Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Une bonne nouvelle pour les travailleuses des CPE

Du même SUJET

Les sages-femmes dénoncent le chantage de Sonia LeBel

Les sages-femmes dénoncent le chantage de Sonia LeBel

Flanquée des représentantes et représentants du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN) et de la Fédération…
Les employé-es de la CDPDJ manifestent pour que leur négociation débloque

Les employé-es de la CDPDJ manifestent pour que leur négociation débloque

Les employé-es en grève de la Commission des droits de la personne et des droits de…
Les employé-es de la CDPDJ lancent une grève de deux jours

Les employé-es de la CDPDJ lancent une grève de deux jours

Les employé-es de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse…
Ignorés par Québec, les avocates et avocats de l’aide juridique déclenchent la grève

Ignorés par Québec, les avocates et avocats de l’aide juridique déclenchent la grève

Après avoir tenu des lignes de piquetage devant les différents bureaux de l’aide juridique, les grévistes…
Les avocats et avocates de l’aide juridique en grève mardi prochain

Les avocats et avocates de l’aide juridique en grève mardi prochain

Sans nouvelles du Conseil du trésor depuis l’obtention de leurs mandats de grève, les syndicats des…
Les PRDM et le personnel de bureau du CISSS de Lanaudière demandent que leurs plaintes soient enfin entendues

Les PRDM et le personnel de bureau du CISSS de Lanaudière demandent que leurs plaintes soient enfin entendues

Laissé pour compte dans les règlements intervenus au cours des dernières années, le personnel de bureau…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Recours en vertu de la Loi sur l’équité salariale

Photo : nickjene
Photo : nickjene

Une bonne nouvelle pour les travailleuses des CPE

Les travailleuses des CPE peuvent se réjouir puisque la Cour suprême a accepté, aujourd’hui, d’entendre le recours mené conjointement par la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) pour que les travailleuses en CPE aient droit aux ajustements d’équité salariale rétroactivement au 21 novembre 2001. Cette décision survient au moment où nous célébrons les vingt ans de la Loi sur l’équité salariale.

Contestation de la validité constitutionnelle de l’article 38 de la Loi sur l’équité salariale

La CSN et la CSQ contestent la validité constitutionnelle de l’article 38 de la Loi sur l’équité salariale qui autorise les employeurs œuvrant dans des entreprises n’ayant pas de comparateurs masculins, comme c’est le cas pour les centres de la petite enfance, à appliquer les correctifs en date du 5 mai 2007 plutôt que du 21 novembre 2001. Rappelons que les entreprises qui comptent des comparateurs masculins avaient l’obligation de corriger la discrimination salariale au 21 novembre 2001. Les femmes œuvrant dans les entreprises visées par l’article 38 ont donc attendu pendant près de six ans pour que leur droit aux ajustements salariaux se concrétise.

Une discrimination qui viole le droit à l’égalité

Une telle disparité de traitement est non seulement injuste, mais elle viole le droit à l’égalité garanti par les chartes canadienne et québécoise. La loi crée une différence de traitement qui prive les femmes œuvrant dans les entreprises où n’existe aucune catégorie d’emplois à prédominance masculine (ghettos féminins d’emploi) d’une égale reconnaissance de la protection et du bénéfice de la loi.

Selon Francine Lévesque, vice-présidente de la CSN, « il est ironique de constater que les travailleuses des centres de la petite enfance ne peuvent, pour l’instant, bénéficier des mêmes droits concernant l’équité salariale que les autres, alors qu’elles ont été longtemps le symbole de la lutte pour l’équité salariale. On n’a qu’à se rappeler de la comparaison entre leur travail et celui des gardiens de zoo qui a illustré les problèmes de discriminations salariales dont les femmes étaient les victimes ».

« La décision de la Cour suprême d’entendre cette cause constitue un premier pas significatif pour combler le vide juridique qui perdure afin que nos intervenantes en petite enfance puissent obtenir un traitement équitable. La Loi sur l’équité salariale doit s’appliquer uniformément pour toutes les personnes qui occupent des catégories d’emplois à prédominance féminine », soutient Louise Chabot, présidente de la CSQ.

La CSN et la CSQ poursuivront donc leur recours devant la Cour suprême pour mettre fin à cette iniquité dont sont victimes des milliers de femmes œuvrant dans les centres de la petite enfance.

Rappel du cheminement judiciaire :

— Juillet 2007, dépôt d’un recours visant à faire déclarer inconstitutionnel, nul et contraire au droit à l’égalité l’article 38 de la Loi sur l’équité salariale;

— Le 2 septembre 2014, la Cour supérieure rend une décision en première instance indiquant que, pour elle, la distinction entre les articles 37 et 38 ne constitue pas une discrimination fondée sur le sexe des personnes;

— La décision rendue en 2014 a été portée en Cour d’appel. Le 8 mars 2016, la Cour d’appel a maintenu la décision du juge de première instance, confirmant la légalité de l’article 38 de la Loi sur l’équité salariale;

— 1er décembre 2016, la Cour Suprême accepte notre demande d’autorisation d’appel et nous poursuivrons notre bataille pour faire reconnaître le droit des travailleuses des CPE.

 

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket