Une raison de plus de manifester le 9 novembre

Articles récents

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Le Front commun confirme l’adoption de l’entente de principe

Au terme des consultations menées auprès de 420 000 travailleuses et travailleurs du secteur public, le…
Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Les employés municipaux des loisirs et de la culture adoptent un mandat de GGI

Réunis en assemblée générale hier, les membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs municipaux de la…
Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les syndicats de la FSSS–CSN entérinent l'entente de principe sectorielle

Les travailleuses et les travailleurs représentés par la Fédération de la santé et des services sociaux…
Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Entente de principe pour les chargé-es de cours de l’Université Laval

Une entente de principe est intervenue tard hier soir entre le Syndicat des chargées et chargés…
Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

Les profs de cégep acceptent le projet de règlement conclu avec Québec

À la suite de la consultation des 61 assemblées générales représentant l’ensemble des profs du réseau collégial,…
Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Transport scolaire : le ministre Drainville doit intervenir

Réunis devant l’Assemblée nationale lors d’une manifestation sur l’heure du midi, la Confédération des syndicats nationaux…

Fin du tarif unique dans les services de garde

Une raison de plus de manifester le 9 novembre

C’est avec colère que la CSN a pris connaissance de la nouvelle, parue dans Le Devoir de ce matin, indiquant que la contribution parentale pour les services de garde passerait de 7,30 $ par jour à 8 $ et même à 20 $ par jour dès le 1er avril 2015. Pour la centrale, cette annonce est une attaque au filet social québécois, résultat de la politique d’austérité effrénée mise de l’avant par le gouvernement libéral. Une raison de plus, selon la CSN, de participer massivement aux manifestations régionales qui auront lieu le dimanche 9 novembre prochain, partout au Québec, en lien avec cette question.

Une décision odieuse

Pour Véronique De Sève, vice-présidente de la CSN et responsable du dossier des services de garde et de l’éducation, l’intention du gouvernement de Philippe Couillard est d’autant plus odieuse que jamais le parti n’a mentionné qu’il reverrait de la sorte le mode de financement des services de garde. « Tout au long de la campagne électorale, le PLQ s’est opposé à la politique du gouvernement précédent d’augmenter les tarifs à 8 $ puis à 9 $ en dénonçant, avec raison, les impacts négatifs du choc tarifaire pour les familles. Comment ce gouvernement peut-il aujourd’hui sérieusement envisager de telles hausses et introduire ainsi le concept de l’utilisateur payeur ? »

Impact sur les enfants, les femmes et les familles

Des services de garde éducatifs de qualité, universels et accessibles à tous sont un avantage pour l’ensemble de la société. Leur financement doit reposer sur le maintien et la bonification d’un système progressif d’imposition sur le revenu. D’autant plus que l’objectif poursuivi par le gouvernement en haussant les tarifs n’est pas d’investir davantage dans les services de garde éducatifs. Il s’agit plutôt d’une manière de renflouer les coffres de l’État pour ensuite rembourser la dette et réduire les impôts.

« L’augmentation proposée aura un effet négatif important sur le revenu des familles. Un tel choc tarifaire fait également craindre un retour en arrière de la condition féminine. Rappelons que les services de garde à 5 $, puis 7 $, ont favorisé une meilleure équité entre les femmes et les hommes en assurant l’accès et le maintien des femmes sur le marché du travail », explique Véronique De Sève. Les hausses prévues auront aussi un impact négatif sur l’accès aux services. « La fréquentation d’un service de garde éducatif de qualité améliore le développement global des enfants et favorise l’égalité des chances. C’est pourquoi la CSN demande depuis longtemps la gratuité pour les familles à faibles revenus. »

D’autre part, il apparaît évident que la modulation du tarif, même partielle, dans les services de garde en milieu scolaire, entraînera une hausse du nombre d’enfants qui retourneront à la maison la clef au cou. « Ils seront ainsi plus nombreux à passer du temps devant un écran de télé ou d’ordinateur plutôt que de participer à des activités artistiques, sportives et sociales au sein du service de garde de l’école. La CSN réclame d’ailleurs que ces services soient reconnus comme complémentaires à l’école et, qu’à ce titre, ils soient gratuits conformément à la loi. Les services de garde doivent être intégrés au projet éducatif de l’école », précise la vice-présidente.

À propos

Fondée en 1921, la CSN est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket

À LA UNE

Le Point syndical  automne 2023