Négociation du Syndicat manuel des travailleurs et travailleuses de Vaudreuil-Dorion-CSN

L’employeur rompt la négociation sans raison valable

22 juin 2018

Le 19 juin dernier, le SMTTVD a manifesté en appui à leur comité de négociation.
Si nous avons décidé de mettre en application des moyens de pression, c’est que nous avons nettement l’impression que le maire laisse volontairement traîner la négociation
Partager
Région
  • Montérégie
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN), Fédération des employées et employés de services publics (FEESP–CSN)
Pour information
Martin Petit
Service des communications de la CSN 514 894-1326
martin.petit@csn.qc.ca

Ce vendredi matin, les membres du Syndicat manuel des travailleurs et travailleuses de Vaudreuil-Dorion-CSN (SMTTVD) manifestent leur mécontentement face à leur employeur qui, sans raison valable, a décidé, peu après midi ce jeudi, de rompre les négociations.

« Alors que le syndicat avait annoncé qu’il comptait déposer une offre globale touchant aux clauses normatives, l’employeur nous a envoyé un courriel nous avisant que notre rencontre était tout simplement annulée. Nous n’avons plus aucune rencontre prévue à l’agenda et nous faisons donc face à une impasse, de déplorer Clayton West, président du SMTTVD. Dans cette négociation, l’attitude et les comportements du maire posent vraiment problème. On nous accuse d’intimidation alors que nous ne faisons qu’exercer des moyens de pression tout à fait légitimes et légaux afin de conclure rapidement la présente négociation. Et si nous avons décidé de mettre en application des moyens de pression, c’est que nous avons nettement l’impression que le maire laisse volontairement traîner la négociation. Pour nous, il s’agit d’un autre geste de provocation déplacé et inutile qui ne fait que reporter le moment où nous devrons nous revoir et négocier sérieusement. »

Rappelons que le 10 mai dernier, les membres se sont dotés d’un mandat de grève de 24 heures à 97 % dans le cadre d’un vote à scrutin secret. Les membres du syndicat sont sans contrat de travail depuis le 31 décembre 2017.

« Le respect de l’ancienneté dans l’attribution de postes et lors de l’affectation des heures supplémentaires divise les parties. L’employeur revendique une ancienneté par secteur alors que nous voulons préserver l’application actuelle de l’ancienneté générale qui permet à tous les salarié-es de postuler à tous les postes vacants à la ville. Nous revendiquons également la création de postes, puisque plusieurs salarié-es détenant des horaires de 40 heures par semaine doivent en faire 52 en réalité, d’ajouter monsieur West. Nous espérons que le maire entendra raison et acceptera de rétablir les ponts, et ce, le plus tôt possible. »

Le SMTTVD regroupe environ 60 travailleuses et travailleurs membres de la Fédération des employées et employés de services publics–CSN. Celle-ci compte plus de 425 syndicats affiliés, représentant environ 60 000 syndiqué-es dans le domaine des services publics et parapublics.

 

 

← Précédent La CSN honorée pour son implication auprès du Camp Vol d’été Leucan-CSN 21 juin 2018
Suivant → Une annonce qui manque de vision à long terme 22 juin 2018

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/lemployeur-rompt-la-negociation-sans-raison-valable/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.