Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les lock-outés du Journal de Montréal manifestent devant le congrès du RJCCQ à l’hôtel Delta de Trois-Rivières

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Où sont les mesures structurantes ?

Où sont les mesures structurantes ?

Alors que le ministre de l’Économie Éric Girard livrait aujourd’hui à Québec sa mise à jour…
Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Situation des journalistes pigistes au Québec : un constat navrant

Dix ans après la tenue d’un sondage similaire et à la suite d’une lettre qui a…
Pigistes au front

Pigistes au front

Nous sommes un collectif de collaborateurs et de collaboratrices au journal Le Devoir et nous sommes…
Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Sans contrat de travail depuis près de quatre ans, les infirmières et les infirmières auxiliaires d’Héma-Québec,…
Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Transport scolaire : rien n’est réglé et une nouvelle mise au point s’impose

Pour de trop nombreux parents et élèves qui vivent quotidiennement avec les bris de services à…
Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

Le ministre Drainville doit venir à la rescousse du réseau de l’éducation

La CSN et ses fédérations estiment que le réseau de l’éducation va continuer à accumuler les…

Durant l’intervention de Pierre Karl Péladeau

Les lock-outés du Journal de Montréal manifestent devant le congrès du RJCCQ à l’hôtel Delta de Trois-Rivières

Les 253 membres du Syndicat des travailleurs de l’information du Journal de Montréal (STIJM–CSN) manifestent actuellement devant l’hôtel Delta de Trois-Rivières où le pdg de Quebecor, Pierre Karl Péladeau, prononce une allocution dans le cadre du congrès du Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec qui se déroule jusqu’à dimanche. Cette manifestation s’inscrit dans le cadre de la campagne qu’ils mènent pour inviter la population à ne plus lire ni acheter un journal fait sans ses artisans et pour ramener leur employeur à la table de négociation. On se souvient que ce dernier a mis fin à la négociation le 22 janvier en rejetant une contre-proposition qui aurait pu éviter le conflit et relancer la négociation. Pour le STIJM–CSN, le thème de l’intervention du PDG de Quebecor détonne singulièrement avec la réalité. Ce dernier intervient sur Cultive ton leadership en période de crise. « Mais de quel leadership s’agit-il lorsque Quebecor a mis 14 syndicats en lock-out en autant d’années depuis que PKP siège à la direction de l’empire des communications ? ont questionné les porte-parole syndicaux. Il démontre que l’entreprise qu’il dirige est un chef de file en matière de mauvaises relations de travail au Québec. » En outre, accuse le STIJM–CSN, pour produire le journal, Quebecor utilise des briseurs de grève. Le syndicat a constitué une preuve qu’il présente actuellement devant la Commission des relations du travail. « Depuis le 24 janvier, au moment où Pierre Karl Péladeau nous a jetés sur le trottoir, le Journal de Montréal continue d’être publié par, nous dit-on, 25 cadres et des chroniqueurs, a indiqué les porte-parole du STIJM. Tout le monde sait bien qu’une telle chose est impossible. Un quotidien de l’envergure du Journal de Montréal, avec une centaine de pages, dont son contenu est normalement alimenté par plus de 80 journalistes, des chefs de secteur, des chefs de pupitre, 15 photographes et 1 caricaturiste, ne peut être publié sans l’apport de scabs. » Le STIJM demande à la population de cesser de lire le quotidien de la rue Frontenac pour exercer une pression économique sur l’empire des communications. C’est pourquoi ses membres multiplient les actions devant toutes les tentacules de Quebecor pour faire connaître les enjeux de cette négociation et pour ramener l’employeur à la table de négociation. Depuis le lock-out, le 24 janvier, l’employeur a rejeté toutes les demandes de reprises de négociation formulées par le syndicat. Selon le STIJM, cette attitude démontre l’arrogance et le peu de respect qu’a l’héritier de ses employé-es, de ses lecteurs et de ses annonceurs. En fait, la façon de négocier de Quebecor est simple : étirer le conflit pour forcer les travailleuses et les travailleurs à accepter des reculs. Depuis le début des discussions, en octobre, la direction de Quebecor n’a jamais bronché de son plan d’affaires de charcuter dans la convention collective, malgré toutes les ouvertures syndicales. Il a déposé un projet de quelque 230 demandes qui visent notamment à •    éliminer une centaine de postes, occupés par une majorité de femmes dont plusieurs comptent plus de 30 ans d’ancienneté, en favorisant la sous-traitance ; •    réduire de 20 % les avantages sociaux ; •    diminuer les clauses professionnelles de la convention collective qui assurent la qualité de l’information et le respect de règles d’éthique journalistique. L’entreprise se comporte comme si elle était près de la faillite. « Au contraire, explique le président du STIJM, nous estimons que le Journal de Montréal a engrangé plus de 50 millions de dollars de profits sur un chiffre d’affaires de 200 millions, l’an dernier. Le Journal fait vraiment beaucoup d’argent. » Le syndicat invite la population à s’informer plutôt en consultant le média sur le Web qu’il a lancé, RueFrontenac.com, où on retrouve de vrais professionnels de l’information, dont les chroniqueurs chevronnés, qui ont fait du Journal de Montréal le quotidien numéro 1 au Québec. « Mais ça, c’était avant le 24 janvier 2009 », ont conclu les porte-parole.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket