Mandat de grève générale illimitée à la Ville de Mont-Laurier

Articles récents

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Au terme des consultations menées auprès de 420 000 travailleuses et travailleurs du secteur public, le…
Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs municipaux de la…
Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les travailleuses et les travailleurs représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux…
Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Une entente de principe est intervenue tard hier soir entre le Syndicat des chargées et chargés…
Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

À la suite de la consultation des 61 assemblées générales représentant l’ensemble des profs du réseau collégial,…
Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Réunis devant l’Assemblée nationale lors d’une manifestation sur l’heure du midi, la Confédération des syndicats nationaux…

Négociation à Mont-Laurier

Mont-Laurier-Web

Mandat de grève générale illimitée à la Ville de Mont-Laurier

Le syndicat a reçu un mandat clair en assemblée générale et il se prépare au déclenchement de la grève. En effet, réunis en assemblée générale le 7 février au soir, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs de la Ville de Mont-Laurier (CSN) ont voté à 100 % en faveur d’un mandat de moyens de pression pouvant aller jusqu’à une grève générale illimitée, à déclencher au moment jugé opportun.

Mécontents de la lenteur des négociations et des dernières offres patronales, les membres ont fait le constat qu’il n’y a pas d’autre option que de se préparer à la grève. « Les membres sont tannés de recevoir des rapports de négociation dans lesquels l’employeur bouge peu ou pas du tout et refuse de prendre en compte la réalité de 2024 au niveau de la flexibilité des horaires, du télétravail ainsi que des augmentations salariales. Nous souhaitons toujours un règlement rapidement, mais les membres exigent des résultats positifs, car il est important de rappeler que la convention est échue depuis le 31 décembre 2022 », déclare Francis Ouellette, président du syndicat.

« Les membres ont raison d’être déçus des offres patronales et du rythme des négociations. Non seulement leur pouvoir d’achat a diminué au cours des dernières années, mais les offres salariales actuelles vont encore appauvrir les travailleuses et les travailleurs », ajoute Chantal Maillé, présidente du Conseil centrale des Laurentides. « Le syndicat a finalisé ses travaux concernant les services essentiels et nous allons bientôt interpeller l’employeur », conclut Francis Ouellette.

 

 

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

À LA UNE

Le Point syndical  automne 2023