Personnel de soutien sous pression

26 octobre 2018

Le réseau de l’éducation craque

Une enseignante a été remplacée par huit personnes différentes en huit jours

Ce n’est pas seulement l’enseignante Kathya Dufault qui est au bout du rouleau dans notre réseau de l’éducation.

Dans la commission scolaire qui l’emploie, celle de la Seigneurie-des-Mille-Îles (CSSMI), où elle enseignait jusqu’au 27 septembre dernier, une autre enseignante a été remplacée par huit personnes différentes en huit jours !

La Fédération des employées et employés de services publics (FEESP–CSN) estime que la pénurie actuelle de personnel produit des aberrations qui nuisent grandement aux élèves. « Dans la même école de la CSSMI, un technicien en éducation spécialisée a été remplacé par cinq personnes différentes dans la même semaine », déplore Annie Charland, présidente du secteur scolaire FEESP–CSN. Elle se demande d’ailleurs comment certains élèves en difficulté d’apprentissage peuvent réussir dans un tel maelstrom, qui touche notamment les techniciennes et techniciens en éducation spécialisée.

Violence
Dans ce contexte déjà difficile, le personnel de soutien qui reste en place doit aussi faire face à de plus en plus de violence. Selon les rapports d’incidents, toujours dans la même commission scolaire, quelque 471 membres du personnel de soutien ont rapporté un acte de violence de septembre 2017 à mai 2018. On sait par ailleurs que ces incidents ne sont pas rapportés de façon systématique.

Les techniciennes et techniciens en éducation spécialisée, les préposé-es aux élèves handicapé-es, le personnel en service de garde et les surveillantes et surveillants d’élèves sont au premier front de ce climat tendu. Ces travailleuses et travailleurs se font régulièrement griffer, mordre, cracher dessus, insulter et lancer des objets.

« Le nouveau ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, doit prendre acte de la situation vécue par le personnel de soutien du réseau et agir sans tarder. Sans écoles en santé, les enfants du Québec ne pourront pas développer leur plein potentiel », insiste Stéphanie Gratton, vice-présidente de la FEESP–CSN. Elle interpelle également le premier ministre François Legault, qui a fait de l’éducation l’une de ses priorités et a promis de réinvestir pour le bien des élèves.

← Précédent Impasse entre les 1500 travailleuses et l’Association patronale des CPE 25 octobre 2018
Suivant → Le SEMB–SAQ en grève pour le restant de la journée 26 octobre 2018
Partager
Région
  • Laurentides
Source
Fédération des employées et employés de services publics (FEESP–CSN)
Pour information
Thierry Larivière
514 933-4380

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/le-reseau-de-leducation-craque/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.