Réaction

Un remaniement électoraliste

11 octobre 2017

Pour insuffler un véritable changement, il faudrait que le gouvernement Couillard réinvestisse massivement dans les missions de l’État, comme la santé, les services sociaux, l’éducation et le développement régional.
Partager
Région
  • L'ensemble du Québec
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Pour information
Louis-Serge Houle
514 792-0795

Le premier ministre Philippe Couillard a présenté un Conseil des ministres électoraliste pour se lancer dans le dernier droit en vue de la prochaine élection québécoise, en octobre 2018, a réagi le président de la Confédération des syndicats nationaux (CSN), Jacques Létourneau. « Il aura cependant fort à faire pour nous démontrer un changement dans les politiques du gouvernement libéral, à l’heure où les mesures d’austérité continuent de faire sentir leurs effets désastreux dans les services publics et les programmes sociaux », a-t-il indiqué.

« Pour insuffler un véritable changement, il faudrait que le gouvernement Couillard réinvestisse massivement dans les missions de l’État, comme la santé, les services sociaux, l’éducation et le développement régional, a souligné Jacques Létourneau. Un changement de cap supposerait donc un réinvestissement majeur plutôt que de consacrer des milliards au remboursement de la dette par le Fonds des générations, et qu’une diminution du fardeau fiscal, comme l’a déclaré le premier ministre dans son discours. »

En ce sens, le président de la CSN note que le premier ministre Couillard a maintenu en poste le ministre le plus impopulaire de son Conseil, Gaétan Barrette, au ministère de la Santé et des Services sociaux. « Ce dernier fait l’unanimité contre lui et ses réformes font l’objet de critiques dans tous les milieux, a-t-il poursuivi. M. Couillard aurait envoyé un bon signal en lui retirant ce ministère. »

La CSN continuera aussi à intervenir pour une réforme de la Loi sur les normes qui répondent à la réalité des travailleuses et des travailleurs non syndiqués. Jacques Létourneau : « La question des agences de placement et le salaire minimum qui permettent de sortir de la pauvreté, comme ce que nous revendiquons avec le 15 $ l’heure, devraient aussi être au centre des priorités de ce nouveau conseil des ministres. »

Jacques Létourneau salue l’arrivée de Luc Fortin au ministère de la Famille. « Nous espérons que ce dernier changera la vision mercantile des services de garde. Depuis l’élection de 2104, les libéraux n’ont eu de cesse de diminuer les services éducatifs à l’enfance des CPE et en milieu familial en favorisant les garderies commerciales. »

À la Condition féminine aussi, la CSN note un changement positif avec l’arrivée d’Hélène David, une femme qui a agi promptement en intervenant dans les campus, lors des situations dénoncées d’harcèlement. « Elle devra évidemment faire ses preuves, mais cette nomination est de bon augure.

La CSN prend note de l’arrivée de Pierre Arcand au Trésor. « Nous espérons que l’ouverture dont il a fait preuve par le passé pourra faciliter les rapports avec les différents groupes qui représentent les salariés de l’État », a indiqué Jacques Létourneau.

Le premier ministre a posé certains gestes positifs en établissant presque une équité hommes/femmes au Conseil des ministres. « Nous ne sommes pas dupes qu’il y a là un geste qui vise à amadouer l’électorat, car pourquoi avoir attendu trois ans avant de l’atteindre ?»

← Précédent CHUM: combien va nous coûter le partenariat public-privé ? 10 octobre 2017
Suivant → Des syndicalistes de tous les continents préparent leur plan d’action 11 octobre 2017

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/un-remaniement-electoraliste/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.