Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les employées et employés de la ville déclenchent des moyens de pression

Du même SUJET

Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Première à l'aide juridique: Des avocates et avocats du public et du privé unissent leurs voix et font la grève

Pour la première fois, des avocates et avocats de l’aide juridique du public et du privé…
Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…
SQDC : les syndiqué-es exercent une autre journée de grève

SQDC : les syndiqué-es exercent une autre journée de grève

À la suite d’un vote d’une banque de cinq jours de grève adoptée le 5 juin dernier,…
Les employé-es de la CDPDJ manifestent pour que leur négociation débloque

Les employé-es de la CDPDJ manifestent pour que leur négociation débloque

Les employé-es en grève de la Commission des droits de la personne et des droits de…
Les paramédics adoptent l’entente de principe

Les paramédics adoptent l’entente de principe

À l’issue d’une tournée de vote dans les assemblées générales de 41 accréditations syndicales des paramédics…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Sainte-Thèrèse

Les employées et employés de la ville déclenchent des moyens de pression

Réunis en assemblée générale le 17 mars dernier, les employées et employés syndiqués de la Ville de Sainte-Thérèse se sont prononcés, à l’unanimité, en faveur du déclenchement de moyens de pression.

Ce vote a été précédé par un autre vote unanime, celui du rejet de la dernière offre patronale à l’égard des enjeux liés à la retraite des employées et employés syndiqués.

Les parties se sont rencontrées à de nombreuses reprises au cours des vingt-sept mois, qui se sont écoulés depuis l’échéance de la convention collective de travail. Le syndicat et la Ville ont pu s’entendre sur l’ensemble des enjeux d’ordre normatif du contrat de travail, sans toutefois être en mesure de conclure une entente sur les enjeux d’ordre monétaire.

Les enjeux liés à la retraite demeurent, jusqu’à aujourd’hui, le cœur du litige. En décembre passé, la Ville et le syndicat étaient pourtant tout près d’une entente à cet égard, mais le dépôt du projet de loi de la ministre Maltais sur les régimes de retraite est venu brouiller les cartes.

« En réalité, la Ville a fait volte-face et nous a déposé au retour des Fêtes une proposition globale sur les enjeux de retraite, qui comportait des reculs par rapport aux paramètres sur lesquels nous nous étions entendus », déclare Daniel Gauthier, président du syndicat.

C’est sans délai, qu’au lendemain de leur assemblée générale, les employées et employés syndiqués cols bleus et cols blancs de la Ville ont mis en œuvre leur mandat de moyens de pression.

À cette étape-ci de la négociation, il n’est nullement question pour le syndicat de perturber les services offerts à la population de Sainte-Thérèse. Un récent sondage effectué par la Ville a d’ailleurs démontré que 93% des citoyens se disent satisfaits des services que leur offre leur municipalité. Pour le syndicat, il est évident que ce résultat est le reflet, sans équivoque, du professionnalisme de ses travailleuses et travailleurs cols bleus et cols blancs syndiqués, qui ont le souci d’offrir une prestation de travail de qualité au quotidien. Ainsi, en retour, celui-ci juge être en droit de s’attendre à une certaine forme de reconnaissance de la part des élus de la Ville envers leurs employées et employés syndiqués, ce qui n’est actuellement pas le cas.

Pour le syndicat, cette reconnaissance ne peut se traduire autrement que par la conclusion rapide d’une nouvelle convention collective, assurant une retraite décente à l’ensemble des employés et employées syndiqués de la Ville.

Le syndicat entend bien poursuivre et accentuer ses actions de visibilité au cours des prochaines semaines et compte particulièrement sur l’appui de la population de Sainte-Thérèse.

Les négociations sont maintenant au point mort, aucune autre date de rencontre n’est prévue entre les parties.

Le Syndicat des employées et employés de la Ville de Sainte-Thérèse – CSN représente un peu plus d’une centaine de cols bleus et cols blancs de la Ville de Sainte-Thérèse. Celui-ci est affilié à la Fédération des employées et employés des services publics de la CSN (FEESP) et au Conseil central des Laurentides CSN.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket