Contrat de VIA à Siemens

27 novembre 2018

Le Québec fait encore rire de lui

Après les mauvaises nouvelles annoncées par Rona, Bombardier, Sico et, aujourd’hui, VIA Rail, il est grand temps d’avoir un grand débat social au Québec.

L’annonce de l’octroi éventuel d’un contrat pour le renouvellement des trains de l’axe Québec-Windsor à la multinationale allemande Siemens a fait bondir le président de la CSN, Jacques Létourneau.

« Il est grand temps de responsabiliser les entreprises établies au Québec et au Canada afin de préserver nos emplois au Québec, déclare Jacques Létourneau. On sait très bien que le nouveau gouvernement de François Legault n’a pas encore eu le temps d’établir de nouveaux processus quant aux appels d’offres de nos entreprises et de nos sociétés d’État, tant québécoises que canadiennes. Mais après les mauvaises nouvelles annoncées par Rona, Bombardier, Sico et, aujourd’hui, VIA Rail, il est grand temps d’avoir un grand débat social au Québec. Voilà pourquoi nous demandons au nouveau premier ministre de convoquer les organisations patronales et syndicales afin de mettre en place un forum où tous les acteurs socioéconomiques pourront mettre de l’avant des solutions permettant au gouvernement d’exiger que le contenu local et l’emploi québécois soient au cœur de nos priorités. »

Le président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), Louis Bégin, se questionne sur l’application des accords de libre-échange par les différents gouvernements. « Il y a un manque de transparence flagrant quant à l’application des accords de libre-échange et aux exigences de contenu local, déplore-t-il. D’un appel d’offres à l’autre, d’une société d’État à l’autre, on nous dit 0 %, 15 %, 25 % de production nationale. Et aujourd’hui, on apprend que VIA Rail, une société de la Couronne, serait restée “prudente” en n’exigeant aucune production au Québec, alors que Bombardier Transport à La Pocatière est pleinement en mesure de construire ces trains ? C’est un non-sens total ! »

Nancy Legendre, présidente du Conseil central du Bas-Saint-Laurent, rappelle que près de 500 travailleuses et travailleurs de Bombardier Transport sont pleinement en mesure d’assurer ce type d’approvisionnement. « Si le nouveau gouvernement veut promouvoir l’emploi local, si la stratégie Saint-Laurent est réellement sa priorité, il se doit de s’assurer que des fleurons économiques tels que Bombardier Transport puissent procurer de l’emploi à celles et à ceux qui ont contribué à leur essor », indique-t-elle.

← Précédent Les employés de l’administration régionale Kativik votent en faveur de six jours de grève 27 novembre 2018
Suivant → Pour le maintien des cibles de réduction des GES 27 novembre 2018
Partager
Région
  • Bas-Saint-Laurent
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Pour information
François L’Écuyer
514 949-8973

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/le-quebec-fait-encore-rire-de-lui/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.