Négociations

11 avril 2019

Transport scolaire : une deuxième entente intervenue

Deux employeurs ont démontré qu’il est possible d’octroyer des conditions de travail décentes pour un métier qui mérite d’être reconnu.

Une deuxième entente de principe est intervenue ce matin, cette fois-ci entre le Syndicat des travailleuses et travailleurs des Autobus Coaticook – CSN et leur employeur.

Encore une fois, les termes de l’entente ne peuvent être exposés pour le moment puisque les membres seront consultés en assemblée générale lundi prochain.

« Le comité syndical se dit satisfait de l’entente et respecte grandement le cadre pour lequel il était mandaté, déclare M. Denis Beaudin, président du Conseil central des syndicats nationaux de l’Estrie — CSN (CCSNE-CSN). Il n’y aura donc pas l’exercice de la grève pour ce syndicat.

Deux employeurs, qui depuis hier, ont démontré qu’il est possible d’octroyer des conditions de travail décentes pour un métier qui mérite d’être reconnu, » conclut M. Beaudin.

Malgré plusieurs pourparlers, l’impasse demeure pour les syndicats suivants :

  • Syndicat des travailleuses et travailleurs d’Autobus des Cantons — CSN
  • Syndicat des travailleuses et travailleurs d’Autobus de l’Estrie — CSN
  • Syndicat des travailleuses et travailleurs des Autobus la Sapinière — CSN
← Précédent La CSDM met en demeure un transporteur de Montréal 11 avril 2019
Suivant → Autobus B. Dion : entente entérinée 12 avril 2019
Partager
Région
  • Estrie

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/transport-scolaire-une-deuxieme-entente-intervenue/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.