15solutions.org

13 juillet 2018

Une première rencontre du Collectif avec un parti politique

Le Collectif ne peut se prononcer en faveur d'une structure qui privilégie le travail en silo d'un professionnel de la santé ou d'un autre.

Le Collectif qui réunit l’Alliance des patients pour la santé (APS), l’Association des cadres supérieurs de la santé et des services sociaux (ACSSSS), l’Association médicale du Québec (AMQ) et la Confédération des syndicats nationaux (CSN) est ravi d’avoir pu présenter ses actions prioritaires au Parti Québécois.

Comme l’a souligné Jérôme Di Giovanni, président de l’Alliance des patients pour la santé (APS), au nom du collectif, le Parti Québécois a été la première formation politique qui a accepté de nous rencontrer et d’échanger avec nous à la suite du dévoilement des actions prioritaires que nous proposons pour améliorer le système de santé. Nous les en remercions.

De nombreux aspects du programme du Parti Québécois rejoignent les thématiques de nos actions prioritaires. Nous tenons néanmoins à préciser que, contrairement à ce que laissait entendre le communiqué de presse du cabinet du chef de l’opposition officielle publié le 12 juillet, certaines solutions qu’il prône ne répondent pas et sont même en opposition aux directions et actions que le Collectif propose notamment sur la question de la rémunération des médecins.

Le Collectif propose que le mode de rémunération des médecins soit revu pour favoriser le travail d’équipe et la collaboration avec les autres professionnels, ce qui ne veut pas dire « un gel de la rémunération ». « Il faut revoir les modes de rémunération et adopter des modèles adaptés à la réalité du terrain pour favoriser le travail interdisciplinaire et l’accessibilité aux soins et services des patients; il ne s’agit pas de diminuer ce que reçoit actuellement un médecin pour un acte ou un autre », souligne le président de l’AMQ, le Dr Hugo Viens.

Aussi, le Collectif recommande le maintien des CLSC et le renforcement de leur rôle pour assurer la coordination et la prestation des soins et services à domicile aux aînés et aux personnes vulnérables et non pas pour répondre aux urgences mineures. « Ce qui nous préoccupe surtout ici, ce sont les aînés et les personnes vulnérables qui n’ont pas accès aux soins et services à domicile dont ils ont besoin et qui, faute de pouvoir être soignés chez eux, retournent constamment à l’hôpital, précise Jean Lacharité, vice-président de la CSN. De plus, le Collectif ne peut se prononcer en faveur d’une structure qui privilégie le travail en silo d’un professionnel de la santé ou d’un autre », ajoute-t-il.

Enfin, si le Collectif estime que les ressources humaines constituent les assises essentielles de notre réseau de la santé et des services sociaux, cela ne veut pas dire que l’amélioration de la qualité et de la rapidité des services dont les patients ont besoin, passe uniquement par l’ajout de personnel. « Il faut améliorer l’organisation et les conditions de travail et de pratique afin d’éliminer la précarité, d’éviter la surcharge et d’assurer un milieu de travail sain », indique la présidente-directrice générale de l’Association des cadres supérieurs de la santé et des services sociaux, Carole Trempe.

Le Collectif rappelle qu’il a l’intention de produire un bulletin de note dans lequel il évaluera précisément les propositions de chaque parti. Au cours de l’été, le Collectif continuera son travail, et il souhaite rencontrer rapidement les autres formations politiques.

← Précédent Entente de principe au CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean 13 juillet 2018
Suivant → Une belle victoire qui s’inscrit dans la lutte pour le 15 $ l’heure 16 juillet 2018
Partager
Région
  • L'ensemble du Québec
Source
Confédération des syndicats nationaux (CSN)
Pour information
Jean Grégoire
Conseiller syndical aux communications 514 601-8584

URL de ce document :

https://www.csn.qc.ca/actualites/une-premiere-rencontre-du-collectif-avec-un-parti-politique/
Logo de la CSN

Confédération des syndicats nationaux

www.csn.qc.ca

1601, avenue De Lorimier
Montréal (Québec) H2K 4M5
Téléphone sans frais : 1 866 646-7760

Fondée en 1921, la CSN est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s'engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec.