Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les syndicats d’Alstom et de Bombardier demandent au gouvernement d’agir rapidement

Du 31 juillet au 23 septembre 2022, les syndicats du secteur public de la CSN tiennent leurs assemblées générales sur les demandes de table centrale et de table sectorielle. Les 170 000 membres CSN de ce secteur sont invités à voter dans ces assemblées. Voir les détails.

Du même SUJET

Fonderie Horne: rassurée, la CSN garde l’œil ouvert

Fonderie Horne: rassurée, la CSN garde l’œil ouvert

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) accueille favorablement le plan d’action de la fonderie Horne de…
Les sages-femmes adoptent une entente collective de quatre ans

Les sages-femmes adoptent une entente collective de quatre ans

Les membres du Regroupement Les sages-femmes du Québec ont entériné mercredi l’accord de principe intervenu le…
La dernière offre patronale rejetée massivement

La dernière offre patronale rejetée massivement

Réunis en assemblée générale ce dimanche, les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce Canada (RRC) ont…
Un nouveau syndicat découvre la « manière CSN »

Un nouveau syndicat découvre la « manière CSN »

Nouvellement syndiqués à la CSN, les membres de l’Union des travailleuses et travailleurs de Locweld–CSN étaient…
Les employé-es de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges font la grève

Les employé-es de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges font la grève

Le Syndicat des employé-es de bureau du cimetière Notre-Dame-des-Neiges–CSN a exercé son droit de grève ce…
Les sages-femmes réclament l’équité avant les vacances de la construction

Les sages-femmes réclament l’équité avant les vacances de la construction

Les négociations entre Québec et le Regroupement Les Sages-Femmes du Québec entrent aujourd’hui, mercredi, dans une…

Devancement du contrat Azur

2018-04-12_azur_CSN

Les syndicats d’Alstom et de Bombardier demandent au gouvernement d’agir rapidement

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), le Syndicat des employés de Bombardier La Pocatière (CSN) et le Syndicat des travailleurs d’Alstom transport (CSN) ont assisté aujourd’hui à l’Assemblée nationale au dépôt du projet de loi devançant la deuxième vague de production des trains Azur pour le métro de Montréal.

« Nous saluons ce geste du gouvernement qui marque définitivement la volonté annoncée de procéder plus vite que prévu à la production des trains Azur, explique André Miousse, vice-président à la vie syndicale de la FIM–CSN. Nous nous attendons tout de même à ce que le travail sur ce dossier progresse rapidement et que la loi puisse être adoptée avant la fin des travaux parlementaires en juin. Il en va de l’avenir de centaines d’emplois spécialisés chez Bombardier à La Pocatière et Alstom à Sorel-Tracy. »

« Le gouvernement et la STM posent un geste responsable en devançant le contrat de modernisation des voitures du métro de Montréal, mais le projet doit être adopté d’ici juin, poursuit Mario Guignard, président du Syndicat des employés de Bombardier La Pocatière. Si le gouvernement n’agit pas d’ici là, des employés qu’on forme depuis plusieurs années pourraient se retrouver en mise à pied et nous risquerions alors de les perdre. D’autant plus qu’avec au-delà de 60 % de contenu canadien dans ce contrat, cela génère des retombées significatives directes dans l’économie québécoise et canadienne, ce qui aura des impacts positifs sur plusieurs entreprises et leurs travailleuses et travailleurs. »

Même son de cloche du côté du syndicat d’Alstom, comme le souligne Francis Demers, président du Syndicat des travailleurs d’Alstom transport : « l’annonce du gouvernement lors du passage du premier ministre à La Pocatière il y a quelques semaines était une bonne nouvelle, mais pour qu’elle demeure une bonne nouvelle, il faut mettre l’épaule à la roue. Avec l’élection qui arrive à grands pas, il ne faudrait pas trop tarder pour adopter ce projet de loi et que cela se traduise par le maintien d’excellents emplois à Sorel-Tracy et à La Pocatière ».

« Ce qu’on comprend de ce dépôt, c’est que le gouvernement a bon espoir de pouvoir devancer la continuité du contrat du Consortium Bombardier-Alstom. Nous demandons à l’opposition de nous entendre, de ne pas tomber dans la partisannerie et de travailler avec diligence dans ce dossier. C’est un enjeu qui touche à la fois la question de l’emploi, mais aussi la vitalité économique de deux régions du Québec », conclut André Miousse.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket