Les employés municipaux des loisirs et de la culture étaient en grève les 3 et 4 février

Articles récents

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Au terme des consultations menées auprès de 420 000 travailleuses et travailleurs du secteur public, le…
Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs municipaux de la…
Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les travailleuses et les travailleurs représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux…
Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Une entente de principe est intervenue tard hier soir entre le Syndicat des chargées et chargés…
Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

À la suite de la consultation des 61 assemblées générales représentant l’ensemble des profs du réseau collégial,…
Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Réunis devant l’Assemblée nationale lors d’une manifestation sur l’heure du midi, la Confédération des syndicats nationaux…

Ville de Saint-Georges

2024-02-03_Ville-de-Saint-Georges

Les employés municipaux des loisirs et de la culture étaient en grève les 3 et 4 février

Les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs municipaux de la Ville de Saint-Georges–CSN, qui représente les salariés du service des loisirs et de la culture, étaient en grève les 3 et 4 février. Un piquet de grève a été érigé devant le Centre sportif Lacroix-Dutil et des porte-paroles syndicaux étaient sur place pour donner des entrevues à 10h, le samedi 3 février.

Le syndicat ne s’explique toujours pas la décision de l’employeur d’annuler le Tournoi de Hockey Comrie qui devait se tenir en fin de semaine. « Nous sommes profondément déçus de la situation et aurions préféré de loin régler sans avoir besoin de faire la grève », explique Mario Boissé, président du syndicat, « à ce jour, nous sommes convaincus qu’il était possible de régler avant l’échéance de la grève, malheureusement la partie patronale n’a pas cru possible de le faire et n’a même pas vraiment essayé. »

« La convention collective est échue depuis le 31 décembre 2022, c’est clair que rendu là, c’est une question de volonté politique », ajoute Barbara Poirier, présidente du Conseil central de Québec–Chaudière-Appalaches (CSN), « ultimement, c’est la Ville qui est responsable de la situation, le syndicat est aussi déçu que la population de l’annulation du Tournoi Comrie. » Pour la présidente du conseil central, la déception des membres que le syndicat représente est double : « ils sont déçus de ne pas pouvoir accueillir le tournoi et ils sont déçus de ne toujours pas avoir de règlement. »

Kuang Selao, secrétaire du secteur municipal de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN), explique que, malgré certaines avancées durant les dernières journées de négociation, l’impasse demeure sur la question des salaires. « C’est clair que pour régler, il va falloir que le conseil municipal fasse descendre les mandats nécessaires pour en arriver à une entente satisfaisante », conclut-il, « les demandes des membres à Saint-Georges sont loin d’être extravagantes: elles sont collées sur l’indice des prix à la consommation, je ne peux pas croire qu’on ne peut pas arriver à s’entendre. »

Malgré l’exercice de son droit de grève, le Syndicat des travailleuses et travailleurs municipaux de la Ville de Saint-Georges–CSN indique qu’il demeure disponible en tout temps, ouvert à la négociation, et prêt à régler. La balle, pour le syndicat, est clairement dans le camp de la partie patronale.

Rappelons que le Syndicat des travailleuses et travailleurs municipaux de la Ville de Saint-Georges – CSN a été accréditée le 23 août 2022 pour représenter la soixantaine de travailleuses et de travailleurs du service des loisirs et de la culture qui travaillent au Centre sportif Lacroix-Dutil, au Centre culturel Marie-Fitzbach, au Pavillon Alfred-Leblond du parc des Sept-Chutes et au complexe multisport.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

À LA UNE

Le Point syndical  automne 2023