Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

L’austérité, les jeunes et l’éducation

Du même SUJET

Réforme de la Loi sur la protection de la jeunesse : le ministre Carmant vise juste

Réforme de la Loi sur la protection de la jeunesse : le ministre Carmant vise juste

Pour la Confédération des syndicats nationaux (CSN), le projet de loi réformant la Loi sur la…
Encore du travail à faire à la table de négociation

Encore du travail à faire à la table de négociation

Après avoir pris connaissance des nouvelles offres salariales présentées par le gouvernement aux travailleuses et travailleurs…
C’est le grand retour de l’École de la relève syndicale!

C’est le grand retour de l’École de la relève syndicale!

C’est avec enthousiasme que le comité national des jeunes de la CSN vous annonce le retour…
Le travail caché des éducatrices spécialisées

Le travail caché des éducatrices spécialisées

Pour cette nouvelle baladodiffusion, l’équipe du Point syndical vous propose un entretien entre Marie-Ève De Bellefeuille,…
Les sept vies d’un syndicat

Les sept vies d’un syndicat

Il aura finalement fallu plus de deux ans pour que le Syndicat des travailleuses et travailleurs…
À chaque génération ses défis

À chaque génération ses défis

Perché entre les montagnes et le lac Stukely, le camp de villégiature Jouvence devient chaque mois…

Mouvement étudiant

L’austérité, les jeunes et l’éducation

Ils comprennent aussi que l’éducation est une clé pour l’avenir collectif du Québec. Les jeunes constatent que leur avenir et celui de l’État social sont menacés. C’est pour ces raisons qu’ils étaient présents et très impliqués politiquement ce printemps.

Des compressions et des tarifications sont prévues dans tous les secteurs du monde de l’éducation. Même des jeunes du secondaire se sont mobilisés et ont organisé des manifestations. Les étudiantes et les étudiants ont tenté une grève ce printemps et ils se préparent pour l’automne.

Le mouvement étudiant n’a eu aucune écoute de la part du gouvernement ces derniers mois. Leurs demandes, leurs revendications et leur espoir d’une société plus juste ont simplement été balayés du revers de la main. La seule réussite intéressante fut le départ d’Yves Bolduc qui n’avait visiblement pas les capacités pour diriger ce ministère. Maintenant, que fait-on avec M. Blais, un universitaire aguerri ? Sera-t-il capable d’être à l’écoute des jeunes cet automne ? Malheureusement, rien ne nous permet d’y croire. Que faire pour parvenir à nous faire entendre ?

Le mouvement étudiant a été accusé d’être trop diffus dans ses revendications. Devrait-il centrer son discours sur les coupes dans les institutions scolaires ? Pourtant, toutes les mesures d’austérité, et pas seulement celles qui touchent l’éducation, auront un impact sur l’avenir des jeunes. Le mouvement étudiant a eu aussi beaucoup de déchirement interne. L’avenir de la FEUQ est, disons, des plus incertains ; l’ASSÉ est en attente de nouveaux porte-parole. Ces groupes devront profiter de l’été pour évaluer leur situation. Dès l’automne, les étudiantes et les étudiants, les jeunes du Québec, devront donc s’unir autour d’un discours fédérateur afin de ne laisser aucun choix au gouvernement de nous écouter et de comprendre en quoi l’éducation est centrale pour notre avenir et celui de l’État.

À suivre cet automne.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket