Nouvelles CSN

25 mars 2020

Secteur industriel : certaines usines pourront continuer leur production

Le président de la FIM salue l’ouverture du gouvernement qui s’est finalement rallié au « gros bon sens ».

Après la frousse qui a suivi l’annonce du gouvernement du 23 mars, certaines usines d’importance pourront continuer à fonctionner sur une base limitée.

C’est le cas pour Alcoa à Baie-Comeau ainsi que pour Fer et Titane à Sorel et Sorel Forge à Saint-Joseph-de-Sorel. « Elles vont pouvoir faire virer les fours », explique Louis Bégin, président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), qui n’a pas ménagé ses efforts après l’annonce de fermeture de toutes les entreprises non essentielles. Le président salue l’ouverture du gouvernement qui s’est finalement rallié au « gros bon sens ».

Il faut savoir, en effet, que fermer des cuves en fusion représente une perte, puisqu’elles ne peuvent pas être réactivées sans des frais importants par la suite. Pour Alcoa, cela représentait quelque 200 M$ et l’entreprise n’aurait pas eu le choix que de fermer l’une de ses alumineries. Il y aura quand même des mises à pied temporaires dans ces entreprises, mais moins que prévu.

L’autre bonne nouvelle concerne les usines de papier qui produisent du papier de toilette, des mouchoirs ou des serviettes hygiéniques. Ces usines tournent à plein régime étant donné la demande, tant au Canada qu’aux États-Unis. On pense ici, notamment, à des usines de Kruger et de Cascades. Quelques scieries qui approvisionnent en copeaux ces usines de papier pourront également continuer leurs activités. Il faudra toutefois qu’elles justifient auprès du gouvernement, à l’aide de contrats, ce à quoi ces copeaux sont destinés.

Les usines chimiques peuvent aussi poursuivre leurs opérations. Plusieurs d’entre elles, d’ailleurs, se tournent vers la production de produits désinfectants.

La FIM–CSN est cependant plus inquiète pour son secteur du béton qui dépend de celui de la construction. Les cas de Bombardier et d’Alstom demeurent également incertains, même si le métro constitue un service essentiel et que le transport en commun continuera à être une priorité après la crise actuelle.

Louis Bégin en appelle à la solidarité des Québécoises et des Québécois pour favoriser l’achat local quand c’est possible. Il a d’ailleurs décidé d’acheter des pneus Bridgestone de Joliette pour son changement de pneus du printemps, dans les prochains jours. L’usine de Joliette est en fermeture temporaire pour deux semaines, comme toutes les usines du groupe en Amérique du Nord. Pour reconnaître les pneus produits à Joliette, portez attention à la petite feuille d’érable imprimée sur le flan.

← Précédent Tout faire pour protéger le personnel en santé et services sociaux et dans les services de garde 25 mars 2020
Suivant → Des primes pour les employé-es de la chaîne alimentaire 25 mars 2020
Partager
Région
  • L'ensemble du Québec
Source
Thierry Larivière

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/secteur-industriel-certaines-usines-pourront-continuer-leur-production/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.