Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Les travailleurs de Demix retournent au travail la tête haute

Du même SUJET

Les syndiqué-es de Bridor en lock-out depuis bientôt un mois

Les syndiqué-es de Bridor en lock-out depuis bientôt un mois

Les 316 travailleuses et travailleurs de Bridor souligneront, le mercredi 25 mai prochain, leur premier mois…
Novago met ses quincailleries locales (BMR) en danger

Novago met ses quincailleries locales (BMR) en danger

Après plus de six mois de grève à la coopérative Novago de Joliette, c’est maintenant la…
La dernière offre globale de l’employeur rejetée massivement

La dernière offre globale de l’employeur rejetée massivement

Réunis en assemblée générale le 11 mai 2022, les travailleuses et les travailleurs de Rolls Royce…
Entente de principe pour les paramédics

Entente de principe pour les paramédics

La samedi 7 mai 2022, le comité de négociation des paramédics et les représentants patronaux ont…
Rolls-Royce Canada doit redevenir un employeur de choix

Rolls-Royce Canada doit redevenir un employeur de choix

Au moment où tous les employeurs du Québec jouent du coude pour attirer et retenir la…
Nous allons nous retrouver avec des bris de service, préviennent les paramédics

Nous allons nous retrouver avec des bris de service, préviennent les paramédics

Plus d’une vingtaine de paramédics ont récemment quitté leur emploi chez Ambulances Demers ou sont en…

Tenir tête à une multinationale

Les travailleurs de Demix retournent au travail la tête haute

Après des nuits de discussions intenses avec l’employeur, les membres du Syndicat des travailleurs de Demix Béton (St-Hubert)–CSN ont voté en faveur de la recommandation de la conciliatrice, mettant ainsi fin au conflit qui dure depuis près de deux mois.  Les travailleurs rentreront donc prochainement au travail la tête haute et fiers d’avoir mené ce combat.

« Ce fut une décision difficile, mais les travailleurs ont mené un conflit exemplaire tout tout en se tenant debout contre une multinationale » a lancé Louis Bégin, président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN). « En plus des victoires juridiques gagnées pendant le conflit, ils ont réussi à faire disparaître une clause de la convention qui les laissait vulnérables à la sous-traitance » de rajouter M. Bégin.

Tout au long du conflit, l’employeur a conservé sa position illogique sur l’iniquité entre les travailleurs des différentes usines, même s’ils effectuent le même travail et livrent aux mêmes clients. « Si cette grève nous a permis de voir toute la considération que l’employeur démontre à notre égard, il a aussi pu voir de quel bois on se chauffe », s’est exclamé le président du syndicat, Patrick Durand.

« La solidarité syndicale n’est pas un vain mot : c’est notamment grâce à l’appui des syndicats et de la CSN que les travailleurs ont pu tenir le coup, et nous le ferons à nouveau s’il s’avère nécessaire » de conclure Annette Herbeuval, présidente du Conseil central de la Montérégie.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket