Vote de grève à 88 % chez Acier Leroux de Rimouski!

La ronde de négociation 2023 du secteur public est lancée. Pour cette ronde, la CSN, la CSQ, la FTQ et l’APTS unissent leur force et travaillent en Front commun pour défendre les travailleuses et les travailleurs. Apprenez-en plus.

Du même SUJET

La colère gronde au sein de Novago et de Sollio Groupe Coopératif

La colère gronde au sein de Novago et de Sollio Groupe Coopératif

Les grévistes du Syndicat des travailleuses et travailleurs de la COOP Lanaudière et des syndicats du…
Une autre occasion manquée avec une menace de fermeture de surcroît

Une autre occasion manquée avec une menace de fermeture de surcroît

Les espoirs étaient grands et c’est pourquoi tous les projecteurs étaient dirigés vers le dossier épineux…
Sans entente avec Québec, les avocates et avocats de l’aide juridique déclenchent la grève

Sans entente avec Québec, les avocates et avocats de l’aide juridique déclenchent la grève

Toujours sans nouvelles du Conseil du trésor, les syndicats des avocates et avocats affiliés à la…
Les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce Canada rentrent au travail la tête haute

Les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce Canada rentrent au travail la tête haute

Réunis en assemblée générale, les 530 travailleuses et travailleurs de Rolls-Royce Canada, mis en lock-out le…
La dernière offre patronale rejetée massivement

La dernière offre patronale rejetée massivement

Réunis en assemblée générale ce dimanche, les travailleuses et les travailleurs de Rolls-Royce Canada (RRC) ont…
Les employé-es de la CDPDJ en grève pour une troisième journée

Les employé-es de la CDPDJ en grève pour une troisième journée

Les employé-es de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse…

Négociation

2020-02_acier_csn

Vote de grève à 88 % chez Acier Leroux de Rimouski!

Réunis en assemblée générale samedi dernier, les seize travailleurs d’Acier Leroux de Rimouski, membres du Syndicat des travailleuses et travailleurs d’Acier Leroux Est du Québec–CSN, ont rejeté la recommandation de la conciliatrice du ministère du Travail et ont adopté à 88 % un mandat de moyens de pression incluant la grève à déclencher au moment jugé opportun.

Les syndiqués de Rimouski souhaitent un rattrapage salarial avec leurs collègues de Québec et du Saguenay. Actuellement, il existe une différence pour les chauffeurs de l’ordre de 2,39 $ l’heure pour le Saguenay et de 3,45 $ l’heure pour ceux de Québec; l’écart se creuse pour les journaliers, alors que la différence salariale passe à 2,99 $ l’heure pour le Saguenay et à 4,88 $ l’heure pour les salariés de Québec.

Le président par intérim du CCBSL, Dany Héon, se demande comment l’employeur peut justifier cette différence. « Les travailleurs du Bas-Saint-Laurent ne sont pas des travailleurs de second ordre », déclare-t-il.

Ce point étant le seul en litige, les syndiqués espèrent ne pas avoir à recourir à la grève pour que leur employeur comprenne la légitimité de cette demande de rattrapage salarial.

Le syndicat entreprendra dès maintenant des moyens de pression et donnera suite au mandat de grève obtenu, au moment jugé opportun. La convention collective est échue depuis le 8 avril 2019.

Partager cette page sur Facebook Twitter LinkedIn Reddit Pinterest WeChat Mix Pocket