Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les travailleurs et les travailleuses ne veulent pas être les oubliés de la campagne électorale

Du même SUJET

Le virage vert sera-t-il fabriqué au Québec?

Le virage vert sera-t-il fabriqué au Québec?

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) ne comprend pas pourquoi le Plan pour une économie verte…
Une annonce historique pour les travailleuses et les travailleurs

Une annonce historique pour les travailleuses et les travailleurs

Après des mois de tergiversations, le gouvernement fédéral vient d’annoncer par voie de communiqué qu’un seul…
Enfin une ouverture ?

Enfin une ouverture ?

Reconnaissant bien tardivement les graves lacunes de sa stratégie maritime, le gouvernement fédéral ouvre enfin la…
Traversiers pour la Davie : une bonne nouvelle qui se faisait attendre

Traversiers pour la Davie : une bonne nouvelle qui se faisait attendre

La CSN se réjouit de l’intention du gouvernement fédéral d’octroyer au chantier maritime Davie le contrat…
La FIM souhaite que le contrat revienne à la Davie

La FIM souhaite que le contrat revienne à la Davie

À la suite de l’annonce de Marc Garneau, ministre fédéral des Transports, de remplacer l’actuel navire…
Le manque d’envergure du budget fédéral déçoit la CSN

Le manque d’envergure du budget fédéral déçoit la CSN

La CSN se montre déçue du peu d’envergure du budget fédéral dévoilé aujourd’hui par le ministre…

Chantier naval Davie

Les travailleurs et les travailleuses ne veulent pas être les oubliés de la campagne électorale

Loin de crouler sous les contrats, le chantier naval Davie fonctionne plutôt à la moitié de ses capacités par faute de contrats fédéraux. Voilà pourquoi le Syndicat des travailleurs du chantier naval de Lauzon inc. (CSN) et la Confédération des syndicats nationaux (CSN) interpellent tous les partis politiques et leurs candidats pour qu’ils prennent des engagements clairs et sonnants pour assurer l’avenir du plus important chantier maritime en Amérique du Nord.

Jean Blanchette, président du syndicat, qui représente environ 800 membres, se dit très préoccupé par la situation au chantier : « On ne peut pas affirmer qu’on a du « travail par-dessus la tête », comme l’a dit Stephen Harper. Au contraire, les installations et la machinerie demeurent largement sous-utilisées. Au printemps, 234 travailleuses et travailleurs ont été mis à pied alors que les grands chantiers au Canada connaissent une croissance constante de leur main-d’œuvre. Et ce qui n’aide en rien, certains contrats tardent à être signés comme c’est le cas du ravitailleur promis de la Marine royale canadienne. Ce n’est rien pour rassurer nos travailleuses et nos travailleurs. Le chantier Davie doit être une priorité électorale. On ne veut plus être oubliés ! »

En 2011, le gouvernement fédéral a octroyé plus de 33 milliards de dollars à deux chantiers navals, dont 8 milliards au groupe Seaspan de Vancouver, et 25 milliards à Irving de Halifax. Or, jamais le chantier Davie n’a été considéré dans l’octroi des contrats fédéraux, malgré une recommandation très favorable de l’Association de la construction navale du Canada adressée personnellement au premier ministre Stephen Harper, en janvier 2009.

En outre, depuis son acquisition par le groupe Inocea en 2012, le chantier Davie a obtenu la mention de « Meilleur constructeur naval nord-américain » par Lloyd’s List North American Maritime Awards 2015, devant General Dynamics NASSCO, un important constructeur de navires militaires des États-Unis.

Ann Gingras, présidente du Conseil central de Québec-Chaudière-Appalaches (CCQCA-CSN), est catégorique : « Les travailleurs et les travailleuses ne veulent plus se contenter de se faire dire par qui que ce soit qu’ils ont obtenu leur part du gâteau comme l’a affirmé cette semaine Steven Blaney, candidat de Lévis, alors qu’il n’en est absolument rien. Maintenant, tous les partis politiques et les candidats régionaux doivent « se mouiller » et dire ce qu’ils entendent faire concrètement pour assurer la pérennité de cet important chantier qui compte 190 ans d’activités maritimes, une main-d’œuvre qualifiée, un savoir-faire indéniable et des équipements à la fine pointe de la technologie. » « Les différents candidats doivent comprendre que l’enjeu ici, c’est l’avenir même du chantier maritime de Lévis et celui de centaines de travailleuses et de travailleurs et de leurs familles, lance Michel Tétreault, vice-président et trésorier de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN).

C’est sans compter que les activités de construction maritimes ont des impacts majeurs sur l’économie de la région. Tous les partis politiques ont le devoir de prendre clairement position pour son développement, et non de se contenter de dire que tout va bien et qu’il n’y a plus rien à faire. »

Il convient de rappeler certains appuis apportés au chantier Davie dans ses démarches pour obtenir des contrats fédéraux, à commencer par la Conférence des préfets des MRC de Chaudière-Appalaches, le 26 juin 2015. Auparavant, le conseil de la Ville de Lévis avait adopté une résolution similaire, le 15 juin. Enfin, une motion unanime de l’Assemblée nationale du Québec, votée le 30 septembre 2014, demandait au gouvernement fédéral de répondre positivement à une proposition du chantier concernant la construction du brise-glace Diefenbaker confié à l’entreprise Seaspan de Vancouver. Pour Jean Lortie, secrétaire général de la CSN : « Le gouvernement fédéral doit cesser d’ignorer le chantier Davie alors qu’il dispose des atouts nécessaires pour répondre aux nombreux besoins de l’industrie maritime. Le Canada a besoin d’une politique industrielle solide et le chantier Davie doit en faire partie et recevoir sa juste part des contrats fédéraux. »

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket