Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les syndiqués du Parc olympique seront en grève le 30 juin prochain

Du même SUJET

Boulangerie Bridor: le Bureau confédéral vient appuyer les lock-outé-es

Boulangerie Bridor: le Bureau confédéral vient appuyer les lock-outé-es

« Vous méritez une convention collective digne de la job que vous faites », leur a d’abord dit…
Les syndiqué-es de Bridor en lock-out depuis bientôt un mois

Les syndiqué-es de Bridor en lock-out depuis bientôt un mois

Les 316 travailleuses et travailleurs de Bridor souligneront, le mercredi 25 mai prochain, leur premier mois…
Novago met ses quincailleries locales (BMR) en danger

Novago met ses quincailleries locales (BMR) en danger

Après plus de six mois de grève à la coopérative Novago de Joliette, c’est maintenant la…
Entente de principe pour les paramédics

Entente de principe pour les paramédics

La samedi 7 mai 2022, le comité de négociation des paramédics et les représentants patronaux ont…
Nous allons nous retrouver avec des bris de service, préviennent les paramédics

Nous allons nous retrouver avec des bris de service, préviennent les paramédics

Plus d’une vingtaine de paramédics ont récemment quitté leur emploi chez Ambulances Demers ou sont en…
Les avocates et avocats de l’aide juridique à Montréal votent la grève

Les avocates et avocats de l’aide juridique à Montréal votent la grève

Après leurs collègues des Laurentides, de Lanaudière, de la Gaspésie et du Bas-St-Laurent, c’était au tour…

Négociation

2021-06-21_parc-olympique_CSN

Les syndiqués du Parc olympique seront en grève le 30 juin prochain

Le personnel du Parc olympique de Montréal annonce l’exercice d’une journée de grève le 30 juin prochain, pour près de 500 salarié-es qui tentent de renouveler leur convention collective depuis plus d’un an et demi. Cette grève est nécessaire, afin de répliquer à un employeur qui souhaite mettre en péril la protection d’emploi. Rappelons que, le 5 mai dernier, les membres de tous les syndicats ont adopté des mandats de 5 jours de grève, à exercer au moment opportun.

« Notre employeur tente souvent de se montrer reconnaissant envers les travailleuses et les travailleurs du Parc olympique, mais nous ne retrouvons pas cette volonté à la table de négociation. Tous les chemins proposés par l’employeur nous amènent à des reculs. Ça ne marche pas! », clame Christine Labrecque, représentante de l’Intersyndicale du Parc olympique.

Des attaques envers la relève du Parc olympique
L’employeur souhaite précariser davantage le personnel régulier de certains syndicats, en leur refusant l’accès à certains droits lors d’abolition de poste ou de mise à pied, ces mêmes droits que d’autres membres possèdent actuellement. Ce faisant, il souhaite créer deux catégories de membre, l’une plus précaire que l’autre, au sein d’un même syndicat. C’est une attaque claire envers la relève, dans un contexte généralisé de pénurie de main-d’œuvre.

« Depuis le tout début du processus de négociation, nous avons tenté plusieurs approches afin d’en arriver à un règlement et nous sommes persuadés qu’une entente rapide est possible. Mais c’est certain que si l’employeur s’entête dans sa volonté de réduire les droits des travailleuses et des travailleurs qui sont en début de carrière au Parc olympique, nous n’aurons d’autres choix que d’exercer notre journée de grève », rajoute Mme Labrecque.

L’Intersyndicale tient à rassurer la population; les journées de grève n’entraveront en rien les opérations de vaccination qui se déroulent actuellement au Parc olympique.

À propos
Sept syndicats affiliés à la CSN représentent près de 500 travailleuses et travailleurs du Parc olympique. Le Parc olympique étant un organisme gouvernemental, les négociations en cours sont coordonnées avec celles du reste du secteur public.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket