Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

L’employeur rompt la négociation sans raison valable

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Fin du lock-out au Hilton de Mont-Tremblant

Fin du lock-out au Hilton de Mont-Tremblant

En lock-out depuis le mois d’août, les travailleuses et les travailleurs du Hilton Homewood Suites de…
Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Sans contrat de travail depuis près de quatre ans, les infirmières et les infirmières auxiliaires d’Héma-Québec,…
Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Entente de principe acceptée à 97 % chez Autobus Chambly

Réunis en assemblée générale ce jeudi 1er décembre, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

Réaction du Front commun au rapport de l’ISQ sur la rémunération des employé-es de l’administration québécoise

L’écart persiste et le rattrapage est nécessaire Encore cette année et à l’aube des négociations dans…
Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Piquetage symbolique chez Autobus la Montréalaise

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Autobus La Montréalaise–CSN (STTAM–CSN) ont tenu un…
Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Menace de grève à l’ITHQ : la table c’est aussi pour négocier

Après quatre séances de conciliation et trente-deux séances de négociation depuis mars 2021, le Syndicat des…

Négociation du Syndicat manuel des travailleurs et travailleuses de Vaudreuil-Dorion-CSN

Le 19 juin dernier, le SMTTVD avait manifesté en appui à leur comité de négociation.
Le 19 juin dernier, le SMTTVD avait manifesté en appui à leur comité de négociation.

L’employeur rompt la négociation sans raison valable

Ce vendredi matin, les membres du Syndicat manuel des travailleurs et travailleuses de Vaudreuil-Dorion-CSN (SMTTVD) manifestent leur mécontentement face à leur employeur qui, sans raison valable, a décidé, peu après midi ce jeudi, de rompre les négociations.

« Alors que le syndicat avait annoncé qu’il comptait déposer une offre globale touchant aux clauses normatives, l’employeur nous a envoyé un courriel nous avisant que notre rencontre était tout simplement annulée. Nous n’avons plus aucune rencontre prévue à l’agenda et nous faisons donc face à une impasse, de déplorer Clayton West, président du SMTTVD. Dans cette négociation, l’attitude et les comportements du maire posent vraiment problème. On nous accuse d’intimidation alors que nous ne faisons qu’exercer des moyens de pression tout à fait légitimes et légaux afin de conclure rapidement la présente négociation. Et si nous avons décidé de mettre en application des moyens de pression, c’est que nous avons nettement l’impression que le maire laisse volontairement traîner la négociation. Pour nous, il s’agit d’un autre geste de provocation déplacé et inutile qui ne fait que reporter le moment où nous devrons nous revoir et négocier sérieusement. »

Rappelons que le 10 mai dernier, les membres se sont dotés d’un mandat de grève de 24 heures à 97 % dans le cadre d’un vote à scrutin secret. Les membres du syndicat sont sans contrat de travail depuis le 31 décembre 2017.

« Le respect de l’ancienneté dans l’attribution de postes et lors de l’affectation des heures supplémentaires divise les parties. L’employeur revendique une ancienneté par secteur alors que nous voulons préserver l’application actuelle de l’ancienneté générale qui permet à tous les salarié-es de postuler à tous les postes vacants à la ville. Nous revendiquons également la création de postes, puisque plusieurs salarié-es détenant des horaires de 40 heures par semaine doivent en faire 52 en réalité, d’ajouter monsieur West. Nous espérons que le maire entendra raison et acceptera de rétablir les ponts, et ce, le plus tôt possible. »

Le SMTTVD regroupe environ 60 travailleuses et travailleurs membres de la Fédération des employées et employés de services publics–CSN. Celle-ci compte plus de 425 syndicats affiliés, représentant environ 60 000 syndiqué-es dans le domaine des services publics et parapublics.

 

 

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket