Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les travailleurs votent la grève

Du même SUJET

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Entente de principe pour les employé-es de la SQDC syndiqués à la CSN

Une entente de principe est intervenue entre le Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…
SQDC : les syndiqué-es exercent une autre journée de grève

SQDC : les syndiqué-es exercent une autre journée de grève

À la suite d’un vote d’une banque de cinq jours de grève adoptée le 5 juin dernier,…
Les employé-es de la CDPDJ manifestent pour que leur négociation débloque

Les employé-es de la CDPDJ manifestent pour que leur négociation débloque

Les employé-es en grève de la Commission des droits de la personne et des droits de…
Les paramédics adoptent l’entente de principe

Les paramédics adoptent l’entente de principe

À l’issue d’une tournée de vote dans les assemblées générales de 41 accréditations syndicales des paramédics…
En lutte pour l'équité et la justice

En lutte pour l'équité et la justice

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Oldcastle Enclosure Solutions

IMG_1619

Les travailleurs votent la grève

Après une trentaine de rencontres de négociation depuis l’échéance de leur convention collective, le 30 novembre 2016, les travailleuses et les travailleurs d’Oldcastle Enclosure Solutions, à Candiac, ont voté à 100 % en faveur de la tenue d’une journée de grève à utiliser au moment opportun. Le vote s’est déroulé, hier, par scrutin secret. Le Syndicat des travailleuses et travailleurs de Solutions Oldcastle Enclosure (FIM–CSN) regroupe une cinquantaine de membres.

Pour le président du syndicat, Serge Lachance, un conflit de travail peut encore être évité, car une entente satisfaisante demeure envisageable à court terme. « C’est un moyen ultime pour nous. L’assemblée générale a envoyé un message sans équivoque. Nous entendons bien améliorer nos conditions de travail. L’entreprise fonctionne à plein régime, rien ne justifie les reculs demandés par la partie patronale. En 30 rencontres de négociation, nous avons fait le tour des enjeux. L’heure est au règlement, maintenant ».

Les enjeux qui demeurent à régler pour le syndicat, en plus des salaires, sont l’encadrement des recours aux agences de personnel, le partage des coûts des négociations et la modification des horaires de nuit pour favoriser la conciliation travail-famille. En début de négociation, la CSN a mandaté la firme indépendante MCE Conseils pour analyser la véritable situation financière de l’entreprise et sa capacité de répondre favorablement aux revendications syndicales.

De son côté, l’employeur maintient des demandes inacceptables pour les salarié-es. Par exemple, il veut cesser de payer le temps nécessaire pour le lavage des mains, soit une dizaine de minutes. « Le lavage des mains est une des multiples mesures de sécurité essentielles dans un milieu de travail où les employé-es entrent en contact avec des produits contenant de la silice, explique le vice-président à la vie syndicale de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), André Miousse. La poussière de silice peut être très nocive et entraîner la silicose, une maladie professionnelle. D’ailleurs, trois cas ont été reconnus ici même par la CNESST, dont un récemment. En 2016, huit personnes en sont mortes au Québec. C’est sûr que ça ne s’attrape pas par simple contact, en une fois, mais le lavage constitue un des moyens de prévention nécessaire. Les travailleurs ont bien raison de trouver cette banalisation insultante. »

La présidente du Conseil central de la Montérégie, Annette Herbeuval, assure aux travailleuses et aux travailleurs que la CSN les appuiera jusqu’au bout dans leur bataille. « C’est une lutte juste. Les revendications syndicales sont parfaitement raisonnables. L’employeur doit comprendre que le syndicat est incontournable. Il est là pour y rester. La seule issue possible est de négocier sérieusement pour conclure une entente satisfaisante, maintenant! »

La prochaine rencontre de négociation est prévue pour le 25 mai. Ce syndicat s’est affilié à la CSN durant l’été 2016. Il négocie donc une première convention collective depuis son adhésion à la confédération. Ces travailleuses et ces travailleurs œuvrent dans les produits en béton polymère, notamment pour les câblages électriques et de télécommunications.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket