Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les libéraux doivent bonifier le régime de retraite (RRQ), réclament la CSN, la CSQ et la FTQ

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Alors qu’une nouvelle ronde de négociations pour le renouvellement des conventions collectives du secteur public s’amorce,…
Partage des pourboires: déshabiller Pierre pour habiller Paul

Partage des pourboires: déshabiller Pierre pour habiller Paul

Plusieurs voix s’élèvent depuis quelques jours, notamment celles de l’Association des restaurateurs du Québec (ARQ) et…
La dernière offre patronale rejetée massivement

La dernière offre patronale rejetée massivement

Réunis en assemblée générale ce dimanche, les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce Canada (RRC) ont…
Des conditions du public au privé, une première dans le secteur des CHSLD

Des conditions du public au privé, une première dans le secteur des CHSLD

Dans le cadre d’assemblées générales ayant eu lieu le 2 mai 2022, les travailleuses et les…
Un congrès fort engagé au Conseil central du Cœur du Québec–CSN

Un congrès fort engagé au Conseil central du Cœur du Québec–CSN

Le 10e Congrès du Conseil central du Cœur du Québec s’est conclu, ce midi, à l’hôtel Victorin…
Entente entre le STT du Provigo Port-Cartier (CSN) et l’employeur

Entente entre le STT du Provigo Port-Cartier (CSN) et l’employeur

Réunis en assemblée générale le 5 avril 2022, les membres du Syndicat des travailleurs et travailleuses…

Budget du gouvernement du Québec

Les libéraux doivent bonifier le régime de retraite (RRQ), réclament la CSN, la CSQ et la FTQ

Au moment où le gouvernement du Québec annonce le dépôt de son prochain budget pour le 28 mars, les organisations syndicales CSN, CSQ et FTQ estiment que le temps est venu pour le gouvernement de bonifier le Régime de rentes du Québec (RRQ). Il y a consensus à travers le pays. Ottawa et toutes les provinces, sauf le Québec, ont signé l’accord de Vancouver bonifiant le Régime de pensions du Canada (RPC).

Ce n’est pas juste les centrales syndicales et les groupes de retraités qui réclament cet ajustement, il y a aussi le comité d’experts mandaté par le gouvernement et présidé par l’ancien PDG du Mouvement Desjardins, Alban D’Amours. « Jamais nous n’allons accepter que les retraités du Québec soient les retraités les plus pauvres du Canada », déclare le secrétaire général de la FTQ, Serge Cadieux.

Ce que nous propose le gouvernement c’est une amélioration anémique, alors que la qualité des régimes se dégrade, notamment en raison des clauses de disparités de traitement (clauses orphelins), ainsi que du désengagement des employeurs face à la retraite de leurs employés. Il faut savoir que le reste du Canada a pris acte de cette problématique. Le Québec, au lieu de jouer un rôle de leader, fait fi de cette réalité.

La vice-présidente de la CSN, Francine Lévesque, souligne d’ailleurs que les grands gagnants du scénario du Québec seraient les employeurs, qui n’auraient pas à verser de contribution sur les salaires se situant sous les 27 450 $. « Avec ce qui est sur la table à l’heure actuelle, le gouvernement encourage les employeurs à maintenir de faibles salaires ou des emplois précaires pour pouvoir se soustraire à la contribution au régime. Il ne peut persister dans cette voie et doit profiter du budget pour réajuster le tir. »

Au final, ce sont malheureusement les travailleuses et travailleurs du Québec qui seraient les grands perdants avec l’option mise de l’avant par le gouvernement. « Il est tout simplement impensable que la population québécoise hérite du pire régime public de retraite du Canada. L’un des objectifs des régimes publics est de contrer les inégalités sociales, notamment en réduisant les écarts de revenus à la retraite encore aujourd’hui très importants entre les femmes et les hommes. L’ensemble des travailleuses et des travailleurs doit pouvoir compter sur une sécurité financière décente à la retraite, c’est primordial » poursuit la présidente de la CSQ, Louise Chabot.

Le gouvernement doit saisir la balle au bond, renouer le dialogue avec sa population et mettre fin à l’austérité concluent les leaders syndicaux.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket