Les chauffeuses et chauffeurs « REconfinent » à nouveau leurs autobus!

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Une première convention collective au Village Vacances Valcartier

Une première convention collective au Village Vacances Valcartier

Réunis en assemblée générale hier, les sauveteuses et sauveteurs du Village Vacances Valcartier ont adopté à…
Comportement sexualisé inapproprié ou discriminatoire : des constats accablants qui nécessitent une réponse urgente

Comportement sexualisé inapproprié ou discriminatoire : des constats accablants qui nécessitent une réponse urgente

Devant les constats accablants du rapport Mettre fin au harcèlement sexuel dans le cadre du travail :…
Un 28 avril qui marque un désolant record

Un 28 avril qui marque un désolant record

Le 28 avril, la Confédération des syndicats nationaux souligne chaque année la Journée internationale de commémoration des…
La CSN préoccupée par les exceptions au projet de loi encadrant le travail des enfants

La CSN préoccupée par les exceptions au projet de loi encadrant le travail des enfants

En commission parlementaire aujourd’hui à propos du projet de loi visant à encadrer le travail des…
Non à la judiciarisation : moins de contestations, plus de prévention

Non à la judiciarisation : moins de contestations, plus de prévention

À l’occasion du premier anniversaire de l’entrée en vigueur des dispositions intérimaires de la Loi modernisant…
La CSN se réjouit du dépôt du projet de loi sur le travail des enfants, développé en collaboration avec les syndicats

La CSN se réjouit du dépôt du projet de loi sur le travail des enfants, développé en collaboration avec les syndicats

La CSN tient à saluer le projet de loi déposé aujourd’hui par le ministre du Travail,…

Mesures sanitaires chez Autobus des Cantons

Les chauffeuses et chauffeurs « REconfinent » à nouveau leurs autobus!

Les chauffeuses et chauffeurs du transporteur scolaire Autobus des Cantons–CSN ont décidé de passer à une autre étape dans leur revendication afin d’obtenir des barrières physiques dans les autobus de leur employeur. Ces salarié-es se sont regroupés à nouveau au Carrefour de l’Estrie dès 9 h 30 ce matin afin d’interpeller, cette fois-ci, M. Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation, et M. Jean Boulet, ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, pour qu’ils les appuient dans leur démarche.

Un employeur qui ne se préoccupe pas de ses employé-es

Rappelons que le syndicat conteste la décision de l’employeur de ne pas installer des barrières de protection dans les véhicules pour protéger les chauffeuses et les chauffeurs contre la transmission du virus de la COVID-19. Pourtant, les transporteurs scolaires de la région de Sherbrooke et même la Société de transport de la ville de Sherbrooke ont procédé à l’installation de telles barrières dans leurs véhicules.

Chez Autobus des Cantons, on préfère opter pour les mesures les moins adaptées à la réalité de travail des employé-es en imposant le port du masque de procédure et de lunettes de sécurité. Le syndicat réitère qu’il s’agit du dernier recours proposé par la CNESST lorsque le milieu de travail ne permet pas d’autres options et réclame plus de la part d’employeur.

« Nous ne comprenons pas l’entêtement de l’employeur. La raison qu’il invoque n’est plus pertinente. Il a toujours allégué que les barrières physiques n’étaient pas homologuées par la SAAQ et Transport Canada, or c’est faux. Nous lui avons prouvé le contraire », martèle M. Mario Paré, président du Syndicat du transport scolaire Autobus des Cantons–CSN. Le syndicat a d’ailleurs démontré à l’employeur que des compagnies québécoises étaient désormais accréditées afin de produire des cloisons de protection pour les autobus. « Nous nous questionnons sur les véritables motifs de l’employeur. Pourquoi cet entêtement? », s’interroge M. Paré.

Pour Steven Gauley, président du secteur transport scolaire de la FEESP–CSN, le syndicat n’a d’autres choix que de demander l’intervention du gouvernement. « Considérant que les commissions scolaires peuvent donner des directives aux transporteurs scolaires qui les desservent et qu’il s’agit d’un problème lié à la santé et la sécurité au travail, nous avons décidé d’interpeller les deux ministres responsables. Espérons qu’ils se préoccuperont de la santé des chauffeuses et des chauffeurs, mais également de celle des élèves ».

Denis Beaudin, président du Conseil central des syndicats nationaux de l’Estrie (CCSNE–CSN), réitère son appui indéfectible envers le syndicat : « Je considère qu’en ces temps de pandémie où toute la population fait d’énormes sacrifices, il faut être un mauvais citoyen corporatif pour refuser de prendre les meilleurs moyens afin de protéger ses employé-es ».

Une pétition en ligne

Considérant le manque d’ouverture de la part de l’employeur, les salarié-es ont décidé de faire parvenir une lettre à l’employeur avec copie aux ministres Jean Boulet et Jean-François Roberge, pour tenter d’avoir une intervention de leur part. De plus, le syndicat invitera la population à signer la pétition qu’il mettra en ligne au retour de la relâche scolaire dans le cas où l’employeur n’irait pas dans la direction souhaitée.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket