Bilan annuel des DPJ

24 septembre 2013

Pendant que les taux de signalement augmentent, les compressions continuent de faire mal

Le bilan annuel des directeurs de la protection de la jeunesse (DPJ) rendu public aujourd'hui démontre l'augmentation des taux de signalement de 4 %. Pour la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), l'augmentation de ces taux dans un contexte de compressions budgétaires met en péril la qualité des services qui sont donnés à nos jeunes en difficulté.

Le bilan annuel des directeurs de la protection de la jeunesse (DPJ) rendu public aujourd’hui démontre l’augmentation des taux de signalement de 4 %. Pour la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), l’augmentation de ces taux dans un contexte de compressions budgétaires met en péril la qualité des services qui sont donnés à nos jeunes en difficulté.

La sortie du bilan annuel des DPJ a permis de savoir que le nombre de signalements s’élève cette année à 80 540, soit une augmentation de 4 % depuis l’an dernier. « Voilà déjà quelques années que nous remarquons l’augmentation des signalements, sans pour autant que le financement et les services ne suivent cette augmentation, bien au contraire. La situation est très préoccupante », explique Line Beaulieu, vice-présidente à la FSSS–CSN.

Cette annonce s’inscrit dans un contexte où un certain nombre de centres jeunesse subissent une nouvelle vague de compressions budgétaires. « Il est assez contradictoire de voir que le nombre de signalements augmente alors qu’on continue de couper dans les services pour répondre aux exigences des compressions budgétaires. Par exemple, les compressions se traduisent en plusieurs abolitions de postes. Il est donc clair pour nous que ces compressions se traduisent en une diminution de la qualité des services que nous sommes en mesure de donner à des jeunes en difficulté », poursuit Line Beaulieu.

La situation actuelle a pour conséquence de mettre une pression indue sur les travailleuses et travailleurs des centres jeunesse, qui font de leur mieux pour prendre en charge les jeunes en difficulté. « L’augmentation des maladies liées au travail chez les travailleuses et travailleurs des centres jeunesse est un exemple frappant de l’impact direct qu’ont les compressions. L’attraction et la rétention du personnel devient de plus en plus difficile et le roulement de personnel qui en découle a un impact négatif sur les jeunes qui fréquentent les centres jeunesse. Les intervenantes et intervenants sont nombreux à témoigner qu’au Québec, nous avons une belle Loi de la protection de la jeunesse, mais nous avons de moins en moins les moyens de l’appliquer », explique Line Beaulieu.

« Avec ces constats, il est temps qu’on s’interroge sur la situation des enfants vulnérables dans notre société. Nous invitons la Ministre Hivon à réfléchir avec nous et à remettre à l’avant-plan la question de la sécurité et le développement des enfants au Québec », de conclure Line Beaulieu.

À propos de la FSSS–CSN

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) compte plus de 125 000 membres dans les secteurs privé et public. La FSSS est la plus grande organisation syndicale du secteur de la santé et des services sociaux. La FSSS–CSN agit en faveur d’une société plus équitable, plus démocratique et plus solidaire.

← Précédent Mille visages, mille combats, militons ! 24 septembre 2013
Suivant → La CSN sera des grands débats économiques, sociaux et politiques 24 septembre 2013
Partager
Région
  • L'ensemble du Québec
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN)

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/pendant-que-les-taux-de-signalement-augmentent-les-compressions-continuent-de-faire-mal/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.