Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Une entente de cinq ans à l’usine de La Pocatière

Du même SUJET

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Faut-il attendre qu’il y ait des morts pour que cessent les bris de services?

Le syndicat du préhospitalier de Montréal et de Laval interpelle le gouvernement Legault quant à la…
Vote de moyen de pression à l’unanimité

Vote de moyen de pression à l’unanimité

Insatisfaits du climat de travail et du manque d’ouverture de l’employeur, les chauffeurs d’autobus urbain du…
SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

SQDC : les syndiqué-es enfument le Conseil du trésor

Les membres du Syndicat des employées et employés de la SQDC–CSN ont profité d’une autre journée…
Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

Une autre occasion ratée par le ministre Roberge

À quand une vraie reconnaissance pour toutes celles qui participent au développement de nos enfants en…
Les sages-femmes dénoncent le chantage de Sonia LeBel

Les sages-femmes dénoncent le chantage de Sonia LeBel

Flanquée des représentantes et représentants du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN) et de la Fédération…
SQDC : les syndiqué-es exercent une autre journée de grève

SQDC : les syndiqué-es exercent une autre journée de grève

À la suite d’un vote d’une banque de cinq jours de grève adoptée le 5 juin dernier,…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

ALSTOM

alstom-1200

Une entente de cinq ans à l’usine de La Pocatière

Le Syndicat des employés de Bombardier à La Pocatière (CSN) vient d’adopter un nouveau contrat de travail de cinq ans qui assure de meilleures conditions de travail et pave la voie à l’obtention de nouveaux contrats. Les deux tiers des membres ont accepté la dernière offre patronale, qui prévoit des augmentations moyennes cumulatives de 13,95 % en cours de convention collective. Dans le cas précis des soudeurs, la hausse salariale totalise 23,56 %.

Selon le conseiller syndical au dossier, Christian Beaulieu, l’employeur cotisera davantage au régime de retraite et l’assurance collective continuera à être payée à 100 % par la compagnie. Autrefois propriété de la division ferroviaire de Bombardier, l’usine de la multinationale d’origine française Alstom emploie actuellement environ 150 des 300 employé-es qu’elle comptait durant ses belles années. « En l’absence de contrats d’importance, l’usine vivote depuis quelques années, admet le conseiller syndical. Mais avec de nouveaux contrats, le bon temps va revenir. »

« Le niveau d’emploi est à son plus bas et, chaque fois qu’il y a des mises à pied, il y a aussi des travailleurs qui partent et qui se replacent ailleurs », reconnaît aussi Louis Bégin, président de la Fédération de l’industrie manufacturière de la CSN.

En route pour le TGF
Mais l’optimisme reste de rigueur. « Toutes les planètes sont maintenant bien alignées, ajoute le président de la FIM. Toutes les bonnes cases sont cochées pour permettre à la compagnie de décrocher le contrat de fabrication du train à grande fréquence (TGF). » Il y a quelques semaines, Ottawa a lancé un appel de propositions pour le matériel roulant de ce lien ferroviaire projeté entre le Québec et l’Ontario. « La conclusion d’une nouvelle convention collective démontre la qualité des relations de travail chez Alstom. Elle est désormais bien positionnée pour obtenir cet important contrat fédéral. »

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket