Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Une nécessité environnementale

Du même SUJET

Il ne faut pas oublier celles et ceux qui vivent de la forêt

Il ne faut pas oublier celles et ceux qui vivent de la forêt

Afin de rétablir la population de caribous forestiers, la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) est consciente…
Alliance historique entre la CSN et Nature Québec pour protéger les forêts

Alliance historique entre la CSN et Nature Québec pour protéger les forêts

Nature Québec et la Confédération des syndicats nationaux lancent aujourd’hui une alliance pour revendiquer des améliorations…
Tuer le Publisac aura des impacts majeurs : la CSN demande l’intervention du gouvernement

Tuer le Publisac aura des impacts majeurs : la CSN demande l’intervention du gouvernement

La ville de Montréal a pris une décision unilatérale en annonçant la mise en place d’un…
Large appui de la Société civile envers la Première Nation de Long Point face à Sayona Mining et lancement d'une pétition de soutien internationale

Large appui de la Société civile envers la Première Nation de Long Point face à Sayona Mining et lancement d'une pétition de soutien internationale

Neuf regroupements et comités citoyens, groupes environnementaux, syndicat et organisme communautaire de l’Abitibi-Témiscamingue joignent leurs voix…
Tramway dans la Vieille Capitale - Québec doit privilégier l'empreinte écologique et l'expertise locale

Tramway dans la Vieille Capitale - Québec doit privilégier l'empreinte écologique et l'expertise locale

Avant d’octroyer le contrat de fabrication du futur tramway de Québec, la Confédération des syndicats nationaux…
La Cordée : des salarié-es syndiqués par amour du plein air

La Cordée : des salarié-es syndiqués par amour du plein air

En septembre 2019, les 90 salarié-es des boutiques La Cordée de l’île de Montréal réalisaient une percée…

Consigne publique

Photo : Cedric Martin
Photo : Cedric Martin

Une nécessité environnementale

Au mois d’octobre dernier, la presse laissait filtrer des données venant de Recyc-Québec, qui dévoilaient les intentions de Québec sur la consigne publique. Selon l’information divulguée, l’organisme aurait l’intention de demander une consigne de 0,05 $ pour tous les contenants de moins de 900 ml, peu importe le contenu, à l’exception de la bouteille de vin.

Recyc-Québec estime que cette mesure mettrait fin aux disparités qui existent actuellement sur la consigne de contenants similaires. La solution envisagée a été vivement critiquée par l’industrie, qui anticipe les problèmes reliés à l’entreposage de ce milliard de contenants. Des études démontrent que le taux de récupération des canettes d’aluminium consignées à 0,05 $ est de 71 %, comparativement à 98 % pour la bouteille de bière qui, elle, est consignée à 0,10 $. Le taux de récupération chute radicalement pour les contenants non consignés comme les bouteilles d’eau.
Pierre Patry, trésorier de la CSN et responsable des dossiers d’environnement et de développement durable, accueille favorablement cette mesure. « Ça fait des années que les pouvoirs publics sont interpellés sur les risques importants pour l’environnement des contenants qui ne sont pas recyclés, tout particulièrement la bouteille d’eau. L’imposition d’une consigne permettrait de récupérer une quantité importante de ces contenants et cela ne pourrait qu’être bénéfique à long terme », explique-t-il.

Coup de pouce à la bouteille brune

Le passage de la consigne publique de 0,05 $ à 0,10 $ pour la canette de bière viendrait normaliser une situation qui désavantage la bouteille brune. La vente de bière étant soumise à un prix plancher, la canette est vendue moins cher que la bouteille pour la même quantité. Selon David Bergeron-Cyr, vice-président de la Fédération du commerce (FC–CSN), « la production de la bière en bouteille permettrait l’embauche de quatre à cinq fois plus de salarié-es tout en comportant d’importants avantages environnementaux. Pourtant, les brasseurs ont décidé de délaisser la bouteille brune en usant de stratégies de marketing agressives pour favoriser la canette. En uniformisant les consignes, le gouvernement viendrait rétablir légèrement la situation ».

Pourquoi pas la bouteille de vin ?

Le talon d’Achille de ces nouvelles mesures, c’est sans aucun doute l’exemption accordée à la SAQ pour la bouteille de vin. Alors que le gouvernement s’apprête à obliger les détaillants et les épiceries à entreposer plus d’un milliard de contenants, la société d’État échapperait à cette obligation. Difficilement défendable d’un point de vue environnemental, cette décision déçoit également le Syndicat des employé(e)s de magasins et de bureaux de la SAQ–CSN : « Nous sommes prêts depuis longtemps à travailler paritairement avec la SAQ pour trouver des façons de faire qui permettraient d’étendre la consigne à la bouteille de vin et ainsi réduire la quantité de verre perdue », soutient Alexandre Joly, président du syndicat.

Une mesure efficace, mais insuffisante

À elle seule, la consigne est insuffisante. En ce moment, des tonnes de matières recyclées prennent la direction des sites d’enfouissement, soit parce qu’elles sont contaminées par du verre, soit parce qu’elles ne trouvent pas preneur sur le marché international. « Non seulement il faut que la SAQ soit également soumise à la consigne pour sortir le verre des centres de tri, mais il faudrait aussi que cette matière puisse être transformée, ici, au Québec », affirme Nathalie Arguin, secrétaire générale de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP–CSN). Même son de cloche du côté de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN). Le président de la fédération, Alain Lampron, conclut en affirmant que « l’expertise pour traiter les matières plastiques, le métal ou le verre existe et il suffirait de soutenir le développement de ce secteur pour voir s’ériger une industrie viable »

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket