Une maintenance imprévue de nos serveurs aura lieu ce jeudi de 19 h à 22 h. Le site de la CSN ainsi que nos sites affiliés seront indisponibles durant cette période. Nous sommes désolés des inconvénients engendrés.

Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

L’Université de Montréal abolit une composante essentielle à la formation des étudiants de musique : l’accompagnement professionnel

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Journée nationale des chargées et chargés de cours : donner la moitié des cours universitaires sans obtenir de reconnaissance

Journée nationale des chargées et chargés de cours : donner la moitié des cours universitaires sans obtenir de reconnaissance

Alors que la nouvelle ministre de l’Enseignement supérieur, Pascale Déry, amorce son mandat, la Fédération nationale…
L’éducation et l’enseignement supérieur seront-ils vraiment la « priorité des priorités » ?

L’éducation et l’enseignement supérieur seront-ils vraiment la « priorité des priorités » ?

La CSN accueille avec prudence la nomination de Bernard Drainville au ministère de l’Éducation et de…
Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Le Front commun s'élargit avec l'adhésion de l'APTS

Alors qu’une nouvelle ronde de négociations pour le renouvellement des conventions collectives du secteur public s’amorce,…
Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

Négociations à l’UQAR : les chargé-es de cours veulent une offre salariale

« Après plus d’une quinzaine de séances de négociation en un an, les pourparlers sont très lents…
Modifications unilatérales des salaires en CPE : le tribunal rappelle le gouvernement à l’ordre

Modifications unilatérales des salaires en CPE : le tribunal rappelle le gouvernement à l’ordre

En décidant unilatéralement, en janvier dernier, d’octroyer une prime de 6,6 % aux éducatrices retraitées qui désireraient…
La CSN prête à travailler dans une vision commune

La CSN prête à travailler dans une vision commune

Hier, de hauts fonctionnaires du ministère de la Santé et des Services sociaux ainsi que le…

L’Université de Montréal abolit une composante essentielle à la formation des étudiants de musique : l’accompagnement professionnel

Le Syndicat des chargées et chargés de cours de l’Université de Montréal (SCCCUM), affilié à la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN), dénonce la décision unilatérale de la Faculté de musique de l’Université de Montréal de mettre fin à l’accompagnement professionnel offert aux étudiantes et étudiants en interprétation de la faculté à compter de la rentrée.

« Les accompagnatrices, les accompagnateurs ainsi que le coachs vocaux assurent aux étudiantes et aux étudiants un volet essentiel à leur formation. En effet, les singularités de l’enseignement de la musique nécessitent des heures d’accompagnement par des pianistes accompagnateurs ou coachs professionnels aguerris. Jusqu’à maintenant, les étudiants bénéficiaient d’un certain nombre d’heures à utiliser tout au long de leur apprentissage instrumental ou vocal. Or, à compter de septembre prochain, les étudiants devront défrayer eux-mêmes les frais encourus pour l’accompagnement, pourtant nécessaires à leur formation, et devront rechercher leurs accompagnateurs, accompagnatrices et coachs vocaux dans le privé », indique Frédéric Kantorowski, président du SCCCUM.

« Aussi, il faut savoir qu’en vertu des programmes d’interprétation, les étudiants doivent se présenter avec un accompagnateur aux examens et récitals. S’ils doivent eux-mêmes défrayer les coûts engendrés par les répétitions, il faut craindre que certains n’aient pas les moyens financiers de se préparer adéquatement », déplore M. Kantorowski.

Sous prétexte d’éponger un déficit de 40 000$, la Faculté de musique choisit d’abolir une pratique en vigueur depuis toujours à l’Université de Montréal, alors que celle-ci est maintenue dans d’autres grandes institutions d’enseignement musical au Québec.

« Depuis la syndicalisation de ces professionnels en 2004, la Faculté n’a cessé d’avoir des rapports conflictuels avec ce groupe de syndiqués », rappelle le président du SCCCUM.

Pour le SCCCUM et la FNEEQ, c’est la qualité de la formation en musique qui est en jeu et c’est également la création d’iniquités entre les étudiants : les plus nantis pourront se payer, au privé, de la formation avec des accompagnateurs ou des coachs vocaux, alors que d’autres ne seront pas en mesure de le faire.

Bref, outre les pertes d’emplois, c’est une hausse des frais déguisée qu’impose l’Université de Montréal aux futurs étudiants de la Faculté de musique.

Profil de la FNEEQ

La Fédération nationale des enseignants et des enseignantes du Québec (FNEEQ-CSN) regroupe quelque 33 000 membres, dans les cégeps, les établissements privés et les universités. Affiliée à la Confédération des syndicats nationaux (CSN), la FNEEQ est l’organisation syndicale la plus représentative de l’enseignement supérieur au Québec. Profil du SCCCUM Le Syndicat des chargées et chargés de cours de l’Université de Montréal (SCCCUM) regroupe près de 2800 membres dont des chargés de cours, des chargés de formation pratique, des chargés de clinique, des chargés de formation clinique, des superviseurs de stages, des accompagnateurs et des coachs vocaux.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket