Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les maisons de naissance au Québec ont quinze ans

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Oldcastle à Candiac – Les salarié-es en lock-out

Le lundi 20 juin, l’entreprise Oldcastle Solutions Enclosure de Candiac a mis ses travailleuses et ses…
Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Des briseurs de grève chez Viandes du Breton

Le 15 juin dernier, le Tribunal administratif du travail (TAT) a rendu un jugement indiquant que…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Les maisons de naissance au Québec ont quinze ans

Les maisons de naissance du Québec fêtent cette année leur 15e anniversaire d’existence. Le Regroupement Les Sages-femmes du Québec profite de cette occasion pour souligner que la présence des maisons de naissance et la contribution des sages-femmes qui y travaillent ont permis de modifier substantiellement le paysage de la naissance en offrant aux femmes et aux familles un environnement chaleureux, respectueux et sécuritaire pour mettre au monde leur enfant. « Au Québec, les maisons de naissance sont intimement associées aux services de sages-femmes et représentent une véritable alternative à une médicalisation exagérée et non nécessaire dans la majorité des accouchements », affirme Claudia Faille, présidente du Regroupement Les Sages-femmes du Québec. Mises en place en 1994 par le gouvernement du Québec lors du processus d’évaluation des services de sages-femmes, les maisons de naissance ont immédiatement été adoptées par les femmes et les familles. La première maison de naissance à être inaugurée cette année-là, fut celle de Gatineau. Une maison de naissance est un espace d’accueil pour les femmes enceintes et leur famille. C’est une maison au cœur de la communauté, un lieu physique distinct du domicile et du centre hospitalier et qui fait partie du réseau public de la santé. Environ 300 accouchements par année peuvent y être pratiqués ce qui permet de conserver un caractère intime, familial et humain. Une maison de naissance offre des services de première ligne. Les sages-femmes qui y travaillent assurent, aux femmes et à leur famille, un suivi global comprenant : la grossesse, l’accouchement, le postnatal de la mère et de l’enfant jusqu’à six semaines. Cet environnement et la philosophie des sages-femmes qui y pratiquent, favorisent l’accouchement normal. C’est un endroit privilégié du développement de la pratique sage-femme, de la formation et de la recherche. Une maison de naissance répond aux besoins de la communauté dans laquelle elle est installée. On y développe une vision sociale et citoyenne de la naissance. Ceci implique qu’il y ait un partenariat avec les familles, les citoyennes et les citoyens. Il s’y déroule aussi des activités communautaires en lien avec la parentalité et la santé, créant ainsi de nouvelles solidarités. Trop de temps d’attente Les listes d’attente pour y obtenir  une place témoignent quotidiennement du manque de développement pour de nouvelles maisons de naissance au Québec. « Dans toutes les régions, des groupes de citoyennes et de citoyens ont exprimé leurs besoins pour un accès immédiat à des maisons de naissance et à des sages-femmes. Qu’attend le ministère de la Santé et des Services Sociaux pour mettre en œuvre sa nouvelle politique de périnatalité et les 13 nouvelles maisons de naissance associées ? », s’est demandé Claudia Faille. Rappelons que depuis le printemps dernier, le RSFQ fait partie de la FP-CSN.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket