Les premiers ministres de l’Ontario et du Québec inquiets de l’avenir de Radio-Canada

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

L’aide juridique à nouveau menacée par la grève au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie

L’aide juridique à nouveau menacée par la grève au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie

Les services de l’aide juridique dispensés au Bas-Saint-Laurent, en Gaspésie et aux Iles-de-la-Madeleine pourraient à nouveau…
Les grévistes du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges interpellent l’archevêché de Montréal

Les grévistes du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges interpellent l’archevêché de Montréal

Ce jeudi 26 janvier au matin, tout juste après avoir conclu un pacte de front commun…
Les salarié-es de BAnQ se dotent d’un mandat de grève

Les salarié-es de BAnQ se dotent d’un mandat de grève

Réunis en assemblée générale ce lundi soir, 16 janvier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Les organisations syndicales en santé ne veulent pas rejouer dans le même mauvais film

Les organisations syndicales en santé ne veulent pas rejouer dans le même mauvais film

Les organisations syndicales représentant plus de 200 000 travailleuses et travailleurs en santé et services sociaux réagissent d’une…
Appauvrir les travailleuses et les travailleurs des services publics, la pire des solutions

Appauvrir les travailleuses et les travailleurs des services publics, la pire des solutions

« Les services publics font face à une crise de main-d’œuvre sans précédent, à laquelle s’ajoute…
Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Alliance CSQ–CSN pour faire débloquer les négociations des infirmières et des infirmières auxiliaires d’Héma-Québec

Sans contrat de travail depuis près de quatre ans, les infirmières et les infirmières auxiliaires d’Héma-Québec,…

Déclaration portant sur la francophonie canadienne

Les premiers ministres de l’Ontario et du Québec inquiets de l’avenir de Radio-Canada

Le groupe Tous amis de Radio-Canada partage entièrement l’inquiétude formulée par les premiers ministres de l’Ontario et du Québec, Kathleen O’Day Wynne et Philippe Couillard ainsi que par la procureure générale et ministre déléguée aux Affaires francophones de l’Ontario, Madeleine Meilleur et le ministre québécois responsable des Affaires intergouvernementales canadiennes et de la Francophonie canadienne, Jean-Marc Fournier.

Hier, les quatre élus ont signé une déclaration dans laquelle ils s’engagent à « travailler conjointement et étroitement en matière de francophonie canadienne, notamment en : […] pressant le gouvernement fédéral d’appuyer la Société Radio-Canada dans la réalisation de son mandat qui consiste à offrir des services de radio et de télévision en français partout au Canada, de manière à refléter les besoins particuliers des francophones ».

« Au nom de Tous amis de Radio-Canada, je suis heureux de constater que nous ne sommes plus les seuls à nous préoccuper de l’avenir de la production et de la diffusion réalisées par la Société Radio-Canada. Dimanche dernier, à la suite d’un appel lancé par un citoyen de Montréal, Nicolas Bédard, 25 000 personnes toutes aussi inquiètes se sont rassemblées pour défendre notre service public. Les préoccupations de la population touchent bien entendu à la francophonie et à la culture de toutes les communautés canadiennes, mais également à l’accès à une information de qualité, indépendante du pouvoir politique et financier », de souligner Pierre Maisonneuve, porte-parole de Tous amis de Radio-Canada.

« Nous allons d’ailleurs rencontrer les ministres Meilleur et Fournier sous peu. Nous souhaitons leur faire part de nos demandes de moratoire sur les compressions imposées par la direction de CBC/Radio-Canada, et la création rapide d’une commission parlementaire publique sur son avenir. La population doit impérativement se prononcer sur l’avenir d’un service qui leur appartient à un moment où celui-ci se fait littéralement démanteler sans leur accord par une direction qui a perdu toute légitimité », de conclure le porte-parole de Tous amis de Radio-Canada.

La campagne Tous amis de Radio-Canada a été lancée afin de défendre l’intégralité de notre seul producteur et diffuseur public national. Elle est organisée par la Confédération des syndicats nationaux, de concert avec la Fédération nationale des communications-CSN et le Syndicat des communications de Radio-Canada (FNC-CSN). Le Syndicat des communications de Radio-Canada représente 1600 membres au Québec et à Moncton. Il est affilié à la Fédération nationale des communications-CSN, qui regroupe 7000 membres œuvrant dans les domaines des communications et de la culture.

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s’engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket