Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les travailleuses et les travailleurs à la défense de l’environnement d’Abitibi-Témiscamingue

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Pour une fonderie propre à Rouyn-Noranda

Pour une fonderie propre à Rouyn-Noranda

Après son récent appel au calme, le syndicat de la Fonderie Horne a invité la population…
Le syndicat de la Fonderie Horne lance un appel au calme

Le syndicat de la Fonderie Horne lance un appel au calme

Après des mois à se focaliser sur le débat public à Rouyn-Noranda concernant l’arsenic et la…
Fonderie Horne: rassurée, la CSN garde l’œil ouvert

Fonderie Horne: rassurée, la CSN garde l’œil ouvert

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) accueille favorablement le plan d’action de la fonderie Horne de…
La FIM-CSN demande à Glencore de sortir de son mutisme

La FIM-CSN demande à Glencore de sortir de son mutisme

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN) estime que Glencore doit tout faire pour protéger la santé…
Le syndicat invite Glencore et le gouvernement à plus de transparence

Le syndicat invite Glencore et le gouvernement à plus de transparence

Afin de protéger la santé des travailleuses et des travailleurs, de leur famille et de leurs…
Il ne faut pas oublier celles et ceux qui vivent de la forêt

Il ne faut pas oublier celles et ceux qui vivent de la forêt

Afin de rétablir la population de caribous forestiers, la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) est consciente…

Projet de gazoduc

IMG_0732

Les travailleuses et les travailleurs à la défense de l’environnement d’Abitibi-Témiscamingue

Les travailleuses et les travailleurs syndiqué-es à la CSN mettent sur la table la question environnementale qui se veut fort à propos avec la venue de projets qui menacent l’environnement de notre région, comme le gazoduc qui traverserait trois de nos rivières et le projet Authier Lithium de la Sayona Mining qui pourrait polluer l’esker St-Mathieu-Berry, une importante source d’eau potable qui alimente la région d’Amos et une usine d’embouteillage d’eau.

« C’est à nous de porter le flambeau pour défendre notre environnement. Les travailleuses et les travailleurs ne veulent plus être passifs sur cet enjeu et vont s’assurer du respect de l’environnement, autant dans leur région que dans leur propre milieu de travail. Le gouvernement doit assurer plus de surveillance », explique Félix-Antoine Lafleur, président du CCATNQ qui estime que la structure d’évaluation environnementale actuelle des entreprises n’est pas suffisante et que la Loi sur les mines doit absolument être révisée. « La CSN s’inquiète du risque environnemental que représente le projet de gazoduc qui va traverser l’Abitibi. Il serait préférable de travailler à une transition énergétique responsable qui ne laisse pas les travailleuses et les travailleurs de côté », a déclaré Pierre Patry, trésorier de la CSN et présent au congrès.

Réunis en congrès du 7 au 10 mai, les membres du CCATNQ se prononceront aussi sur la question de la pénurie de main-d’œuvre. « Il est temps que les employeurs de la région augmentent les salaires pour tenir compte, entre autres, de l’attraction des emplois miniers et du peu de main d’œuvre disponible », indique le président Lafleur. En Abitibi-Témiscamingue et au Nord-du-Québec, plusieurs enjeux, dont la pénurie de logements, l’internet haute vitesse, sont des éléments aggravant la pénurie de main-d’œuvre. En effet, pour attirer et retenir des travailleuses et des travailleurs d’autres régions, il faut en effet être en mesure de leur offrir un milieu de vie attrayant.

À propos
Le CCATNQ-CSN compte quelque 7 000 membres en Abitibi-Témiscamingue et au Nord-du-Québec qui sont répartis dans plusieurs secteurs d’activité. Fondée en 1921, la CSN est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs, principalement sur le territoire du Québec.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket