Participation massive à l’assemblée pour le renouvellement du contrat de travail 2015-2018

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

Les syndiqué-es adoptent une banque de journées de grève

Les syndiqué-es adoptent une banque de journées de grève

Réunis en assemblée générale le mardi 24 janvier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs…
Les grévistes du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges interpellent l’archevêché de Montréal

Les grévistes du Cimetière Notre-Dame-des-Neiges interpellent l’archevêché de Montréal

Ce jeudi 26 janvier au matin, tout juste après avoir conclu un pacte de front commun…
Les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs moyens de pression

Les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs moyens de pression

Sans contrat de travail depuis bientôt 13 mois, les chargés de cours de l’UQO intensifient leurs…
Grève des chauffeurs d’autobus de la Rive-Sud

Grève des chauffeurs d’autobus de la Rive-Sud

Les membres du Syndicat des chauffeurs d’autobus de la Rive-Sud­­­ (CSN) vont déclencher une grève de…
Vote de grève générale illimitée chez Autobus RM

Vote de grève générale illimitée chez Autobus RM

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs des autobus R.M.–CSN a adopté un mandat de grève générale…
Des employé-es d’Amazon dénoncent les représailles et les pratiques antisyndicales de la multinationale

Des employé-es d’Amazon dénoncent les représailles et les pratiques antisyndicales de la multinationale

Harcèlement, mesures disciplinaires injustifiées, montants d’argent offerts en échange du retrait des plaintes déposées à la…

Syndicat des travailleurs de la Mine Noranda-CSN

Participation massive à l’assemblée pour le renouvellement du contrat de travail 2015-2018

Hier après-midi, le Syndicat des travailleurs de la Mine Noranda-CSN tenait son assemblée afin de présenter l’offre finale de l’employeur déposée à la partie syndicale dimanche dernier.

Dans le cadre de cette négociation, devant composer avec le spectre d’une possibilité de lock-out pouvant être imposé le 1er mars par l’employeur, « les parties négociantes avaient convenu de faire intervenir une personne conciliatrice du ministère du Travail afin d’éviter une situation conflictuelle », de dire le président du syndicat, Mario Montigny.

« Nous avons pris une grande partie de l’après-midi pour expliquer aux 289 membres présents le contenu exhaustif de l’offre de l’employeur. Bien sûr, celle-ci comporte quelques améliorations sur les matières non monétaires, telles que mouvements de main-d’oeuvre, disposition à l’égard du temps supplémentaire, gestion des vacances, plan d’action sur la sous-traitance, ajout de formation, etc. En ce qui concerne l’aspect salarial, en moyenne 7,9 % d’augmentation ont été consentis pour trois ans, ce qui constitue de l’enrichissement par rapport à l’indice des prix à la consommation. Cependant, certains points pouvant être résolus localement ont fait l’objet d’un refus de l’employeur jusqu’à la fin, ce qui nous a empêchés d’avoir une entente satisfaisante négociée à présenter à nos membres », d’expliquer le président du syndicat.

Dans ce contexte, la recommandation soumise par l’ensemble de la structure syndicale tenait compte de l’offre de l’employeur, mais surtout de l’importance de préparer la négociation de 2018. Les membres ont bien saisi l’importance de préparer maintenant la prochaine négociation et, bien qu’elle soit peu satisfaisante, ils ont accepté à 91 % la proposition de l’employeur. « Pour les trois prochaines années, nous aurons un travail à faire comme syndicat et avec l’appui massif des membres reçu à l’assemblée d’hier, le contrat 2015-2018 est maintenant réglé. Nous préparons maintenant le terrain pour le prochain renouvellement du contrat de travail », de conclure Mario Montigny.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket