Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Menace pour les soins et l’autonomie sur la Côte-Nord

Du même SUJET

La CSN prête à travailler dans une vision commune

La CSN prête à travailler dans une vision commune

Hier, de hauts fonctionnaires du ministère de la Santé et des Services sociaux ainsi que le…
Le STTuBAnQ tient un BBQ de solidarité

Le STTuBAnQ tient un BBQ de solidarité

En ce jeudi 16 juin, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs uni-es de Bibliothèque et Archives…
Santé et services sociaux : il est inadmissible de perdre son revenu en raison de la COVID-19

Santé et services sociaux : il est inadmissible de perdre son revenu en raison de la COVID-19

Les organisations syndicales du réseau de la santé et des services sociaux (RSSS) dénoncent vigoureusement la…
Les PRDM et le personnel de bureau du CISSS de Lanaudière demandent que leurs plaintes soient enfin entendues

Les PRDM et le personnel de bureau du CISSS de Lanaudière demandent que leurs plaintes soient enfin entendues

Laissé pour compte dans les règlements intervenus au cours des dernières années, le personnel de bureau…
Rapport accablant de la vérificatrice générale pour le CISSS de la Gaspésie

Rapport accablant de la vérificatrice générale pour le CISSS de la Gaspésie

Dans son dernier rapport déposé ce matin, la Vérificatrice générale affirme que des lacunes graves ont…
Les paramédics en ont marre d’être stationnés à l’urgence

Les paramédics en ont marre d’être stationnés à l’urgence

La semaine dernière fut éprouvante pour les paramédics de Québec qui ont encore fait les frais…

Fusion des agences de santé et des CSSS

Menace pour les soins et l’autonomie sur la Côte-Nord

Le Conseil central Côte-Nord – CSN a décidé de ne pas proposer de candidature au ministre de la Santé pour siéger au conseil d’administration de l’Agence de la santé et des services sociaux de la Côte-Nord. Depuis 2008, le président du Conseil central Côte-Nord y était sur le siège réservé aux syndicats. Il est cependant impensable pour le conseil central et la Fédération de la Santé et des Services Sociaux de la Côte-Nord de cautionner une nouvelle vague de compressions budgétaires et de fusions d’établissements, telle qu’annoncée par le gouvernement Couillard.

Avant même que les compressions de plus de 4 M$ ne soient entérinées cet été, le réseau de la santé et des services sociaux nord-côtier faisait déjà face à d’immenses défis, notamment en ce qui concerne le recrutement et la rétention de personnel dans le réseau. Or, voilà qu’une vaste réorganisation serait dans les plans du ministre Barrette qui prévoient notamment de diminuer de moitié le nombre de CSSS au Québec et mettre en place d’éventuelles fusions d’agences régionales. Certaines fonctions à l’agence ont d’ailleurs déjà été assurées par d’autres régions.

« Il est impensable que le réseau nord-côtier soit administré de l’extérieur de la région. Ce serait une perte d’autonomie inacceptable et le premier pas vers une nouvelle perte des services dans notre immense région », affirme Guillaume Tremblay. « La récente fusion des CSSS de Haute-Côte-Nord et de Manicouagan n’a signifié que des compressions et n’a rien amené de positif », ajoute Annie Bégin, présidente du STT du CSSS Haute-Côte-Nord et Manicouagan – CSN.

La Côte-Nord est déjà aux prises avec le pire bilan au Québec en ce qui concerne le recours aux agences de placement, aux heures supplémentaires et à l’assurance salaire. Ceci démontre qu’il faut plus de ressources pour trouver des solutions à ces problèmes de main-d’œuvre et non des compressions. « Le personnel est essoufflé. Les fusions et les compressions ne vont rien régler à ça. Au contraire, nos établissements vont devenir moins attrayants et la pénurie de main-d’œuvre risque de s’aggraver », estime Steve Heppell, président du STT de la santé et des services sociaux de Sept-Îles – CSN. Les récentes compressions au CSSS de Sept-Îles ont d’ailleurs déjà prouvé que les services à la population étaient affectés.

La réalité du territoire, qui compte près de 1 300 kilomètres de côte, risque de rattraper les grandes stratégies élaborées par le ministre à Québec. Il faudra notamment tenir compte de la réalité anglophone et de l’absence de routes dans une partie de la région. Une politique mur à mur partout au Québec n’apportera rien de bon à la Côte-Nord et aux services auxquels la population est en droit de s’attendre.

« Les citoyens et les décideurs de la région devront réagir pour s’assurer de conserver une offre de soins suffisante », conclut Guillaume Tremblay, président du Conseil central, qui ajoute que cette offre de soins est essentielle, notamment au développement économique régional.

À propos du Conseil central Côte-Nord – CSN

Le Conseil central Côte-Nord – CSN regroupe plus de 50 syndicats représentant quelque 5 500 membres sur un territoire qui s’étend de Tadoussac à Blanc-Sablon en passant par Anticosti, Fermont, Schefferville et Kawawachikamach.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket