Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Le gouvernement abandonne les services de garde en milieu familial

Du même SUJET

Les PRDM et le personnel de bureau du CISSS de Lanaudière demandent que leurs plaintes soient enfin entendues

Les PRDM et le personnel de bureau du CISSS de Lanaudière demandent que leurs plaintes soient enfin entendues

Laissé pour compte dans les règlements intervenus au cours des dernières années, le personnel de bureau…
Les syndicats CSN de la Montérégie tiennent leur 10e congrès

Les syndicats CSN de la Montérégie tiennent leur 10e congrès

Le 10e congrès triennal du Conseil central de la Montérégie–CSN se tient cette semaine, du 17…
CHSLD : le rapport de la coroner cible plusieurs recommandations proposées par la CSN

CHSLD : le rapport de la coroner cible plusieurs recommandations proposées par la CSN

La Confédération des syndicats nationaux demande au gouvernement de donner suite à plusieurs des recommandations soumises…
Rapport accablant de la vérificatrice générale pour le CISSS de la Gaspésie

Rapport accablant de la vérificatrice générale pour le CISSS de la Gaspésie

Dans son dernier rapport déposé ce matin, la Vérificatrice générale affirme que des lacunes graves ont…
La FSSS veut une mise en œuvre claire de la Politique d'hébergement et de soins et services de longue durée

La FSSS veut une mise en œuvre claire de la Politique d'hébergement et de soins et services de longue durée

En réaction à la politique d’hébergement et de soins et services de longue durée de la…
Les répondantes et répondants médicaux d’urgence (RMU) en moyens de pression

Les répondantes et répondants médicaux d’urgence (RMU) en moyens de pression

Sans convention collective depuis le 31 mars 2020, les répondantes et répondants médicaux d’urgence (RMU) et…
RSG_Quebec_28fev

Le gouvernement abandonne les services de garde en milieu familial

Le découragement est total chez les responsables de service de garde (RSG) en milieu familial, alors qu’un seul constat peut être tiré des dernières offres du ministère de la Famille : le réseau est tout simplement abandonné. C’est le sentiment que partagent les 3000 RSG affiliées à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), alors qu’elles annoncent la tenue d’une grève nationale, le 18 juin prochain.

Le réseau s’effondre progressivement

Depuis le début de l’année, des centaines de femmes ont décidé de cesser leurs activités et fermer. Pour la majorité d’entre elles, c’est le manque de reconnaissance de leur travail qui les a poussées à bout.

« Sur le terrain, on le constate, c’est le découragement total. Nous faisons près de 60 heures par semaine et toute proportion gardée, nous gagnons moins que le salaire minimum. Pour soutenir notre réseau, nous avons eu l’extravagante idée de demander une rémunération comparable à une éducatrice en CPE non formée et au premier échelon salarial ! On ne demande pas de privilège, on demande l’équité, car nous travaillons très fort quotidiennement pour offrir des milieux de qualité et pour répondre aux exigences du gouvernement. Le 18 juin, nous ferons donc la grève pour dénoncer l’attitude de fermeture totale du gouvernement. On se demande même s’il ne souhaite pas la disparition du réseau », explique Karine Morisseau, porte-parole des RSG de la CSN.

Une infrastructure socioéconomique menacée

Chaque matin, le réseau des services de garde en milieu familial accueille plus de 90 000 enfants et aide autant de parents qui peuvent compter sur une conciliation travail-famille qui répond à leurs besoins.

Pour Lucie Longchamps, vice-présidente de la FSSS–CSN, « il s’agit d’une des plus importantes infrastructures socioéconomiques que nous avons collectivement. C’est un réseau qui joue un rôle crucial dans l’accès au marché du travail pour les parents du Québec. C’est un réseau qui favorise le développement des tout-petits. C’est aussi un réseau soutenu par des femmes qui font face à un choix complètement indigne : cesser de travailler ou continuer à s’appauvrir en acceptant l’offre du ministère de la Famille », ajoute-t-elle.

Le Ministère propose ainsi une augmentation de la rémunération sous l’inflation. En d’autres termes, les RSG devront elles-mêmes combler l’écart entre la hausse du coût de la vie et la hausse minime de leur rémunération.

« Les exigences du Ministère ne cessent d’augmenter, les tâches s’ajoutent et nous répondons à l’appel. Par contre, il est grand temps que notre travail soit valorisé à hauteur de nos efforts. Pour cela, le Ministère doit bonifier notre rémunération », conclut Karine Morisseau.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket