Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Menacés de mises à pied massives, les tuteurs et les tutrices manifestent

Du même SUJET

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
McGill doit relancer son Conservatoire de musique

McGill doit relancer son Conservatoire de musique

C’est avec consternation que le Syndicat des chargé-es de cours et des instructeurs-trices de McGill a…
Loi sur la liberté académique : restons vigilants malgré les avancées 

Loi sur la liberté académique : restons vigilants malgré les avancées 

La Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ–CSN) est d’avis que les amendements…
PL-32 : pas de « véritable liberté académique » sans profonds amendements

PL-32 : pas de « véritable liberté académique » sans profonds amendements

Dans le cadre des consultations particulières sur le projet de loi sur la liberté académique dans…
UQAM : les membres du SPPEUQAM–CSN acceptent le règlement du conciliateur

UQAM : les membres du SPPEUQAM–CSN acceptent le règlement du conciliateur

Réunis en assemblée générale jeudi, les membres du Syndicat des professeures et professeurs enseignants de l’UQAM…
Faire du réseau un employeur de choix ? Oui et ça presse !

Faire du réseau un employeur de choix ? Oui et ça presse !

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) accueille avec ouverture le plan présenté mardi par le ministre…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Université TÉLUQ

Menacés de mises à pied massives, les tuteurs et les tutrices manifestent

Inquiets de l’avenir de l’Université TÉLUQ alors que celle-ci est en pleine restructuration et menace d’effectuer des mises à pied massives, les tuteurs et les tutrices, manifestent aujourd’hui devant le siège social de l’université. Ils sont appuyés par les représentantes et les représentants des syndicats affiliés à la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ–CSN) et du Conseil central de Québec Chaudière-Appalaches (CCQCA–CSN)

C’est lors de leur assemblée générale tenue la semaine dernière, que les membres du Syndicat des tuteurs et des tutrices de la Télé-université (STTTU) ont pu mesurer l’ampleur de la réorganisation initiée par leur employeur depuis plus d’un an. Après avoir transféré à un sous-traitant privé, l’Institut Matci, l’encadrement d’environ 37% des étudiants-es provoquant la mise à pied d’une quarantaine de postes de tuteurs et de tutrices, la direction de l’Université TÉLUQ s’est livré à une seconde attaque. Elle crée des « professeurs-es sous contrat », qui reprendront l’encadrement des étudiants-es, une tâche effectuée depuis toujours par les tuteurs et les tutrices. De l’aveu même du porte-parole patronal, ceux-ci vont perdre 75 % de leurs tâches d’ici quelques semaines en raison de la restructuration. Ce chiffre ne tient pas compte des étudiants-es déjà transféré-es à l’Institut Matci. 

Pour Nancy  Turgeon, présidente du syndicat, cette décision est incompréhensible. « Qu’un établissement d’enseignement du réseau jette à la rue des enseignantes et des enseignants après 10, 15 ou 25 années de bons et loyaux services est scandaleux! Et ça l’est encore plus si l’objectif est de transférer les emplois à des enseignants nouvellement embauchés ou à un sous-traitant privé », souligne-t-elle. 

Un détournement de fonds publics
Selon Yves Fortin, secrétaire général du CCQCA, la sous-traitance dans l’éducation est un enjeu qu’il faut prendre très au sérieux. « L’administration de l’université donne l’impression qu’elle gère une entreprise privée quand en réalité nous parlons ici de gestion de fonds publics et de services à la population. Prendre l’argent public, mettre à pied des gens expérimentés puis transférer cet argent à un sous-traitant privé s’apparente à un détournement de fonds », précise-t-il.

Des conséquences sur le diplôme
Cette décision de l’université n’est pas sans conséquence pour les étudiantes et les étudiants. Le temps d’encadrement offert par les nouveaux « professeurs-es sous contrat» sera trois fois moindre compromettant ainsi la qualité des rétroactions essentielles dans la réussite de l’apprentissage à distance.

Il est par ailleurs impossible de savoir de quelle façon le sous-traitant privé, assure la qualité de l’encadrement et de l’évaluation des étudiantes et des étudiants de l’Université TÉLUQ puisque l’entente reste secrète. « La situation est inquiétante. Et même si l’Institut Matci est accrédité par le ministère de l’Éducation, c’est la valeur même du diplôme de l’Université TÉLUQ qui pourrait être remis en question », croit, pour sa part, Jean Murdock, président de la FNEEQ.

 Pour les tuteurs et les tutrices de l’Université TÉLUQ la renommée de celle-ci a été jusqu’ici irréprochable, mais les récentes décisions prises par l’administration égratignent cependant sa réputation mettant ainsi son avenir en jeu. En cet ère du numérique, la situation est plutôt absurde.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket