Quand Amazon fait peur au monde…

Articles récents

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Au terme des consultations menées auprès de 420 000 travailleuses et travailleurs du secteur public, le…
Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs municipaux de la…
Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les travailleuses et les travailleurs représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux…
Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Une entente de principe est intervenue tard hier soir entre le Syndicat des chargées et chargés…
Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

À la suite de la consultation des 61 assemblées générales représentant l’ensemble des profs du réseau collégial,…
Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Réunis devant l’Assemblée nationale lors d’une manifestation sur l’heure du midi, la Confédération des syndicats nationaux…

« Protégez votre signature »

amazon_infolettre-v2

Quand Amazon fait peur au monde…

La présentation de la preuve s’étant conclue ce matin, les plaidoiries finales ont été lancées, cet après-midi à Montréal, dans le cadre d’une plainte déposée par la CSN contre la multinationale Amazon pour ingérence et entrave à la campagne de syndicalisation qui y est menée. Le juge Henrik Ellefsen prendra par la suite la cause en délibéré.

À compter de mai 2023, fait valoir la CSN dans sa plainte au Tribunal administratif du travail, il est devenu impossible pour le personnel du centre de distribution YUL2 d’Amazon de prendre une pause, de manger son repas ou d’aller aux toilettes sans être bombardé de messages de l’employeur : « Protégez votre signature : une carte syndicale est un document juridique », indiquent ceux-ci.

« Protégez votre signature : vous n’avez pas à fournir vos renseignements personnels », clament d’autres affiches. « Parlez à vos dirigeants pour en savoir plus », enjoignait la direction à ses travailleuses et ses travailleurs… alors qu’une campagne de syndicalisation était activement menée. « Vous avez le droit de ne pas signer une carte », précisaient de nombreuses affichettes.

« Bien sûr qu’Amazon tente de faire peur au monde ! », plaide la présidente de la CSN, Caroline Senneville. « Quel est l’intérêt d’ajouter des icônes d’empreintes digitales sur leurs affiches ? Quel est l’objectif en martelant sur chacune d’elles : “Protégez votre signature, protégez votre signature”, quand le Code du travail prévoit justement que c’est en faisant signer des cartes de membre qu’on met sur pied un syndicat au Québec ? »

Pour Caroline Senneville, il est clair qu’Amazon tente d’effrayer des employé-es, dont la très grande majorité est issue de l’immigration.

« Parmi les employé-es d’Amazon, on compte des réfugié-es politiques, des immigrantes et des immigrants à statut précaire, dont plusieurs parviennent à peine à comprendre le français, encore moins le cadre légal qui prévaut au Québec et qui prévoit justement la protection des travailleuses et des travailleurs qui désirent se syndiquer », souligne la présidente de la CSN.

« On avait entendu parler des pratiques déloyales d’Amazon à l’endroit des travailleuses et des travailleurs ailleurs dans le monde. On ne peut tolérer qu’Amazon se comporte de la même façon au Québec, alors que nos lois interdisent justement ces tentatives d’intimidation à l’endroit des salarié-es », conclut la dirigeante syndicale.

Fondée en 1921, la CSN regroupe 330 000 travailleuses et travailleurs des secteurs public et parapublic, et ce, dans l’ensemble des régions du Québec.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

À LA UNE

Le Point syndical  automne 2023