Douze ententes conclues avec des magasins d’alimentation du Saguenay–Lac-Saint-Jean

La Fédération du commerce–CSN se réjouit d’avoir déjà réussi à conclure douze ententes acceptées en moyenne par plus de 90 % des membres dans le cadre de la négociation coordonnée des magasins de l’alimentation.

« Grâce à la combativité des travailleurs et travailleuses, nous avons réussi à faire des gains plus que substantiels, affirme le vice-président de la Fédération du commerce (FC–CSN), Alexandre Giguère. C’est une excellente nouvelle pour les travailleuses et les travailleurs de l’industrie qui ont été et qui continuent d’être au front depuis le tout début de la crise sanitaire. »

Les douze ententes signées jusqu’à présent seront valides jusqu’en 2025 ou 2026 et elles atteignent les objectifs établis pour cette ronde de négociation. Elles prévoient, notamment, des améliorations considérables aux régimes de retraite ainsi que des augmentations salariales variant entre 2,5 % et 2,75 % par année. De plus, plusieurs salarié-es seront repositionnés dans l’échelle salariale, ce qui fait qu’ils bénéficieront d’une augmentation salariale effective pouvant aller jusqu’à 6 %.

Dès la signature des nouvelles conventions, de nombreux salarié-es obtiendront un salaire de 15 $ l’heure et d’autres l’atteindront rapidement. Par exemple, les caissières au dernier échelon de l’échelle salariale gagneront 16,93 $ l’heure dans les magasins avec service comme les IGA et 18,57 $ l’heure dans les détaillants à escompte comme les Maxi.

« Nous sommes fort satisfaits des règlements obtenus. Ceux-ci confirment la grande force de la CSN dans la région, explique le secrétaire général du Conseil central du Saguenay–Lac-Saint-Jean (CSN), Pierre Morel. Toutes bannières confondues, c’est chez nous que nous retrouvons les meilleures conventions collectives de tout le Québec, et de loin. »

« La signature de ces ententes ne signifie pas pour autant que nous cessons de revendiquer le retour de la prime « COVID » de 2 $, prévient toutefois M. Giguère. Nous continuerons de faire pression sur les employeurs sur ces enjeux, car l’actualité nous démontre chaque jour que les risques et les enjeux sanitaires sont tout aussi importants en ce moment qu’ils l’étaient le printemps dernier quand la prime avait été implantée. »

Produits forestiers Résolu doit investir beaucoup plus au Saguenay–Lac-Saint-Jean

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN) estime que les 100 M$ d’investissements exigés de Produits forestiers Résolu (PFR) dans le projet de loi 50 sont nettement insuffisants pour assurer l’avenir des travailleuses et travailleurs des usines d’Alma et de Kénogami. Rappelons que le projet de loi 50 indique quelles seront les conditions du bail hydraulique de PFR pour leurs sept centrales privées sur la rivière Shipshaw.

Selon une étude de MCE Conseils en septembre 2019, PFR a désinvesti plus de 440 M$ US dans ses immobilisations du secteur du papier journal et des papiers à usage spéciaux de 2014 à 2018. Pendant cette même période, l’entreprise investissait 299 M$ US dans le papier tissu, principalement aux États-Unis.

« C’est anormal que les entreprises profitent de ressources (l’énergie hydraulique de la Shipshaw et le bois de la forêt publique) appartenant à tous les Québécoises et Québécois sans contrepartie suffisante. PFR ne prend pas les moyens nécessaires pour que ses usines du Québec soient prêtes pour le marché du 21e siècle et qu’elles procurent de bons emplois au Saguenay–Lac-Saint-Jean pour plusieurs décennies encore », soutient Louis Bégin, président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN). Ce dernier en appelle au nationalisme économique du gouvernement pour que les avantages consentis à PFR génèrent bel et bien plus d’emplois et d’activité économique au Québec.

Modifier le projet de loi 50

Une modification du projet de loi 50 est donc nécessaire pour assurer la transition et la pérennité des usines de PFR liées à la production d’électricité sur la rivière Shipshaw. « Le projet de loi 50 doit exiger bien plus que 100 M$ d’investissement sur 10 ans dans la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. Ce qu’il faut, c’est une entente à long terme renouvelable par intervalle de cinq ans, le maintien du niveau d’emploi de 2019 et une planification réelle de la transition vers les produits d’avenir. La modernisation des usines devrait s’enclencher au plus tard en 2025 », estime Gilles Vaillancourt, président du Syndicat national des travailleurs et des travailleuses des pâtes et papier de Kénogami–CSN

« L’investissement exigé à PFR devra également être réalisé à partir de 2020 et ne doit pas inclure d’éventuelles acquisitions comme étant un investissement au sens de ce qui sera exigé dans le projet de loi 50 », ajoute Jean-Pierre Rivard, président du Syndicat national des travailleurs et travailleuses des pâtes et papier d’Alma–CSN. Ce dernier rappelle que 12 machines à papier de PFR ont été fermées depuis 2008. Il en reste seulement une en activité à Alma et une autre à Kénogami, et ce malgré les précédents baux hydrauliques qui permettait pourtant aux gouvernements antérieurs d’exiger davantage de PFR.

Économie régionale

« L’avenir des usines de PFR est intimement lié à l’économie de notre région. Nous demandons au gouvernement de ne pas être un simple spectateur du déclin du secteur du papier au Saguenay–Lac-Saint-Jean. La fibre actuellement transformée dans ces usines va continuer d’être disponible en provenance des scieries. Il va falloir un débouché d’avenir pour pouvoir générer le maximum d’emplois avec cette ressource et éviter que ces copeaux deviennent des déchets », conclut Yannick Gaudreault, trésorier et responsable di dossier forêt au Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay–Lac-Saint-Jean–CSN.

 

La force de la solidarité

Le Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay–Lac-Saint-Jean (CSN) entreprend aujourd’hui son 37e Congrès à l’hôtel Delta Saguenay. Les prochains jours seront l’occasion pour l’ensemble des syndicats de la région d’élaborer le plan d’action des prochaines années, avec une emphase particulière sur les problématiques régionales.

Sous le thème de la force de la solidarité, le congrès sera un moment pour se pencher sur les luttes des dernières années et de préparer celles à venir. « La solidarité, c’est ce qui fait que nous sommes une force incontournable partout au Québec et dans notre région. Que ce soit pour les centres d’éducation à la petite enfance (CPE), les centres d’hébergement privés, le transport scolaire ou les employé-es de la SAQ, nous avons démontré à plusieurs reprises ce que nous pouvons accomplir pour la classe ouvrière lorsque nous nous tenons debout, toutes et tous ensemble » souligne Engelbert Cottenoir, président du congrès du Conseil central du Saguenay–Lac-Saint-Jean.

Plusieurs invité-es seront également présents afin d’outiller les délégué-es sur des questions comme un régime public et universel d’assurance médicaments, la transition juste et les changements climatiques et la pénurie et rareté de main-d’œuvre.

Le congrès permettra également de souligner le travail des militantes et militants de la région, dont le président du Conseil central, Engelbert Cottenoir, qui termine son dernier mandat après 12 ans à la présidence.

« Encore une fois, nous démontrerons la solidarité des 15 000 membres de la CSN du Saguenay–Lac-Saint-Jean lors de ce congrès. Je quitte pour la retraite en étant très confiant de la force de notre organisation dans la région. »

Fin de la grève à la Villa d’Alma

Réunis en assemblée générale à Alma cet après-midi, les travailleuses et les travailleurs de la Villa d’Alma, syndiqués avec le Syndicat des centres d’hébergement privés de la région du Saguenay–Lac-Saint-Jean (CSN) ont accepté à 71 % l’entente de principe qui leur a été présentée.

Convoquées par le médiateur pour le 20 décembre, les parties se sont rencontrées afin d’en venir à une entente satisfaisante pour tous « Les négociations ont commencé à 9 h 30 et ce n’est qu’à 19 h 30 que nous sommes arrivés à une entente de principe, explique madame Lyne Beaulieu, présidente du syndicat. Nous croyons avoir été chercher le plus que nous pouvions et c’est grâce à la mobilisation des 51 membres de la section de Villa d’Alma que nous avons pu aller chercher ce règlement. » affirme madame Beaulieu.

Gains importants

Le cœur de la négociation était sans le moindre doute le salaire. « Les travailleuses et les travailleurs ne pouvaient espérer que 12,83 $ l’heure après 9100 heures de travail. Avec la nouvelle convention, les syndiqué-es de la Villa d’Alma ont vu leur échelle salariale diminuée à 4 échelons et l’écart entre les échelons a également diminué de façon significative, explique monsieur Guillaume Wilson-Patry, vice-président régional de la Fédération de la santé et des services sociaux CSN (FSSS-CSN). Donc, à l’embauche, les gens seront payés 12,50 $ cependant, après 600 heures, leur salaire grimpe à 13,25 $. Les gens ayant 7000 heures travaillées et plus ont maintenant 15 $ l’heure. Les cuisinières ont également obtenu les mêmes augmentations ce qui fait qu’elles gagneront 18,68 $ au dernier échelon. » termine monsieur Wilson-Patry.

Les travailleuses et les travailleurs auront également des augmentations salariales de 2 % en 2019, 2,5 % en 2020 et 3 % en 2021. En plus, une rétro leur sera payée et sera calculée à partir de l’échéance de la convention soit juin 2018 jusqu’à aujourd’hui.

Dorénavant, il y aura une possibilité pour les travailleuses et les travailleurs de Villa d’Alma de se prévaloir d’une retraite progressive puisqu’une annexe a été ajoutée à la convention collective.

« Nous pensons que pour une deuxième convention collective, ces travailleuses et ces travailleurs ont réussi à aller chercher un règlement important. Certains travailleurs verront leur salaire augmenter de plus de 2 $ l’heure, ce qui n’est pas à négliger, affirme monsieur Wilson-Patry. Il est clair qu’en démontrant leur détermination en sortant en grève comme ces travailleuses et ces travailleurs l’ont fait, l’employeur ne pouvait que se rapprocher de nos demandes. Il est clair que nous n’avons pas le résultat que nous espérions, soit 15 $ à l’embauche mais nous n’avons qu’une chose à dire, nous sommes déjà prêts pour la prochaine négo en 2021 » conclut monsieur Wilson-Patry.

Les travailleuses votent pour la grève générale illimitée

Réunies en assemblée générale ce matin, près de 500 travailleuses en CPE, membres du Syndicat des travailleuses des CPE et des BC du Saguenay-Lac-Saint-Jean – FSSS-CSN ont voté à 92 % pour la grève générale illimitée.

« Nous avons fait un rapport détaillé des clauses réglées et non réglées. Nos membres sont, tout comme le comité de négociation, désolées et déçues de voir que les directions refusent de nous accorder ce que nos consœurs ont obtenu le 17 novembre dernier, explique la présidente du Syndicat, madame Nathalie Duperré. Nos demandes sont sans incidence monétaire mais surtout, dans certains CPE, elles sont déjà appliquées. Penser que les travailleuses en CPE vont laisser tomber leurs demandes, c’est bien mal les connaitre. Ça fait plus de 30 ans que nous nous battons pour faire reconnaitre notre profession et pour améliorer nos conditions de travail et nous n’avons pas l’intention de plier » affirme madame Duperré.

Les points en litige

Vacances : les travailleuses ne demandent pas plus de vacances. Elle demande plutôt de fractionner en jours une deuxième semaine de vacances lorsque la travailleuse a déjà droit à 4 semaines et plus de vacances.

Banque de temps pour les temps partiel : Les travailleuses ne demandent pas de journées supplémentaires de congé pour les temps partiel mais bien une banque de temps, que la travailleuse a déjà effectué, et que l’employeur lui doit. La travailleuse à temps partiel pourra reprendre du temps mais seulement s’il y a des travailleuses disponibles sur la liste de rappel.

« Comment ces directions peuvent expliquer leur entêtement à ne pas accorder ces deux demandes syndicales qui ne coûteront rien aux CPE, s’interroge monsieur Engelbert Cottenoir, président du Conseil central du Saguenay – Lac-Saint-Jean. Depuis le début de leur négociation, les travailleuses ont un but soit une région, une convention et elles mettront tout en œuvre pour y arriver. Les travailleuses en CPE peuvent compter sur le support des syndicats CSN de la région et sur la CSN.» conclut monsieur Cottenoir.

Sans convention collective depuis 35 mois, rappelons qu’il y a eu une entente de principe avec le gouvernement sur les clauses à incidence monétaire et que les négociations régionales ont, quant à elles, débuté il y a plus de 17 mois. Le comité de négociation du Syndicat des travailleuses des CPE et des BC du Saguenay-Lac-Saint-Jean – FSSS-CSN est en pourparlers avec les directions des CPE de la région qui elles, sont divisées en trois tables de négociation. Cependant, depuis le 17 novembre dernier, il y a entente de principe avec une des tables, soit le Groupe 3 qui représente quatre CPE.

Des actions pour sortir du cycle des fermetures temporaires

Après l’annonce de la fermeture de l’usine PFR de Kénogami pendant une semaine entre Noël et le Jour de l’an, le Syndicat national des travailleuses et travailleurs des pâtes et papier de Kénogami (SNTTPPK-CSN), en conférence de presse avec les élu-es locaux, ont exigé une intervention d’Ottawa pour régler l’imposition de la taxe américaine sur le papier surcalandré et des investissements de PFR afin de moderniser les installations.

« Nous assistons actuellement à une situation où plusieurs embûches sont sur le chemin de l’usine à papier de Kénogami. D’un côté, nous ne sentons aucun geste concret d’Ottawa afin de normaliser la question de la taxe sur le papier que nous produisons, et de l’autre, aucun signe d’investissement n’est émis par la compagnie afin d’assurer une modernisation et une durée de vie à long terme de nos installations. Malgré le fait que l’usine possède des avantages énergétiques non négligeables, nous nous retrouvons devant une impasse », explique Gilles Vaillancourt, président du SNTTPPK-CSN.

Pour le syndicat, le Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay — Lac-Saint-Jean (CCSNSLSJ-CSN) et la Fédération de l’industrie manufacturière, les différentes questions politiques liées à la production de papier (taxe, aires protégées, caribou forestier, etc.) et les investissements nécessaires de la part de la compagnie sont indissociables afin d’assurer les emplois des travailleuses et travailleurs de l’usine de Kénogami à moyen et long terme.

« La pérennité des installations de Kénogami passe par des actions gouvernementales responsables favorisant l’industrie forestière et des investissements de PFR dans la modernisation de l’usine afin de se sortir du cycle des menaces de fermetures. Le gouvernement fédéral doit maintenant faire sa part en durcissant le ton face aux États-Unis afin d’éviter de nouvelles fermetures temporaires, mais l’adoption de nouveaux créneaux de production plus prometteurs par la compagnie nous semble incontournable », renchéri Engelbert Cottenoir, président du CCSNSLSJ-CSN.

Le SNTTPPK-CSN, en processus de création d’un comité de travail sur la question de la pérennité de l’usine de Kénogami depuis octobre dernier, continuera sa campagne afin de rallier d’autres élu-es locaux à leur cause.  « Nous continuerons de travailler sur ces deux fronts au courant des prochaines semaines et des prochains mois. Nous tenons à notre usine et à nos emplois et nous mobiliserons les acteurs locaux afin d’assurer un avenir à long terme de nos installations à Kénogami », conclut le président du SNTTPPK-CSN.

À propos du SNTTPPK-CSN

Le Syndicat national des travailleurs et des travailleuses des pâtes et papier de Kénogami – CSN est le plus gros syndicat de l’usine PFR de Kénogami avec plus de 110 membres. Fort de ses 80 ans d’histoire, il est bien implanté dans ce quartier de l’arrondissement de Jonquière. Il est affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière — CSN, qui représente 25 000 membres dans plus de 300 syndicats, dont des travailleuses et des travailleurs de l’industrie forestière de la sylviculture, en passant par les scieries et les usines de pâtes et papier. Il est aussi affilié au Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay — Lac-Saint-Jean — CSN qui représente 16 000 membres dans plus de 150 syndicats de la région.

Saguenay-Lac-Saint-Jean : les travailleuses votent la grève à 94 %

Réunis hier en assemblée générale à l’Hôtel Universel d’Alma, les membres du Syndicat des travailleuses des centres de la petite enfance et des bureaux coordonnateurs du Saguenay-Lac-St-Jean-FSSS-CSN (STT CPE BC Sag-Lac FSSS-CSN) se sont prononcées à 94% en faveur d’une banque de six (6) journées de grève à utiliser au moment jugé opportun. Elles veulent ainsi mettre la pression nécessaire pour faire débloquer la négociation des dispositions nationales avec les associations d’employeurs et le ministère de la Famille. Les membres ont également voté à 94% une banque de quatre (4) jours de grève supplémentaires, aussi à exercer au moment jugé opportun, afin de faire bouger les tables régionales, car les demandes patronales sont très loin de celles du syndicat.

Les 750 membres du STT CPE BC Sag-Lac FSSS-CSN sont sans contrat de travail depuis le 31 mars 2015, soit environ 30 mois. « Les travailleuses envoient ainsi un message clair au gouvernement de même qu’aux employeurs, déclare monsieur Engelbert Cottenoir, président du Conseil central du Saguenay – Lac-Saint-Jean – CSN. Le message est qu’elles sont déterminées à obtenir un contrat de travail leur garantissant des conditions qui leur permettent d’effectuer adéquatement leur travail auprès des enfants. »

Pour sa part, madame Nathalie Duperré, présidente du STT CPE BC Sag-Lac FSSS-CSN, explique « qu’après 30 rencontres de négociation, seules les matières non monétaires ont fait l’objet d’ententes ». Elle mentionne également que « dans cette négociation, les demandes des employeurs représentent des reculs importants, non seulement dans les conditions de travail des syndiquées, mais également dans la qualité des services offerts aux enfants ».

« Il y a là bien plus qu’un conflit employeurs/employées. Par nos revendications, nous permettrons aussi d’assurer la pérennité du réseau des centres de la petite enfance, un réseau fiable et mondialement réputé dont s’est dotée la population du Québec dans le but d’assurer des services de garde éducatifs de qualité pour nos enfants », conclut Madame Duperré.

Au Saguenay – Lac-Saint-Jean, le Syndicat des travailleuses des centres de la petite enfance et des bureaux coordonnateurs du Saguenay-Lac-St-Jean-FSSS-CSN compte 30 installations regroupant 750 travailleuses de centres de la petite enfance. Il est affilié à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) ainsi qu’au Conseil central du Saguenay – Lac-Saint-Jean. La CSN regroupe pour sa part quelque 300 000 syndiqué-es provenant de tous les secteurs d’activités tant publics que privés.

Entente chez Charl-Pol à La Baie

Réunis en assemblée générale, les travailleuses et travailleurs de Charl-Pol à La Baie se sont prononcés, le 26 janvier dernier, à 100% en faveur des termes de leur nouvelle convention collective.

D’une durée de 6 ans, le contrat de travail de ces 36 syndiqué-es, membres du Syndicat des travailleurs de Charl-Pol Saguenay, affilié à la CSN, prévoit des augmentations de salaire totalisant près de 14%.

Autres gains

Les travailleurs enregistrent également des gains aux chapitres suivants : congés mobiles, primes et droits syndicaux.

Les travailleurs voient également leur régime de retraite bonifié. En effet, la contribution de l’employeur augmentera.

Objectifs atteints

Appelé à commenter l’entente, le président du Syndicat des travailleurs de Charl-Pol (CSN), Yves Potvin, a déclaré : «Nous avons atteint nos objectifs de négociation. Nous sommes d’avis que la restructuration administrative faite par l’employeur a facilité les discussions lors des séances de négociation. Enfin!, notre travail est reconnu par notre employeur. Nous sommes fiers des résultats de la négociation. Nous espérons toutefois que nos camarades du local FTQ-UES 800 retrouvent rapidement leur travail à l’usine Charl-Pol Innovation, fermée temporairement.»

«Ce type de règlement prouve, encore une fois, que la CSN peut mener plusieurs combats simultanément, sans compromis, et ce, dans tous les secteurs d’activités de la région.» précise Engelbert Cottenoir, président du Conseil central du Saguenay – Lac-Saint-Jean (CSN).

Alain Lampron, président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN) explique, pour sa part : «Cette nouvelle vient à point en ces temps difficiles pour l’industrie de fabrication lourde. Cela démontre que par leur détermination, les syndicats CSN trouvent toujours le moyen d’innover afin de préserver des emplois de qualité dans tous les secteurs.»

Le Syndicat des travailleurs de Charl-Pol inc. – CSN est affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM–CSN), qui rassemble plus de 30 000 travailleuses et travailleurs réunis au sein de 320 syndicats, partout au Québec. Quant à la CSN, elle représente plus de 325 000 travailleuses et travailleurs, et ce, tant dans les secteurs privé que public.

Les appréhensions de la CSN se réalisent au Saguenay–Lac-Saint-Jean

Après l’annonce d’une sixième démission au conseil d’administration du Centre intégré universitaire de la santé et des services sociaux de la région et la lecture des raisons la justifiant, Gaston Langevin, vice-président régional de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) et Nancy Poulin, porte-parole du Syndicat des technicien-nes et professionnel-les de la santé et des services sociaux du Saguenay-Lac-Saint-Jea –CSN (STPSSS02–CSN) ne peuvent que constater que les constats émis par leur organisation lors de la présentation de la contre-réforme Barrette s’avèrent tous véridiques.

« Les raisons de la démission de la vice-présidente du CA du CIUSSS de la région ne nous surprennent guère. Nous avions émis nos mises en garde face à la centralisation des pouvoirs au ministre de la Santé et des Services sociaux lors du dépôt du projet de la loi 10 à l’époque. Il est évident que maintenant, les différents CA des CISSS et CIUSSS du Québec ne sont là que pour donner une certaine impression de transparence et de pouvoir local à la population. Les preuves sont faites, les directeurs généraux de ces mégas structures relèvent du ministre et de personne d’autre! » déclare Gaston Langevin.

Ce mode de fonctionnement a des répercussions évidentes sur les services donnés à la population des différentes régions du Québec et le Saguenay-Lac-Saint-Jean n’y échappe pas. «  En ne pouvant pas adapter les directives ministérielles à la réalité régionale, nous assistons à des décisions unilatérales qui ne font que diminuer la qualité et l’accessibilité des services à la population. Que ce soit sur des questions comme le transfert de professionnels dans les Groupes de médecine familiale, la centralisation des laboratoires ou les nombreuses attaques à l’autonomie des techniciens et professionnels du réseau, un conseil d’administration autonome et régional aurait fort probablement plusieurs amendements à émettre afin de répondre aux besoins de la population qu’il côtoie » questionne Nancy Poulin qui déplore que même si certaines oreilles pourraient être sensibles à leurs revendications au CA, aucun administrateur ne peut réellement avoir une influence sur les décisions prises.

Dans cette période de bouleversement du réseau de la santé et des services sociaux, ces tristes constats ne font qu’augmenter les craintes des travailleuses et travailleurs qui œuvrent dans cette institution. « Sur le plancher, maintenant, la question n’est plus s’il y aura de nouvelles démissions au CA, mais bien quand les autres passeront à l’acte. Les personnes démissionnaires sont remplacées par le ministre lui-même. Avec le temps, il réussira à isoler les administrateurs un peu plus critiques et il aura encore plus le champ libre. M. Barrette peut bien essayer de minimiser ce qui se passe présentement dans la région, mais il est peut-être en train d’atteindre un point de rupture avec la population qui est déjà cynique face aux décisions de leurs élus. Il faut prendre au sérieux les propos de l’administratrice démissionnaire et exiger un changement de cap dans la fusion des établissements de santé et des services sociaux ! Il est inacceptable que nous n’ayons pas notre mot à dire collectivement !» conclut le vice-président régional.

À propos

Les quatre syndicats CSN du CIUSSS02 représentent près de 5 000 membres et sont affiliés à la FSSS-CSN et au Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean (CSN). La CSN représente plus de 120 000 membres du secteur public, dans l’ensemble des catégories d’emploi, partout au Québec.

La CSN obtient des gains significatifs pour l’ensemble des salarié-es du CIUSSS et pour les services à la population

C’est en conférence de presse que Gaston Langevin, vice-président de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN) et Sandra Quirion, porte-parole du Syndicat du personnel de bureau, des techniciens et des professionnels de l’administration de la santé et des services sociaux du Saguenay–Lac-Saint-Jean, FSSS–CSN) ont annoncé, ce matin, la contribution syndicale à la mise en place du Centre de répartition des demandes de services (CRDS) à Dolbeau-Mistassini et les ajustements par le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS02) sur les décisions entourant les cuisines (coût des repas) des différents établissements sur sa juridiction.

« Nous avons encore une fois travaillé à la manière CSN. Nous avons utilisé notre crédibilité et le rapport de force que nous détenons afin d’adresser les problèmes de la répartition des services sur le territoire régional, les dernières annonces touchant les cuisines des établissements de la région et plus spécifiquement l’augmentation du coût des repas. Nous avons alors convenu avec les représentants de l’employeur de créer une table régionale afin de discuter des mesures de compression déposées avant l’été par ce dernier. » explique Gaston Langevin.

Deux victoires attribuables à la mise en place d’une instance régionale permettant des discussions avec le CIUSSS. En effet, la CSN s’est dotée d’un levier de négociation avec le CIUSSS en réunissant les représentants de chacune des accréditations CSN à une même table ce qui permet non seulement d’échanger et de minimiser les impacts des projets d’optimisation sur le personnel que l’on représente mais également d’augmenter le rapport de force CSN.

Le Centre de répartition des demandes de services (CRDS)
Premier gain obtenu sur la table : la mise en place du CRDS à Dolbeau-Mistassini. Ce centre régional sera responsable du traitement des demandes de référer à des médecins spécialistes. Il permettra, entre autres, de faciliter l’accès et de diminuer le temps d’attente pour la population de la région avant de voir un médecin spécialiste.

« À terme, la mise en place de ce nouveau service devrait engendrer la création d’une dizaine de nouveaux emplois, tous à Dolbeau-Mistassini. Il s’agit d’un gain intéressant pour le haut du lac qui est gravement touché par les compressions et la centralisation au CIUSSS02. Au moment où l’on se parle, déjà trois nouveaux postes sont entrés en fonction. Nous avons réussi à faire valoir nos points sur l’importance d’étendre les services sur la grandeur du territoire et d’assurer une meilleure accessibilité à ces services. » ajoute Sandra Quirion.

Des ajustements sur les décisions prises touchant les cuisines des établissements
Les dernières décisions de l’administration du CIUSSS concernant la hausse des coûts des repas dans les différentes cafétérias et le changement des horaires mettaient en péril des emplois et l’offre de service à la population. Conséquemment, une diminution de plus de 60% de l’achalandage global a été remarquée depuis leur application. Suite aux représentations de la CSN, l’employeur a convenu de procéder à certains ajustements sur le coût des repas dans les cafétérias, ce qui représente un gain notable pour non seulement les salariés que la CSN représente mais pour l’ensemble du personnel du CIUSSS.

« L’approche que nous avons adoptée, contrairement au boycottage qui aurait fragilisé encore plus le service, a eu comme résultat la consolidation des cafétérias au CIUSSS et le maintien des emplois dans les cuisines. Notre argumentaire était étoffé et nous avons su convaincre l’employeur des impacts négatifs de leurs décisions. Ces ajustements permettront aux différents services alimentaires d’offrir à la population, et aux salariés qui les fréquentent, un menu diversifié à un rapport qualité/prix plus qu’intéressant. Nous interpellons donc l’ensemble des utilisateurs à fréquenter les services alimentaires de la région. » affirme M. Langevin.

C’est en travaillant sur les deux fronts, les discussions et l’augmentation du rapport de force, que la CSN entend tout mettre en œuvre afin de réduire au minimum les impacts du plan de compression tant sur la population que sur les travailleuses et travailleurs que nous représentons. « Que cela soit dit, nous n’accepterons pas que les services à la population se voient attaqués. Nous continuerons à mener cette lutte contre l’effritement de notre réseau public afin d’obtenir des gains pour tout le monde. » conclut Gaston Langevin.

À propos
Les quatre syndicats CSN du CIUSSS02 représentent près de 5 000 membres et sont affiliés à la FSSS-CSN et au Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay–Lac-Saint-Jean–CSN.

La CSN au Saguenay – Lac-Saint-Jean et sur la Côte-Nord exige un moratoire sur le projet Optilab

Les conseils centraux du Saguenay – Lac-Saint-Jean et de la Côte-Nord de la Confédération des syndicats nationaux, la Fédération de la santé et des services sociaux et les syndicats des technicien-nes et professionnel-les de la santé et des services sociaux du Saguenay – Lac-Saint-Jean et de la Côte-Nord ont tenu aujourd’hui une manifestation à l’intersection des routes 138 et 172 afin d’exiger un moratoire sur la fusion des laboratoires médicaux au Québec (projet Optilab), projet qui touchera particulièrement ces régions. En effet, le projet prévoit une centralisation des laboratoires du Saguenay – Lac-Saint-Jean, de la Côte-Nord et même du Nord-du-Québec à Chicoutimi, un territoire qui représente plus de 2300 kilomètres d’un bout à l’autre.

Voir la vidéo à ce sujet.

« Nous bloquons aujourd’hui la route à raison de 10 minutes à l’heure afin de sensibiliser la population et démontrer au gouvernement les difficultés qu’amènent le projet Optilab pour nos régions. Une seule route relie la Côte-Nord à Chicoutimi, où se trouvera le laboratoire serveur. Un accident peut nous isoler complètement et priver la population des services auxquels elle a droit, comme c’est arrivé pendant plus de 8 heures il y a quelques semaines », explique Yvon Payeur, président du Syndicat des technicien-nes et professionnel-les de la santé et des services sociaux de la Côte-Nord – CSN (STPSSSCN-CSN).

La manifestation d’aujourd’hui représente donc la suite du plan d’action annoncé en début d’été par les syndicats affiliés à la CSN. « Nous sommes allés à la rencontre de nos membres durant la période estivale en organisant des BBQ et en faisant de l’affichage dans les établissements. Nous nous retrouvons ici, à la jonction de nos deux régions, pour exiger du gouvernement un moratoire sur le projet Optilab. Après les pétitions et les rencontres politiques, nous avons décidé de passer à un autre niveau, soit la mobilisation de nos membres et de la population », ajoute Nancy Poulin, porte-parole du Syndicat des technicien-nes et professionnel-les de la santé et des services sociaux du Saguenay – Lac-Saint-Jean – CSN (STPSSS02-CSN).

Selon les représentants syndicaux, l’analyse est claire, le projet Optilab est mal ficelé et improvisé. « Nous sommes face, encore une fois, à des décisions idéologiques du gouvernement du Québec. La centralisation des laboratoires est une attaque directe au réseau de la santé et des services sociaux et un pas de plus vers la privatisation et la tarification des services. Par notre campagne « Ma place en santé, j’y tiens », nous voulons dénoncer ces décisions qui ne font que réduire la qualité et l’accessibilité de la population aux services publics », souligne Engelbert Cottenoir, président du Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay – Lac-Saint-Jean – CSN.

Le caractère interrégional de la manifestation vient appuyer l’emphase que veut mettre la CSN sur l’importance de combattre cette nouvelle réforme. « Nous n’accepterons pas que nos régions se vident de leur expertise. Nous sommes ici aujourd’hui, le Saguenay – Lac-Saint-Jean et la Côte-Nord, afin de dire, d’un même souffle, que le gouvernement ne réussira pas à nous diviser par ce genre de tactique. Nos valeurs et notre solidarité sont fortes à la CSN et nous comptons bien gagner cette nouvelle lutte ensemble ! », conclut Guillaume Tremblay, président du Conseil central de la Côte-Nord – CSN.

À propos de la CSN

La CSN est composée de près de 2000 syndicats et regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux, principalement sur le territoire du Québec. Elle représente 110 000 membres dans le réseau de la santé et des services sociaux, ce qui en fait la plus grande organisation syndicale dans ce secteur.

Les travailleurs mettent la pression !

Les membres du Syndicat des travailleurs de la Scierie Petit Paris – CSN, qui ont rejeté à 97 % l’offre globale et finale de l’employeur, en plus de voter un mandat de grève à exercer au moment jugé opportun à 93 %, continuent à mettre de la pression sur l’employeur afin d’en venir à la conclusion d’une convention collective.

La convention étant expirée depuis avril 2015, les travailleurs désirent que les concessions faites par les années passées (ex. : gel de salaire) leur soient reconnues par des augmentations de salaire décentes.

« N’oublions pas que ces travailleurs de scierie gagnent jusqu’à 4$ de moins de l’heure par rapport aux travailleurs d’autres scieries de la région », explique Engelbert Cottenoir, président du Conseil central du Saguenay – Lac-Saint-Jean (CSN). « Par le passé, ils ont fait des concessions pour aider à maintenir les emplois, mais aujourd’hui, le retour du balancier ne se fait pas ! » conclut monsieur Cottenoir.

« La Coopérative forestière de Petit-Paris a fait l’acquisition de la scierie à la fin janvier et, depuis ce temps, elle nous dit qu’elle n’a pas d’argent pour nous augmenter à la hauteur de nos attentes », précise monsieur George Villeneuve, président du Syndicat des travailleurs de la Scierie Petit Paris – CSN. « Nous ne croyons pas que la Coopérative est aussi pauvre qu’elle veut le laisser croire, car elle aurait ouvert ses livres tout de suite en début de négociation, comme nous leur avions demandé, pour nous le démontrer. Une chose est certaine, et les membres du syndicat sont clairs là-dessus, nos salaires ne financeront pas l’achat de la scierie ! » termine monsieur Villeneuve.

À la suite de l’intervention du conciliateur, la Coopérative serait prête à ouvrir les livres, mais seulement ceux de la scierie. En effet, elle ne veut aucunement ouvrir les siens. « Travailler seulement avec les livres de la scierie nous paraît impossible. La comptabilité de la Coopérative est étroitement liée à celle de la scierie et il nous apparaît difficile de dissocier les deux comptabilités pour avoir le vrai portrait financier de l’entreprise », affirme monsieur Cottenoir.

Le Syndicat des travailleurs de la Scierie Petit Paris – CSN est affilié à la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN), qui rassemble plus de 30 000 travailleuses et travailleurs réunis au sein de 320 syndicats, partout au Québec. Quant à la CSN, elle représente plus de 325 000 travailleuses et travailleurs, et ce, tant dans les secteurs privé que public.

Le droit fondamental de négocier

Les employées et employés du secteur municipal et du secteur transport de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN) estiment que le pacte fiscal conclu en septembre dernier entre le gouvernement du Québec et les municipalités est une attaque vicieuse envers leur droit fondamental de négocier leurs conditions de travail.

« Même si le projet de loi n’est pas encore déposé, la FEESP-CSN s’inquiète des dispositions qui pourraient s’y retrouver et qui visent à revoir le processus de négociation collective. Droit de lock-out ou décret : toutes les possibilités sont envisagées par Québec et il s’agit d’un affront majeur et potentiellement anticonstitutionnel, comme la loi 15 sur les régimes de retraite », déplore Denis Marcoux, président de la FEESP-CSN.

En septembre dernier, le gouvernement du Québec a ouvert une énorme brèche en proposant aux municipalités un pouvoir de négociation accru avec leurs employées et employés en échange d’une compression annuelle de 300 millions de dollars. C’est pourquoi la FEESP-CSN effectue une tournée d’information à travers le Québec pour mettre ses membres sur un pied d’alerte.

« Au Saguenay – Lac-Saint-Jean, plus de 600 emplois sont touchés par ce projet de loi. Si des grèves ont déjà marqué notre histoire, ce pacte fiscal ne vient que saper notre rapport de force et inciter l’employeur à négocier de mauvaise foi puisqu’il pourrait avoir le dernier mot », souligne Engelbert Cottenoir, président du Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay – Lac-Saint-Jean – CSN.

Services aux citoyens touchés

Alors que dans la majorité des cas au Québec, on dénombre très peu de conflits de travail entre les municipalités et les employées et employés, ce pacte fiscal vient semer la discorde entre les deux parties. Vingt pour cent (20 %) des membres de l’Union des municipalités ont déjà refusé ce pacte. Même la Ville de Laval a pris ses distances, peu de temps après avoir signé le pacte, alors qu’elle estime ses pertes à 1,2 milliard de dollars sur quatre ans.

Les services aux citoyens seront également touchés puisque l’enveloppe budgétaire diminuera. Devant une dégradation des services, la tentation des municipalités de recourir au privé sera encore plus grande, même si les économies sont illusoires et qu’une récente étude démontre que le développement à l’interne peut coûter moins cher qu’à l’externe. C’est pourquoi ce pacte va à l’encontre même de l’esprit du rapport de la Commission Charbonneau qui recommande une plus grande utilisation des ressources internes pour diminuer les situations de corruption et de malversation.

À propos

Fondée en 1947, la Fédération des employées et employés de services publics compte plus de 425 syndicats affiliés représentant environ 60 000 membres œuvrant dans le domaine des services publics et parapublics. Dans le secteur du transport, la FEESP défend plus de 4600 membres et dans le secteur municipal, près de 6300.

Comité d’accueil à Jonquière pour Philippe Couillard, Gaétan Barrette et Serge Simard

Alors que le premier ministre Philippe Couillard, le ministre de la Santé et des Services sociaux Gaétan Barrette et le député de Dubuc Serge Simard, sont de passage à Jonquière,des membres du Front commun manifestent afin de dénoncer l’attitude méprisante de Martin Coiteux à leur égard et de revendiquer qu’ils rappellent à l’ordre le président du Conseil du trésor.

« Le Front commun a posé un geste significatif en déposant une contre-proposition responsable, car nous souhaitons obtenir un règlement négocié à la satisfaction de nos membres, explique Engelbert Cottenoir, président du Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay – Lac-Jean CSN. L’annonce à peine terminée, le ministre Coiteux la décriait déjà, accusant les leaders syndicaux de tous les maux. Une telle attitude ne fait que rajouter de l’huile sur le feu et n’aide en rien le processus de négociation. Nous demandons au premier ministre de ramener son collègue du Conseil du trésor à la raison. »

« Nous sommes ici aujourd’hui pour rappeler que notre priorité est de négocier une convention collective pour les travailleuses et les travailleurs du secteur public. Nous croyons que cela devrait aussi être celle du gouvernement. Il s’est plutôt empressé de réagir de manière virulente en minimisant l’importance du geste posé par le Front commun avec sa contre-proposition et a carrément dénaturé certains aspects de celle-ci. Une réaction, rappelons-le, aucunement représentative des discussions qui avaient lieu au même moment à la table de négociation, fait valoir monsieur Cottenoir. Martin Coiteux doit mettre de côté son mépris et faire enfin preuve de bonne foi et d’ouverture à la table de négociation. »

« La balle est maintenant dans le camp du ministre. Nous exigeons de sérieuses avancées aux tables de négociation, sans quoi le report de nos journées de grève pourrait être de courte durée. Au cours des prochains jours et des prochaines semaines, nous suivrons à la trace les représentants du Parti libéral du Québec dans notre région pour le leur rappeler », conclut monsieur Cottenoir.

À propos

Le Front commun regroupe le Secrétariat intersyndical des services publics (SISP, formé de la CSQ, du SFPQ et de l’APTS), la Confédération des syndicats nationaux (CSN) et la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ). Ensemble, ces organisations représentent plus de 400 000 travailleuses et travailleurs des réseaux de la santé et des services sociaux, de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de la fonction publique du Québec. Les conventions collectives du secteur public sont échues depuis le 31 mars 2015.

 

Le Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay-Lac-St-Jean visite les lockoutés de la CSD

C’est à bord de la cantine mobile CSN que le Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean – CSN a entamé ce matin, dans le cadre de « l’opération bûches » amorcée par l’équipe de pastorale du diocèse de Chicoutimi, une tournée des différentes lignes de piquetage des lockouté-es de la CSD des concessionnaires automobiles. L’occasion fut saisie afin de réitérer le plein appui de la CSN dans la région à ces travailleuses et travailleurs syndiqués qui mènent une lutte importante afin de préserver leurs conditions de travail.

« Cela fait maintenant près de 2 ans que les travailleuses et les travailleurs des garages des différents concessionnaires de la région subissent un lockout sauvage de la part de leur employeur qui a préféré les mettre à la rue au lieu de négocier de bonne foi ! Nous venons réitérer notre entier appui à leur lutte qui dépasse leur seul milieu de travail. Comme syndiqué-es, nous sommes toutes et tous touchés par les attaques des employeurs sur nos acquis et nous devons faire front afin de résister ! » explique Engelbert Cottenoir, président du conseil central.

Tout au long de la tournée, café et collation ont été offerts aux travailleuses et aux travailleurs. Des bûches ont aussi été distribuées sur l’ensemble des lignes visitées en guise de réponse à l’appel à l’action lancée par l’équipe de pastorale. La visite a été organisée de pair avec les représentants du Syndicat démocratique des employé-es de garages du Saguenay – Lac-Saint-Jean – CSD.

« Notre geste d’aujourd’hui, quoique symbolique, se voulait surtout une occasion de venir discuter avec les travailleuses et les travailleurs touchés par ce lockout. Nous désirions leur rappeler que peu importe notre allégeance syndicale, la solidarité est la seule façon de pouvoir mener cette lutte à des résultats positifs ! Nous savons qu’il y a des hauts et des bas dans ce type de mobilisation, mais il ne faut surtout pas lâcher, c’est ce que les employeurs cherchent, il faut absolument continuer le combat ! » a conclu monsieur Cottenoir.

À propos du Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay – Lac-Saint-Jean – CSN Le Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay – Lac-Saint-Jean – CSN représente plus de 160 syndicats de la région regroupant plus de 16 000 membres dans l’ensemble des secteurs d’activité. Le conseil central est l’organisme de représentation régional de la Confédération des syndicats nationaux (CSN) qui, elle, regroupe plus de 320 000 membres dans l’ensemble du Québec.

Un climat constructif est maintenant en place

La CSN est très heureuse de constater que sa démarche de concertation lancée publiquement le 17 décembre dernier commence à porter ses fruits. Les conditions sont maintenant en place pour que Produits forestiers Résolu (PFR) puisse récupérer ses certifications environnementales FSC dans le nouveau délai de six mois que le certificateur a consenti pour laisser le temps à cette nouvelle démarche d’aboutir. Il faut en effet régler des dossiers épineux comme l’application de l’entente Baril-Moses ou la détermination des mesures appropriées pour la conservation du caribou forestier.

« Nous saluons la décision de FSC et du gouvernement de mettre les conditions en place pour la récupération des certifications FSC de PFR », affirme Alain Lampron, président de la Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN), qui estime que le climat est maintenant « beaucoup plus serein et constructif qu’il y a un mois » et que de nombreuses rencontres ou échanges fructueux ont été réalisés par la CSN dans ce dossier. De son côté, PFR a salué l’intervention de FSC en la qualifiant même de « sans précédent » et en se disant « impatiente » de rencontrer le certificateur.

Le ministre Laurent Lessard procède à des modifications règlementaires qui devraient faciliter le maintien de la certification des huit millions d’hectares de PFR. Le premier ministre Couillard est également intervenu en fin d’année en disant que PFR devait récupérer sa certification FSC, et en faisant même de ce dossier une de ses principales préoccupations. Plusieurs ministères sont d’ailleurs à pied d’œuvre dans ce dossier

Tous les autres partenaires, comme les groupes environnementaux et les autochtones, sont également prêts à donner sa chance au processus en cours.

Rappelons que cette certification, la plus connue au niveau international, est exigée par 1800 clients importants partout dans le monde, tels que Rona, Home Depot, Best Buy, Ikea, etc. Les emplois dans les usines de PFR à Kénogami, Alma et ailleurs seront donc beaucoup plus stables si PFR peut continuer d’apposer le sceau FSC sur ses produits.

Pour la suite, l’objectif de la FIM-CSN est toujours d’asseoir à une même table les intervenants concernés dans un proche avenir, afin de confirmer le plan de match pour le maintien de la norme FSC chez PFR et la contribution de chacun. Nous souhaitons aussi profiter de l’occasion pour lancer les discussions sur les nouvelles modalités liées à la protection des paysages forestiers (résolution de la FSC) et sur la façon dont elles s’appliqueront chez nous.

À propos

Fondée en 1921, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) est une organisation syndicale qui œuvre pour une société solidaire, démocratique, juste, équitable et durable. À ce titre, elle s’engage dans plusieurs débats qui intéressent la société québécoise. Elle est composée de près de 2000 syndicats. Elle regroupe plus de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle dans huit fédérations, ainsi que sur une base régionale dans treize conseils centraux. La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN) rassemble plus de 30 000 travailleuses et travailleurs réunis au sein de 320 syndicats, partout au Québec. La FIM est présente dans l’ensemble du secteur forestier. Le conseil central des syndicats nationaux du Saguenay‑Lac-St-Jean regroupe plus de 160 syndicats CSN de la région et représente 16 000 membres.

Une délégation de la CSN accueille bruyamment Philippe Couillard à Chicoutimi

C’est devant l’Hôtel Chicoutimi, où se tenait une activité du Cercle de presse du Saguenay – Lac-Saint-Jean avec comme invité le premier ministre Philipe Couillard, que des dizaines de militantes et militants de la CSN se sont regroupés afin de se faire entendre. Le message des participantes et participants était très clair : nous refusons l’austérité !

« Le premier ministre, avec le soutien de ses ministres, sillonne le Québec en annonçant coupure par-dessus coupure tout en affirmant sans gêne que les services à la population ne seront pas touchés. Nous sommes ici ce matin pour lui rappeler, comme nous l’avons fait la semaine dernière à son collègue ministre de la santé, que nous résisterons sans relâche à leur plan d’austérité pour le Québec » déclare Engelbert Cottenoir, président du Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay – Lac-Saint-Jean (CSN). Provenant de divers syndicats CSN, tant du secteur public, parapublic que privé, les participantes et participants étaient unanimes sur leur volonté de se mobiliser afin de préserver les services publics et rétablir un système qui préconise une juste répartition de la richesse.

La CSN entend mener une lutte acharnée aux politiques d’austérité du gouvernement du Québec dans les prochains mois. « Tout le monde est touché par les annonces des dernières semaines. On ne parle pas ici uniquement de coupe d’emplois, mais bien de services directs à la population. On met en péril l’universalité des services et nous serons présents etprésentes pour le rappeler à l’ensemble des membres du gouvernement qui passera dans notre région » de conclure Monsieur Cottenoir.

À propos de la CSN

Le Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay – Lac-Saint-Jean (CSN) représente près de 165 syndicats regroupant 16 600 membres, répartis dans tous les secteurs d’activités économiques dans la région. Il est affilié à la Confédération des syndicats nationaux (CSN) qui représente plus de 320 000 travailleuses et travailleurs partout au Québec.

La CSN lance un appel aux travailleuses et aux travailleurs des organismes communautaires du Saguenay-Lac-St-Jean

Les travailleuses et les travailleurs du Centre d’action bénévole (CAB) de Jonquière rejoignent les rangs du Syndicat des travailleuses et travailleurs des organismes communautaires du Saguenay – Lac-Saint-Jean de la Confédération des syndicats nationaux (STTOC-CSN). Le Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay – Lac-Saint-Jean (CSN) et la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) saluent l’arrivée de ce nouveau groupe qui a choisi un syndicat CSN pour améliorer leurs conditions de travail et augmenter la reconnaissance de leurs actions au quotidien. Il ne s’agit pas d’une première au Québec, puisque les travailleuses et travailleurs de plusieurs CAB du Bas-Saint-Laurent font également partie de la CSN.

Ainsi, une invitation aux travailleuses et aux travailleurs du milieu communautaire régional est lancée aujourd’hui. « La CSN a toujours soutenu la mission des organismes communautaires », déclare d’entrée de jeu Engelbert Cottenoir, président du CCSNSLSJ. « Nous croyons qu’il est primordial que les différents paliers de gouvernement reconnaissent l’ampleur du travail effectué dans le milieu et offrent un financement adéquat aux missions de base des organismes communautaires, pour assurer des conditions de travail décentes à celles et à ceux qui y travaillent », poursuit-il.

Suivant cette logique, le STTOC-CSN a été créé afin de fédérer les travailleuses et les travailleurs de la région qui soutiennent tous les jours des gens en difficulté, et de les mobiliser dans une perspective de changement social. Par la formation d’un syndicat sur une base régionale plutôt que par établissement, les travailleuses et les travailleurs du milieu communautaire se donnent un levier important pour se faire respecter et faire reconnaître leur immense contribution à l’avancement d’une société plus égalitaire.

Le mouvement communautaire et la CSN partagent des valeurs communes : la justice sociale, l’équité, l’autonomie et la solidarité. Tout comme dans l’organisation communautaire, c’est aussi par la lutte, et dans toutes les formes qu’elle emprunte, que la CSN détermine démocratiquement son orientation et son action.

« Dans cette optique, en choisissant de s’affilier à la CSN, les travailleuses et les travailleurs du CAB de Jonquière montrent la voie à celles et à ceux des groupes communautaires de la région qui veulent non seulement améliorer les conditions de vie des personnes avec lesquelles ils travaillent, mais également les leurs afin de se sortir de la précarité », conclut Gaston Langevin, vice-président régional de la FSSS-CSN.

À propos de la CSN et de la FSSS-CSN

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs des organismes communautaires du Saguenay – Lac-Saint-Jean (CSN) est affilié à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), laquelle représente près de 130 000 membres au Québec. Il est aussi affilié au Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay – Lac-Saint-Jean, qui regroupe plus de 160 syndicats et compte 16 000 membres dans la région. Pour sa part, la Confédération des syndicats nationaux (CSN) regroupe plus de 300 000 travailleuses et travailleurs provenant de tous les secteurs d’activité.

La CSN participe à la remise de bourses aux étudiantes

La Confédération des syndicats nationaux (CSN) est fière et se réjouit de s’associer à nouveau comme partenaire à la 18e édition du concours « Chapeau les filles! » organisé par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport.

Ce concours récompense des étudiantes qui brisent les clichés et osent l’apprentissage d’un métier non traditionnel. L’entêtement et le courage dont elles font preuve méritent d’être soulignés.

Il est vrai que les Québécoises ont fait d’immenses progrès depuis la Révolution tranquille. Elles sont même plus nombreuses que les hommes à poursuivre des études supérieures au cégep et à l’université. Malgré tout, certains domaines leur échappent et demeurent des chasses gardées masculines. Il faut donc maintenir la pression et les efforts pour que toutes les filles puissent choisir leur carrière non sur la base de leur sexe, mais de leurs intérêts, de leurs aspirations et de leurs passions.

C’est dans cet esprit et dans ce but que la CSN participe à la remise de bourses à des jeunes femmes qui poursuivent des études dans un programme de formation professionnelle ou technique traditionnellement masculin.

Manon Tremblay, agente de liaison aux luttes sociales du Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay – Lac-Saint-Jean (CSN) sera présente au dévoilement des gagnantes et remettra une bourse de 500 $ à l’une d’entre elles lors de la cérémonie régionale qui aura lieu au Collège d’Alma (salle La Tourelle, porte 1) du 675 boul. Auger à Alma, de 10 h 30 à 12 h, le 2 mai prochain.

En terminant, la CSN et le Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay – Lac-Saint-Jean (CSN) tiennent à féliciter toutes les lauréates et leur souhaitent la meilleure des chances.

Le syndicat des employés municipaux de la Ville de Saguenay: acceptation à 83 % de l’offre globale et finale de la ville

Réunis en assemblée générale hier à Chicoutimi, plus de 350 travailleurs cols bleus et membres du Syndicat des employés municipaux de la Ville de Saguenay (CSN) ont voté sur l’offre globale et finale déposée par la Ville la semaine passée.

En négociation depuis près d’un an et demi, les parties ont décidé, il y a quelques mois, de faire appel à un conciliateur et, il y a quelques semaines, d’entreprendre un blitz de négociation. Le syndicat a fait des gains concernant les clauses sur l’attribution du temps supplémentaire, la date d’ancienneté et sur d’autres clauses normatives.

« Au cours de l’année et demie où nous avons été en négociation, nous avons obtenu plusieurs choses, mais après plusieurs rencontres de blitz de négociation, rencontres qui se sont passées en mars et en avril derniers, nous nous sommes vite rendus à l’évidence que nous ne pourrions en arriver à une entente de principe, nos positions demeurant différentes de part et d’autre; la Ville a donc pris la décision de déposer une offre globale et finale la semaine dernière. Nous avons fait confiance à nos vis-à-vis, car ils nous avaient fait comprendre qu’en blitz de négociation avec un comité restreint, les choses allaient avancer plus vite. Nous avons choisi de procéder de la sorte, mais l’employeur a fait des offres conditionnelles à des compromis syndicaux ! » de déplorer monsieur Claude Dion, président du Syndicat des employés municipaux de la Ville de Saguenay (CSN).

«L’employeur tenait à obtenir, selon ses propos, la flexibilité des employés affectés aux travaux publics et en échange, il a bonifié les primes, les repas, améliorations des conditions de travail pour les temporaires de longue date et autres. Les demandes patronales étaient notamment justifiées par la restructuration qu’il dit vouloir entreprendre en 2015 et qui devrait toucher la plupart des groupes des employés de la Ville. Nous avons démontré notre bonne foi et nous avons fait un choix de raison et non de cœur en acceptant cette offre finale, mais sachez qu’en 2015 nous ramènerons les demandes sur lesquelles nous n’avons pas pu discuter » d’affirmer monsieur Dion.

Bien que le résultat soit de 83 % pour l’acceptation de cette offre finale, les membres se sont exprimés haut et fort contre le comportement de l’employeur pendant cette négociation et sur le fait que plusieurs cadres ont fait planer des rumeurs de non-rappel au travail pour l’été si le contrat n’était pas accepté. « Nous n’avons pas eu peur de ces menaces; par contre, nous ne pouvions les balayer de la main et par souci de transparence, nos membres devaient être au courant de ces menaces faites par l’employeur » d’expliquer monsieur Dion. « Cependant, la prochaine ronde de négociation est pour très bientôt et il faut que l’employeur sache que nos membres sont prêts et que l’exécutif se rappellera de la façon dont cette négociation-ci s’est passée » de conclure le président du syndicat.

Le Syndicat des employés municipaux de la Ville de Saguenay (CSN) est affilié à la Fédération des employées et employés de services publics – CSN. Celle-ci compte plus de 400 syndicats affiliés, représentant environ 55 000 membres œuvrant dans le domaine des services publics et parapublics. Le Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay – Lac-Saint-Jean compte plus de 16 600 membres. La CSN représente plus de 300 000 travailleuses et travailleurs, et ce, tant dans les secteurs privé que public.