Projets pilotes du ministre Barrette sur les ratios

3 avril 2018

Un bien petit baume qui ne répond pas à l’ampleur de la détresse du personnel

Les projets pilotes sur les ratios de professionnel-les en soins / patient-es, annoncés par le ministre Barrette, sont insuffisants.

Pour la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), les projets pilotes sur les ratios de professionnel-les en soins / patient-es, annoncés aujourd’hui par le ministre Gaétan Barrette, sont insuffisants pour répondre à l’ampleur de la détresse exprimée par l’ensemble du personnel du réseau de la santé et des services sociaux.

Après avoir donné des milliards de dollars dans la rémunération des médecins, le ministre Barrette annonce aujourd’hui des projets qu’il évalue lui-même à quelques centaines de millions pour tenter à tout prix de rendre le dossier de la santé moins chaud sur la place publique. Les problèmes vécus par le personnel sont beaucoup plus profonds que la seule question des ratios, à commencer par le fait que la surcharge affecte tout le personnel. De plus, cette annonce ne règlera en rien les problèmes de pénurie et d’attraction et l’organisation du travail continuera d’être affectée négativement par l’hypercentralisation de la réforme Barrette.

Pour la FSSS-CSN, il faut envisager des solutions beaucoup plus porteuses pour améliorer les choses. Nous mettons d’ailleurs de l’avant 15 solutions pour non seulement améliorer l’accès aux services, mais aussi les conditions de travail du personnel, notamment en revoyant le mode de rémunération des médecins. Lors d’une récente rencontre avec le ministre Barrette, la FSSS-CSN lui indiquait l’urgence d’apporter des transformations importantes dans sa réforme pour améliorer le sort du personnel. Malheureusement, le ministre a rejeté nos solutions du revers de la main. Il sera aussi impossible d’améliorer considérablement les conditions de travail du personnel sans régler le manque à gagner de 7 milliards dans les établissements du réseau.

« Je comprends bien le ministre Barrette d’être tout sourire aujourd’hui. Il pense avoir trouvé le moyen de passer à autre chose dans le réseau de la santé et des services sociaux. Mais comme il refuse toujours de regarder des solutions porteuses, nous continuerons de ramasser des gens en pleurs dans les prochaines semaines. Malgré une promesse de sa part de travailler sur des ratios pour l’équipe soignante, il n’a pas donné l’indication aujourd’hui qu’il veut soulager la surcharge pour l’ensemble des membres de l’équipe soignante. La détresse continuera donc à se faire sentir dans ces équipes. Dans bien des régions, les employeurs ont du mal à attirer et à retenir le personnel. Ça va en prendre plus que ce qui est annoncé aujourd’hui pour changer ce portrait », exprime Jeff Begley, président de la FSSS-CSN.

À propos de la FSSS-CSN

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) compte plus de 110 000 membres dans les secteurs publics et privés. La FSSS est la plus grande organisation syndicale dans le secteur de la santé et des services sociaux et dans les services de garde. La FSSS-CSN agit en faveur d’une société plus équitable, plus démocratique et plus solidaire.

← Précédent Un échec sur toute la ligne 3 avril 2018
Suivant → Offre patronale rejetée à 80% 3 avril 2018
Partager
Région
  • L'ensemble du Québec
Source
Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN)
Pour information
Hubert Forcier
514-209-3311

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/un-bien-petit-baume-qui-ne-repond-pas-a-lampleur-de-la-detresse-du-personnel/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.