Travail et immigration

Syndicalisme 101 pour travailleuses et travailleurs immigrants

Faram Hassan Doudoub : « En arrivant ici, on n’avait aucune idée de la manière dont fonctionne un syndicat. Comment les gens sont-ils protégés ? De quelle façon se déroule une négociation ? Nous avons vite obtenu réponse à nos questions. Le syndicat est toujours disponible et à l’écoute pour faciliter la communication entre toutes et tous. Nous travaillons dans un milieu de travail empreint de civisme et c’est en grande partie, grâce à lui. C’est très positif. Ça me donne envie, un jour, de m’impliquer pour défendre les droits des travailleuses et travailleurs. » // Photo : Dominic Morissette
Récit d’une réussite annoncée.
Par Ariane Gagné
Partager

Les problèmes de recrutement dans plusieurs entreprises au Québec sont criants. Certaines peinent plus que d’autres à trouver des candidates et des candidats désireux d’entrer à leur service. C’est le cas de l’abattoir d’Olymel de Berthier qui a, notamment, décidé de recourir à un programme du gouvernement fédéral pour embaucher du personnel. Récit d’une réussite annoncée.

« Les jeunes ont l’embarras du choix sur le marché du travail ; ils y pensent deux fois avant d’aller travailler dans une usine d’abattage et de découpe de poulet avec une cadence dure à tenir dans des conditions parfois exécrables », souligne d’entrée de jeu le président du syndicat, Richard Rocheleau. Quand les problèmes de dotation s’accentuent chez Olymel à Berthier, l’entreprise doit agir rapidement pour pouvoir maintenir ses activités, voire éviter la délocalisation. Dans ce contexte, les dirigeants décident de recruter une vingtaine de Djiboutiens et de Mauriciens grâce au programme fédéral de travailleuses et travailleurs étrangers temporaires. Le syndicat, lui, réclame de pouvoir participer à leur accueil et à leur intégration. « On souhaitait les informer du syndicat en place et leur dire que nous sommes là pour les aider à s’adapter au Québec et à la vie syndicale à l’usine », explique encore Richard Rocheleau.

Photo de René Goyette à l'extérieur. Il porte un chandail du syndicat.

René Goyette : « L’arrivée des Djiboutiens et des Mauriciens à l’usine est très enrichissante. On apprend beaucoup en étant mutuellement en contact les uns avec les autres. Pour eux, le travail d’adaptation est énorme, bien plus que pour nous ! Ils doivent composer avec notre façon de parler et nos mœurs ; ils doivent se familiariser avec la façon de travailler ici ainsi qu’avec nos équipements. Par exemple, ce qu’ils ont connu de plus gros dans leur pays pour déplacer du matériel, c’est un transpalette à main. On en rit de bon cœur avec eux ! » // Photo : Dominic Morissette

Bien sûr, le syndicat tient aussi à conserver son rapport de force vis-à-vis de l’employeur. « Les nouveaux arrivants vont devenir une masse critique. Il faut les écouter et comprendre leurs attentes, car ils pourraient développer une sensibilité toute patronale qui deviendrait plus difficile à renverser », ajoute le président du syndicat qui tient à créer de bonnes relations entre tous les membres et qui pense déjà à la négociation de 2023. Celui-ci comprend pourquoi les nouvelles recrues n’ont pas le réflexe de critiquer « la main qui les nourrit », puisque l’employeur leur ouvre grandes ses portes. « Nous devons gagner leur confiance et leur démontrer qu’avec notre action syndicale, on réussit à se faire respecter et à améliorer nos conditions de travail. La prochaine négo pourrait être difficile. Il faut y voir dès maintenant. »

Aux premières loges
Aussitôt informé de l’arrivée des travailleurs immigrants, le comité exécutif du syndicat identifie les responsables qui les recevront à l’aéroport. Ceux-ci se munissent de la banderole syndicale, de tuques et de casquettes à distribuer et préparent leur discours de bienvenue dans lequel ils expliquent leur rôle syndical.

Le lendemain de leur arrivée, le vice-président du quart de soir, Jean-Guy Thérien, est libéré aux frais de l’employeur pour les aider à se familiariser avec le mode de vie québécois. Ouverture de compte bancaire, repérage des commerces de première nécessité, des hôpitaux, des écoles et autres organismes à connaître. Ce tour de ville est fort utile.

À l’automne, le syndicat organisera une journée thématique pour stimuler la fibre syndicale de tous ses membres, en collaboration avec le Conseil central de Lanaudière. « Nous leur présenterons une rétrospective historique des luttes dans la région, les batailles du syndicat avec des témoignages à l’appui et répondrons aussi à toutes leurs questions sur le fonctionnement démocratique de la CSN », explique Richard Rocheleau. Fort de toutes ses années de militantisme, celui-ci voit loin. Il estime qu’il serait stratégique de créer un siège de délégué au conseil syndical qui serait réservé à un camarade issu du programme de travailleurs étrangers. « Ce ne serait pas seulement utile pour bien intégrer les nouveaux camarades, mais aussi pour favoriser leur implication syndicale et leur mobilisation. D’ailleurs, j’ai déjà entendu l’un d’entre eux blaguer à l’endroit du vice-président du quart de soir en disant qu’il tentera de ravir sa place aux prochaines élections. C’est bon signe ! », dit-il avec un clin d’œil.

← Précédent Bâtir la solidarité régionale pour développer une voix forte 4 octobre 2019
Suivant → Pas sortis du bois 4 octobre 2019