Élections québécoises 2018

19 juin 2018

Patients, médecins, intervenants et gestionnaires unis pour exiger que les partis politiques s’engagent à améliorer le système de santé et des services sociaux

Nous regroupons les patients, les intervenants du réseau, les gestionnaires et les médecins et nous souhaitons mettre au service des décideurs politiques nos points de vue, de même que nos propositions consensuelles

Quatre organismes représentant les patients, les médecins, les intervenants du réseau et les gestionnaires unissent leur voix pour exiger des partis politiques qu’ils prennent des engagements fermes en matière de santé et de services sociaux. « La prochaine campagne électorale est déterminante, explique le président de l’Alliance des patients pour la santé, Jérôme Di Giovanni, car notre système de santé vit une crise profonde et qu’il nécessite des correctifs urgents, plaçant les patients au cœur de l’action. »

L’Alliance des patients pour la santé (APS), l’Association médicale du Québec (AMQ), la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et l’Association des cadres supérieurs de la santé et des services sociaux (ACSSSS) demandent à toutes les formations politiques d’inclure les actions prioritaires mises de l’avant par le Collectif dans leur plateforme électorale et de s’engager, si elles forment le prochain gouvernement, à assurer leur mise en œuvre au cours de ses deux premières années de mandat.

« Nos services de santé sont de très haute qualité, mais leur accès demeure difficile. Pour avoir un réseau de la santé efficient et performant, il faut revoir les modes de financement et de rémunération », souligne le président de l’Association médicale du Québec, le Dr Hugo Viens. « Cela prend des solutions concrètes, simples, mais pas simplistes pour y arriver. Des solutions qui auront un effet réel sur la pérennité du réseau public de santé et des services sociaux, tout en améliorant l’accessibilité aux soins et les conditions de travail », ajoute le vice-président de la CSN, Jean Lacharité.

Pour la présidente-directrice générale de l’Association des cadres supérieurs de la santé et des services sociaux, Carole Trempe, « il est temps de stabiliser le réseau en y apportant plus d’humanisme et en étant davantage à l’écoute des besoins des milieux. Les patients et les collectivités locales doivent jouer un plus grand rôle dans les décisions qui les touchent ».

Depuis le lancement des 15 solutions pour améliorer le système de santé et des services sociaux, au mois d’octobre 2017, le Collectif a rencontré les quatre partis politiques, plusieurs organismes ainsi que d’anciens ministres et sous-ministres de la santé. Tous avaient conscience que l’heure n’est plus aux changements de structure ou maniements organisationnels, mais à une action concertée. « Nous regroupons les patients, les intervenants du réseau, les gestionnaires et les médecins et nous souhaitons mettre au service des décideurs politiques nos points de vue, de même que nos propositions consensuelles », soutiennent les porte-paroles du Collectif.

Le Collectif ira donc présenter, avant le lancement officiel de la campagne électorale, ses actions prioritaires à chaque formation politique. En fonction de la réponse que celles-ci apporteront, nous produirons et rendrons public le « bulletin de notes » de chacune d’entre elles. Nous nous engageons de notre côté à devenir des partenaires privilégiés pour le prochain gouvernement.

Les cinq axes d’actions prioritaires

Les actions prioritaires

Organisation des services de 1ère ligne 

  • Élargir les champs de pratique des différents professionnels de la santé et mieux définir les interrelations pour renforcer le travail interdisciplinaire.
  • Maintenir les CLSC et renforcer leur rôle notamment pour la coordination et la prestation des soins et services à domicile aux aînés et aux personnes vulnérables, ce qui implique l’octroi des ressources humaines et financières nécessaires à leur mission.
  • Élaborer une véritable Politique des proches aidants afin de reconnaître leur apport essentiel à la prestation des soins et services.

La prévention: agir sur les déterminants de la santé

  • Consacrer 5% des dépenses de programmes de santé et des services sociaux à la santé publique, conformément aux recommandations de l’Organisation mondiale de la santé et de l’Association pour la santé publique du Québec.
  • Créer des plateformes, des « hubs », sur le territoire de chaque CISSS / CIUSSS, dotés d’un budget suffisant pour soutenir des initiatives locales, mises en place, proposées et portées par le milieu et visant la prévention et la promotion de la santé.

Les différents modes de financement et de rémunération

  • Améliorer la collecte, la circulation et le partage des données anonymisées et identifier les indicateurs reconnus qui permettront l’évaluation de la performance du réseau, notamment en matière de pertinence, de coûts et d’efficience.
  • Faire une plus grande place dans le système de rémunération des médecins aux modèles alternatifs favorisant le travail interdisciplinaire, à l’instar d’autres provinces canadiennes et en s’appuyant sur les conclusions des recherches déjà effectuées par le Commissaire à la santé et au bien-être.
  • Moderniser le financement des établissements du réseau pour l’établir non plus uniquement sur une base historique, mais également en fonction des services rendus et des impacts positifs sur la santé et le bien-être de la population locale.

La gouvernance

  • Effectuer des modifications législatives afin de rendre aux instances des établissements du réseau de la santé et des services sociaux une réelle autonomie et ainsi favoriser la décentralisation.
  • Obliger les établissements à tenir des consultations auprès des parties prenantes, incluant obligatoirement les patients, les usagers et les intervenants du réseau, pour s’assurer d’un meilleur arrimage entre l’offre de services et les besoins.
  • Mettre en place un Comité national de patients.
  • Réinstaurer la fonction de Commissaire à la santé et au bien-être, celle-ci relevant dorénavant de l’Assemblée nationale du Québec, et lui octroyer les ressources humaines et financières pour remplir pleinement son rôle.

La relève

  • Favoriser la reconnaissance des diplômes et de l’expérience acquise à l’étranger.
  • Déployer des activités de pairage, de codéveloppement, de coaching et de mentorat par les pairs pour accroître la rétention du personnel et faciliter l’intégration.
  • Améliorer l’organisation et les conditions de travail et de pratique afin d’éliminer la précarité, d’éviter la surcharge et d’assurer un milieu de travail sain.
  • Mener des campagnes publiques afin de valoriser l’apport, le rôle et le travail des professionnels et des intervenants du réseau de la santé et des services sociaux.
← Précédent Un engagement pérenne de la CSN 18 juin 2018
Suivant → Encore loin des objectifs à atteindre 19 juin 2018
Partager
Région
  • L'ensemble du Québec
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Pour information
Jean Grégoire
Conseiller syndical aux communications - CSN 514-601-8584

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/patients-medecins-intervenants-et-gestionnaires-unis-pour-exiger-que-les-partis-politiques-sengagent-a-ameliorer-le-systeme-de-sante-et-des-services-sociaux/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.