Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les enseignantes et les enseignants dans la rue

Du même SUJET

PL-32 : pas de « véritable liberté académique » sans profonds amendements

PL-32 : pas de « véritable liberté académique » sans profonds amendements

Dans le cadre des consultations particulières sur le projet de loi sur la liberté académique dans…
Campagne Je soigne avec mon DEC

Campagne Je soigne avec mon DEC

Sur le thème Je soigne avec mon DEC, la Coalition pour le maintien du DEC qualifiant…
Nouvelle manifestation au cimetière Notre-Dame-des-Neiges

Nouvelle manifestation au cimetière Notre-Dame-des-Neiges

En ce jour de la fête des Mères, les membres du Syndicat des travailleuses et des…
Des jours cruciaux de négociation pour les paramédics

Des jours cruciaux de négociation pour les paramédics

Le 20 avril les représentants des paramédics rencontrent de nouveau les négociateurs du gouvernement pour trouver…
UQAM : les membres du SPPEUQAM–CSN acceptent le règlement du conciliateur

UQAM : les membres du SPPEUQAM–CSN acceptent le règlement du conciliateur

Réunis en assemblée générale jeudi, les membres du Syndicat des professeures et professeurs enseignants de l’UQAM…
Les employé-es municipaux de Bonaventure obtiennent une première convention

Les employé-es municipaux de Bonaventure obtiennent une première convention

Trois ans après avoir rejoint les rangs de la CSN, les employé-es de la municipalité de…

Solidaires contre l'austérité !

Les enseignantes et les enseignants dans la rue

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN) dénonce résolument la répression policière contre les mouvements de contestation des politiques d’austérité du gouvernement. Manifester est un droit et nous serons dans la rue, le 2 avril, avec les étudiantes et les étudiants afin de démontrer notre opposition aux choix politiques et économiques du gouvernement Couillard.

La FNEEQ s’inquiète du climat politique qui entrave la liberté d’expression et de manifestation. La tension monte, la population se polarise et on constate des dérives dans la gouvernance de plusieurs cégeps et la montée de la répression politique à l’UQAM. Pendant ce temps, le gouvernement Couillard charcute dans les services publics, démolit le filet social et détruit ce qui a distingué le Québec depuis la Révolution tranquille. Le récent budget Leitão est une attaque de plus à nos services sociaux.

« C’est dans cette perspective que nous invitons la population et les membres de nos syndicats à participer en grand nombre à la manifestation nationale organisée par l’ASSÉ, le 2 avril prochain, en solidarité avec les groupes victimes de cette répression et en opposition aux mesures d’austérité contenues dans le plus récent budget », indique Jean Murdock, secrétaire général et trésorier de la FNEEQ.

En effet, la FNEEQ est consternée par les nouvelles compressions budgétaires imposées par le gouvernement, et plus particulièrement par celles qui touchent l’éducation et l’enseignement supérieur.

L’éducation est sévèrement touchée par les compressions. D’une minime hausse de 1,6 % en 2014-2015, les dépenses de programmes prévoient une croissance (sic !) de 0,2% en 2015-2016.

Dans les cégeps, ce sont près de 40 M$ de compressions qui sont implicites, alors que le réseau collégial subit compression après compression depuis des années. Cette somme s’ajoute aux 109 M$ de coupes imposées au cours de quatre dernières années. En outre, à la veille de l’échéance des conventions collectives et de la négociation dans le secteur public, ce budget met la table à un dialogue de sourds.

Du côté des universités, les coupes dépassent maintenant 300 M$. Ces importantes compressions mettent en danger la mission d’enseignement des universités. Nous assistons à une diminution du nombre de cours offerts, à des fusions de programmes, voire à l’abolition de certains, à une augmentation du nombre d’étudiants par cours… Les compressions exigées ouvrent la voie à une dégradation de la qualité de l’enseignement et de l’encadrement. « Le gouvernement procède de manière absolument irresponsable ! Des coupes dans les universités, ça signifie des coupes dans les services aux étudiants », affirme le secrétaire général et trésorier de la FNEEQ. « Nous espérons voir les administrations prendre leurs responsabilités et se porter à la défense de l’université » ajoute-t-il.

Le secteur de l’enseignement privé subit lui aussi de nouvelles compressions. Ce sont les 40 syndicats dans les établissements privés syndiqués à la FNEEQ qui seront touchés et il y a fort à craindre que ces coupes vont affecter les conditions de travail et menacer les emplois des enseignantes et des enseignants ainsi que du personnel de soutien et professionnel dans ces établissements, tant au primaire-secondaire qu’au collégial.

Bref, si l’éducation, l’enseignement supérieur et la recherche sont réellement des priorités pour le gouvernement libéral de Philippe Couillard, il a une bien drôle de façon de le démontrer. « Le Québec a progressé de façon spectaculaire au cours des 50 dernières années. Pour nous, ce budget est un grand bond en arrière. Et le gouvernement ne peut pas prétendre que les compressions imposées n’ont aucun effet sur les étudiantes et les étudiants. Il doit cesser de clamer que cela est sans conséquences », dénonce Jean Murdock.

C’est pourquoi nous serons dans la rue, le 2 avril.

Profil de la FNEEQ

La Fédération nationale des enseignants et des enseignantes du Québec (FNEEQ-CSN) regroupe quelque 34 000 membres, dans les cégeps, les établissements privés et les universités. Le regroupement privé de la FNEEQ compte 40 syndicats rassemblant plus de 3700 membres. La FNEEQ-CSN est affiliée à la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

 

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket