Nous défendons les droits des travailleuses
et travailleurs depuis 1921

Viser un commerce juste et équitable pour les travailleuses et les travailleurs

Du même SUJET

Sprint de négociation chez les sages-femmes

Sprint de négociation chez les sages-femmes

Le groupe de militantes s’est réuni devant l’hôtel Quality Suites où se déroulaient les négociations avec…
Un congrès tout en solidarité pour le Conseil central du Saguenay Lac-Saint-Jean–CSN

Un congrès tout en solidarité pour le Conseil central du Saguenay Lac-Saint-Jean–CSN

Les congressistes présents ont pu échanger sur de nombreux enjeux touchant le monde du travail :…
Les cols bleus d’Archibald choisissent la CSN

Les cols bleus d’Archibald choisissent la CSN

Le certificat d’accréditation vise « toutes et tous les salarié-es au sens du Code du travail en…
Santé et services sociaux : il est inadmissible de perdre son revenu en raison de la COVID-19

Santé et services sociaux : il est inadmissible de perdre son revenu en raison de la COVID-19

Les organisations syndicales du réseau de la santé et des services sociaux (RSSS) dénoncent vigoureusement la…
IKEA : le magasin de Montréal devra se passer de ses employé-es

IKEA : le magasin de Montréal devra se passer de ses employé-es

Réunis en assemblée générale spéciale vendredi soir, les membres du syndicat ont voté à 97 % pour…
Il est temps que la négociation débloque à la CDPDJ

Il est temps que la négociation débloque à la CDPDJ

Sans convention depuis plus d’un an, les employé-es de la CDPDJ demandent au Conseil du trésor…

SOUTENONS LES TRAVAILLEUSES ET LES TRAVAILLEURS DE ROLLS-ROYCE

Les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls- Royce Canada, à Montréal, ont été mis en lockout le 15 mars dernier. Démontrons à Rolls-Royce Canada qu’en attaquant ses 530 salarié-es, c’est à un mouvement fort de ses 1 600 syndicats regroupant 325 000 membres qu’elle s’en prend ! Les personnes qui le souhaitent peuvent faire un don en ligne qui sera utilisé exclusivement pour soutenir la lutte des travailleuses et des travailleurs de Rolls-Royce Canada.

Renégociation de l’ALENA

North American Currency

Viser un commerce juste et équitable pour les travailleuses et les travailleurs

Pour la Confédération des syndicats nationaux, bien que plusieurs des objectifs que poursuivra le gouvernement fédéral dans la renégociation de l’ALENA visent juste, la vigilance restera de mise. Ainsi, la CSN s’inquiète des conséquences que pourrait avoir cette entente pour l’épanouissement de la culture québécoise et les services publics. Par ailleurs, la réouverture de l’ALENA doit être l’occasion de renforcer les mécanismes de défense des droits du travail et de protéger la capacité des États à intervenir pour défendre le bien commun sans risquer des poursuites abusives de la part d’investisseurs s’estimant lésés.

La vice-présidente de la CSN, Caroline Senneville, rencontrera demain la ministre canadienne des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, pour faire le point sur les nombreux enjeux soulevés par la renégociation de l’ALENA. « Des déclarations officielles du gouvernement canadien, nous comprenons que les enjeux liés au travail, à l’égalité entre les genres, aux droits des autochtones et à l’environnement, seront au cœur des priorités canadiennes : c’est une bonne nouvelle, explique Caroline Senneville. Par exemple, les mécanismes prévus actuellement pour défendre les travailleuses et les travailleurs s’avèrent inefficaces dans le contexte de la libéralisation du commerce qui entraîne une pression à la baisse sur les conditions de travail. La ministre reconnaît elle-même que les inégalités de revenu sont une préoccupation pour le Canada et que trop de villes et trop de vies ont été brisées par les fermetures d’usines et par le travail précaire. Il faut nous assurer que les travailleuses et les travailleurs des trois pays signataires profitent du commerce, que ses fruits soient plus équitablement distribués ».

De plus, un traité de libre-échange ne peut remplacer la mise en place d’une politique industrielle proactive capable de générer des emplois de qualité et un véritable développement économique dans les diverses régions du pays.

Marchés publics
Par ailleurs, la CSN sera vigilante face à la volonté affichée des gouvernements d’ouvrir davantage les marchés publics. Il ne faudrait pas que cela mène à une privatisation de facto, sans débat, de nos services publics. L’approvisionnement local, notamment par l’entremise d’exigences de contenu local, ne constitue-t-il pas une pièce maîtresse dans la lutte aux changements climatiques, le maintien des emplois locaux et le développement des régions ?

Des secteurs à protéger
La CSN partage la volonté d’Ottawa de maintenir l’exception culturelle existante à l’ALENA. Toutefois, les nouvelles technologies numériques ont transformé radicalement le paysage culturel depuis la signature de l’ALENA. Par exemple, des géants du Web ont bouleversé le domaine culturel, notamment en réalisant des profits à partir de contenus qu’ils n’ont pas créés, sans contribuer au fonds des médias et à la fiscalité nationale. Le gouvernement fédéral est en train de revoir actuellement les règlementations et les politiques à cet égard et il ne faudrait pas que l’ALENA vienne fermer la porte à tout changement en ce sens.

 De même, la CSN appuie la reconduction de la protection de la gestion de l’offre en agriculture, mais déplore l’absence de toute référence à la nécessité d’exclure les services publics des négociations dans le récent discours de la ministre Freeland.

Protection du bien commun
Enfin, la CSN souhaite que la réouverture de l’ALENA permette de retirer le chapitre 11 de l’accord en vertu duquel des entreprises qui se sentent lésées  par des lois ou des règlements visant à protéger le bien commun peuvent poursuivre les États. Plusieurs poursuites engagées par les entreprises visent des décisions légitimes prises démocratiquement par les élu-es pour protéger l’environnement ou les droits de la personne. Rappelons la poursuite de 250 millions de dollars de Lone Pine Ressources à la suite du moratoire contre l’exploitation et l’exploration de gaz de schiste dans la vallée du Saint-Laurent.

Transparence
« Nous devons souligner que, cette fois, le gouvernement canadien a opté pour une approche plus transparente en consultant les institutions de la société civile, en présentant clairement ses objectifs. Nous saluons cette approche, enchaîne Caroline Senneville. C’est la seule façon de construire l’unité à l’interne et de permettre aux représentants canadiens de demeurer fermes sur les enjeux qui nous tiennent particulièrement à cœur ».

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket