Le Québec a la marge de manœuvre nécessaire, estime la CSN

Articles récents

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Au terme des consultations menées auprès de 420 000 travailleuses et travailleurs du secteur public, le…
Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs municipaux de la…
Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les travailleuses et les travailleurs représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux…
Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Une entente de principe est intervenue tard hier soir entre le Syndicat des chargées et chargés…
Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

À la suite de la consultation des 61 assemblées générales représentant l’ensemble des profs du réseau collégial,…
Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Réunis devant l’Assemblée nationale lors d’une manifestation sur l’heure du midi, la Confédération des syndicats nationaux…

Mise à jour économique 2023

Parliament Building of Quebec City (Hôtel du Parlement)

Le Québec a la marge de manœuvre nécessaire, estime la CSN

Malgré un certain ralentissement de l’économie qui se répercute dans la mise à jour économique du ministre Éric Girard, le Québec demeure dans une position financière enviable par rapport à toutes les autres provinces canadiennes.

En effet, le directeur parlementaire du budget à Ottawa, Yves Giroux, estimait cet été que c’est le Québec, parmi toutes les provinces, qui peut le plus se permettre d’augmentation de ses dépenses. La province pourrait augmenter ses dépenses à hauteur de 1,8 % de son PIB (soit 10,2 G$), tout en demeurant viable financièrement à long terme. La situation serait encore plus facile si le gouvernement du Québec ne s’était pas volontairement privé de près de 2 G$ en revenus d’impôt!

Cette marge de manœuvre tombe à point. « Un investissement majeur du Québec est nécessaire tant pour améliorer les services publics offerts à la population que pour assurer des logements accessibles financièrement que pour faire rouler le transport en commun pour décarboner notre économie », lance Caroline Senneville, présidente de la CSN.

Effet de l’inflation sur l’offre au secteur public

Les nouvelles prévisions de l’inflation de la mise à jour économique ont de quoi préoccuper les travailleuses et les travailleurs du secteur public. L’offre salariale du gouvernement de 10,3 % sur cinq ans est loin de l’inflation réelle et prévue. La mise à jour économique confirme que l’offre salariale d’octobre 2023 est encore pire que celle de décembre 2022. L’appauvrissement sur 5 ans des travailleuses et des travailleurs du secteur public passerait de 7,4 % à 7,8 %. Pour le Front commun, dont fait partie la CSN, cela vient prouver que la dernière offre salariale du gouvernement vient de partir en fumée alors qu’elle accentuerait le retard des travailleuses et des travailleurs.

 Logement

Du point de vue du logement, le plan du gouvernement représente un progrès insuffisant avec seulement 8 000 logements sociaux et abordables de plus. Selon le FRAPRU, il manque 50 000 logements sociaux au Québec pour permettre à tous de se loger convenablement. La SCHL estime par ailleurs qu’il manque au moins 860 000 logements, au total, pour retrouver un certain équilibre dans le marché immobilier et une « abordabilité » pour les travailleurs et les travailleuses d’ici 2030. C’est immense!

« La CSN propose un plan en plusieurs volets pour réduire le coût du logement qui contribue largement à l’inflation. Ça passe notamment par une stabilisation des emplois en construction. La précarité n’a plus sa place quand les chantiers sont si nombreux et urgents et qu’il faut absolument plus de bras pour faire le travail », soutient Caroline Senneville.

Transport en commun

On constate que le déficit des sociétés de transport n’est pas entièrement comblé par la mise à jour économique d’aujourd’hui. La CSN fait valoir qu’il ne suffit pas de financer les infrastructures du transport en commun, il faut aussi en assurer le fonctionnement adéquat pour que la clientèle augmente et que le Québec réduise ses émissions de GES. « Il ne faut pas fermer le métro plus tôt, il faut augmenter l’offre de services si on veut convaincre la population de délaisser la voiture », insiste Caroline Senneville.

Aide pour contrer l’inflation

Pour la CSN, l’indexation de 2 G$ du régime fiscal ne représente rien de nouveau. Cette formule d’indexation existe depuis des années. L’effet sera limité pour plusieurs personnes aux prises avec un budget de plus en plus serré qui ne permet plus toujours de combler les besoins de base comme l’alimentation, le logement et le transport. Des mesures d’envergure ciblées sur ces deux derniers sujets seraient plus efficaces.

À propos

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s’engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle regroupe plus de 330 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans 8 fédérations, ainsi que sur une base régionale dans 13 conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.

 

 

 

 

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

À LA UNE

Le Point syndical  automne 2023