud.

Véritables piliers de leur quartier, ils assurent des services indispensables aux populations démunies de Montréal.

Ils offrent, entre autres, des services d’alphabétisation, des cours d’informatique, des formations en langue, des activités d’intégration pour les immigrantes et les immigrants, des ateliers d’impôts, de la consultation juridique, de la prévention en santé mentale, des cuisines collectives, des ateliers de prévention de la criminalité, des haltes-garderies, des formations d’intégration au marché du travail, des ateliers d’intégration des personnes avec un handicap intellectuel, la promotion de la santé publique, du théâtre de sensibilisation auprès des jeunes, des services de distribution alimentaire, des possibilités de verdissement des quartiers et des programmes de défense des droits des locataires.


En chiffre

Employé-es (temps plein et temps partiel) – 249
Bénévoles – 1239
Membres/participants – 7529
Groupes communautaires résidents – 24


La Commission scolaire de Montréal (CSDM) leur fournit depuis plusieurs années des bâtiments pour donner leurs services, mais après des années de compressions des gouvernements libéraux et péquistes, elle est forcée de retirer son appui au projet.

Les centres sont fréquentés principalement par des personnes vivant dans la pauvreté, des aîné-es, des immigrantes et des immigrants et des personnes handicapées.

Plusieurs groupes communautaires qui résident à titre de partenaires dans les centres seront, eux aussi, mis à la porte le 31 mai 2015.

L’austérité détruit le milieu communautaire

Une société ne peut pas se permettre d’abandonner ses populations les plus démunies. Nous vous invitons à écrire à François Blais, ministre de l’Éducation, pour exiger qu’il trouve une solution immédiate et permanente à la crise que vivent les centres d’éducation populaire.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket