Voici : taxonomy-csnqc_syndicat.php

Entente de principe dans les CPE de Mtl et Laval

Une entente de principe est survenue tard dans la soirée hier entre le Syndicat des travailleuses des Centres de la petite enfance de Montréal et de Laval (STCPEML) et la partie patronale. La grève semble donc évitée. Selon Anne-Joelle Galipeau, présidente par intérim du syndicat : « le syndicat va maintenant consulter ses membres lors d’une assemblée générale extraordinaire afin que l’assemblée souveraine l’entérine ».

Le statu quo était proposé depuis plus d’un mois
Selon la présidente : « Nous proposions le statu quo depuis plus d’un mois. Nous déplorons que la partie patronale, l’APNCPE, ait tenté de nouveau de prendre l’accord national en otage, ait attendu de faire face à une grève, pour finalement aboutir à une entente qu’elle aurait pu signer le 17 mars dernier. »

On se rappellera que le syndicat proposait de reporter ses demandes à une prochaine ronde de négociations si l’APNCPE acceptait l’entente nationale ratifiée en décembre 2021. Or l’APNCPE avait refusé de s’asseoir à la table nationale répétant ce qu’elle avait déjà fait en 2018.

Le syndicat se tourne vers ses membres
L’entente s’est conclue tard hier et les termes précis de l’entente étaient encore à être mis par écrit. Selon Anne-Joelle Galipeau « Nous sommes maintenant dans l’attente des textes finaux pour pouvoir les présenter à nos membres ».

Les travailleuses auront maintenant, en assemblée générale extraordinaire, à se prononcer sur l’entente.

STT des CPE de Montréal et Laval, section Cartierville

Le Syndicat des travailleuses (eurs) des centres de la petite enfance de Montréal et Laval – CSN a été accrédité, le 18 février 2021, pour représenter :

« Toutes et tous les salarié-es au sens du Code du travail »

Ces travailleuses ont choisi de rejoindre la CSN pour briser l’isolement, reconstruire un climat de travail sans harcèlement et faire face à un employeur qui veut modifier leurs conditions de travail.

Le Syndicat des travailleuses (eurs) des centres de la petite enfance de Montréal et Laval – CSN est affilié à la Fédération de la santé et des services sociaux, au Conseil central du Montréal métropolitain et bien entendu, à la Confédération des syndicats nationaux.

STT des CPE Montréal et Laval-CSN

Les travailleuses du centre de la petite enfance Clara ont été accréditées le 31 octobre dernier, pour représenter:

 » Toutes les salariées et tous les salariés au sens du Code du travail « 

Sans convention collective depuis 2015, ces travailleuses ont majoritairement choisi de quitter leurs syndicat CSQ et de joindre les rangs de la CSN, pour un meilleur service et une plus grande transparence.

Ce nouveau syndicat sera affilié à la Fédération de la santé et des services sociaux, au Conseil central du Montréal métropolitain et, bien entendu, à la Confédération des syndicats nationaux.

Un acharnement patronal qui ne passe pas

Des travailleuses de CPE affiliées à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) ont manifesté leur mécontentement face à une offensive patronale qui vient brimer leurs droits. En pleine période de pénurie de personnel et en contradiction avec la nouvelle convention collective du secteur, des employeurs de plusieurs CPE de Montréal et Laval ont coupé dans la banque de congés de maladie et de vacances annuelles de leurs employées. La FSSS-CSN réclame que les CPE fautifs reviennent sur leur décision insensée.

Au début 2019, 26 CPE de l’Association patronale des CPE (APCPE) à Montréal et Laval ont coupé dans la banque de congés de maladie et de vacances annuelles en guise de représailles envers le syndicat. Cette tactique patronale vise à s’en prendre à la grève légale menée par les travailleuses de CPE dans le cadre de la dernière négociation. L’APCPE a pourtant signé un protocole de retour au travail dans lequel elle s’engageait sur la fin de la grève. D’autres tactiques patronales s’ajoutent à ce stratagème de représailles, ce qui force les travailleuses à se mobiliser pour faire reconnaître leurs droits.

« Cet acharnement patronal contre les travailleuses de CPE ne fait aucun sens. La dernière négociation est terminée, il est temps d’aller de l’avant. Il va falloir que ces directions de CPE pilent sur leur orgueil et respectent nos droits. Avec les menaces qui pendent au-dessus de nous avec le projet de maternelles 4 ans mur-à-mur du gouvernement Legault, les directions de CPE devraient mettre leurs énergies à valoriser le réseau des services de garde éducatifs plutôt qu’à s’en prendre aux travailleuses », lance Carole Leroux, présidente du syndicat des CPE de Montréal-Laval – CSN.

    Impasse entre les 1500 travailleuses et l’Association patronale des CPE

    C’est l’impasse entre les 1500 travailleuses en CPE de Montréal et Laval et l’Association patronale nationale des CPE (APNCPE) qui représente 61 établissements. Malgré une entente de principe convenue le 17 juin dernier devant deux conciliateurs après huit jours de grève, la partie patronale utilise l’étape de rédaction de textes de la convention collective pour en modifier des éléments et même remettre en cause certains termes de l’accord. C’est pourquoi leurs représentantes syndicales ont tenu un point de presse ce matin pour dénoncer l’attitude patronale alors que les travailleuses sont sans contrat de travail depuis près de quatre ans.

    « Nous sommes vraiment exaspérées par l’attitude de la partie patronale qui retarde indûment la signature de conventions, notamment à cause de mésententes sur des textes qu’on croyait réglés en conciliation avec le ministère du Travail », affirme Nathalie Fontaine, vice-présidente du Syndicat des travailleuses (eurs) des CPE de Montréal et Laval–CSN (STCPEML-CSN).

    Parmi les éléments qui achoppent figure le fait que l’APNCPE veut empêcher, contre toute logique, la conclusion d’ententes locales qui pourraient survenir en cours de convention entre la partie syndicale et la direction d’un CPE dans le but d’aplanir des difficultés.

    Autre litige, l’APNCPE souhaite abolir les lettres d’entente existantes qui permettent aux travailleuses de conserver des droits acquis ou encore de préciser des conditions particulières propres aux installations locales.

    « Ce qui nous choque, dit Louise Labrie, représentante du secteur des CPE à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), ce sont les manœuvres de l’APNCPE, incluant les aller-retour devant les conciliateurs, qui retardent inutilement le règlement de la convention de 1500 travailleuses. »

    « À qui profite ce genre de situation qui coûte cher, très cher ? lance Lucie Longchamps, vice-présidente responsable des secteurs privés à la FSSS–CSN. Certainement pas aux parents et à leurs enfants, ni aux travailleuses. Tout cet argent pourrait être consacré à la mission des CPE plutôt que d’engraisser une firme d’avocats. »

    Dominique Daigneault, présidente du Conseil central du Montréal métropolitain–CSN (CCMM–CSN) estime « que les travailleuses ont cessé leur grève générale illimitée en toute bonne foi après avoir adopté l’entente de principe convenue en juin dernier et que l’APNCPE doit respecter sa parole et régler ce dossier, comme il a été entendu. Tout au long de cette lutte, les travailleuses ont pu compter sur notre appui, et nous continuerons à les soutenir à fond pour qu’elles obtiennent gain de cause contre cette association patronale intraitable ».

    3500 travailleuses en colère contre une association d’employeurs

    Environ 3500 travailleuses et travailleurs œuvrant dans 133 CPE du Québec, dont la moitié à Montréal et à Laval, participent aujourd’hui à des actions de visibilité dans leur CPE. Elles dénoncent le fait qu’elles sont toujours dans l’impossibilité de renouveler leur convention collective, plus de deux ans après son échéance. Le motif : l’Association patronale nationale des centres de la petite enfance (APNCPE) refuse de joindre la table nationale de négociation où des échanges se poursuivent depuis décembre avec d’autres associations d’employeurs et le ministère de la Famille.

    L’APNCPE, qui regroupe le tiers des 400 CPE syndiqués à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), n’a tenu jusqu’ici aucun pourparler avec la partie syndicale, malgré un protocole sur la négociation regroupée et le partage des matières à négocier convenu avec une majorité de CPE et le ministère de la Famille au printemps 2016. La FSSS–CSN a tenté de trouver des voies de passage afin que l’APNCPE réintègre la table nationale, mais elle s’est heurtée à une fin de non-recevoir.

    « Au lieu de se rallier et d’enclencher la négociation avec les véritables acteurs déjà présents à la table nationale, affirme Carole Leroux, présidente du Syndicat des travailleuses(eurs) des centres de la petite enfance de Montréal et Laval (STCPEML–CSN), cette association cherche toujours à négocier seule, sans la présence du ministère, les matières d’ordre pécuniaire, dont les salaires, la retraite, les vacances et les fériés, les assurances collectives, en plus d’autres dispositions de portée nationale, le tout sans garantie de financement. »

    En outre, l’APNCPE s’est enlisée à coup de dizaines de milliers de dollars dans un recours judiciaire contre la FSSS–CSN et ses syndicats en déposant une plainte de négociation de mauvaise foi devant le Tribunal administratif du travail (TAT), à l’automne dernier. L’APNCPE a soutenu que la partie syndicale avait agi de mauvaise foi en réclamant d’elle qu’elle réintègre la table nationale, comme cela est le cas depuis les débuts de la négociation regroupée il y a plus de vingt ans. La décision du TAT est attendue dans les prochaines semaines.

    « C’est un gaspillage éhonté des deniers publics qui auraient pu être utilisés aux fins de la négociation », lance Luc Bastien, vice-président régional de la FSSS-CSN, qui craint que les 3500 salarié-es ne continuent à faire les frais de cette stratégie patronale en repoussant inutilement le règlement final de leurs conventions collectives.

    Pour Nathalie Fontaine, 1re vice-présidente à la négociation du STCPEML–CSN  : « Ce qui est en jeu ici, c’est le maintien, l’amélioration et l’uniformisation des conditions de travail qui contribuent à stabiliser la main-d’œuvre et à offrir un haut niveau de compétence et de savoir-faire. Ce sont ces conditions de travail qui ont permis aux CPE de tout le Québec d’offrir une qualité de services inégalée jusqu’ici, comme l’ont reconnu plusieurs études. »

    La présidente du Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN), Dominique Daigneault, est catégorique : « L’attitude de l’APNCPE nous ramène vingt ans en arrière alors qu’il existait d’importantes disparités entre les travailleuses et travailleurs des CPE et entre les régions même ! L’APNCPE doit revenir à la raison, et ce, tant pour les travailleuses que pour les enfants et les familles. »

    À propos

    Environ 11 000 travailleuses et travailleurs sont regroupés au sein de 37 syndicats affiliés à la FSSS–CSN, dont le STCPEML–CSN qui regroupe environ 3000 membres. Le CCMM–CSN regroupe sur une base régionale près de 100 000 membres. Pour sa part, la CSN est composée de 325 000 travailleuses et travailleurs réunis sur une base sectorielle ou professionnelle.

     

    STT du CPE Les Ateliers (FSSS–CSN)

    Le STT des CPE de Montréal et Laval (FSSS–CSN) ont été accrédité le 19 mai 2016 pour représenter : « Toutes et tous les salarié-es au sens du Code du travail ».

    Ces travailleuses du Centre de la petite enfance Les Ateliers ont majoritairement choisi de joindre les rangs de la CSN.

    Cette nouvelle section du syndicat sera affiliée à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), au Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN) et, bien entendu, à la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

    STT du CPE Brindami (FSSS–CSN)

    Le 27 mai 2016, les STT des centres de la petite enfance de Montréal et Laval (FSSS–CSN) ont été accrédités pour représenter : « Toutes et tous les salarié-es au sens du Code du travail ».

    Ces travailleuses du Centre de la petite enfance « Brindami », ont majoritairement choisi de joindre les rangs de la CSN.

    Cette nouvelle section du syndicat sera affiliée à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS–CSN), au Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN) et, bien entendu, à la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

    Les travailleuses des CPE manifestent devant le ministère de la Famille

    Les travailleuses et travailleurs des centres de la petite enfance de Montréal et de Laval manifestent à l’heure actuelle devant le ministère de la Famille afin de dénoncer l’intention du gouvernement Couillard de maintenir sa décision d’imposer des compressions de 74 M$ le 1er avril 2017. Il faut rappeler que le gouvernement avait déjà effectué une première coupe de 46 M$ en 2014.

    063 CPE Manif rue Fullum 056 24 septembre 2016-2 photo Michel Giroux
    Photo : Michel Giroux

    « Ces attaques au réseau des CPE ont un impact direct sur les services donnés aux enfants, s’indigne Nathalie Fontaine, porte-parole du Syndicat des travailleuses(eurs) des centres de la petite enfance de Montréal et Laval–CSN. Les compressions font mal : des activités pour les enfants sont annulées, le matériel éducatif réduit et le temps de planification diminué. Ce ne sont que quelques exemples des conséquences des coupes », se désole la représentante syndicale, qui estime que depuis son arrivée au pouvoir, le gouvernement libéral prend fait et cause pour les garderies privées, aux dépens du réseau public.

    Le rassemblement est aussi l’occasion pour les travailleuses de rappeler qu’elles sont également atteintes par ces compressions. Plusieurs directions de CPE ont aboli ou fusionné des postes, remanié des horaires et coupé dans la formation continue, entre autres.

    «Alors que nous entrons dans une phase importante pour le renouvellement de nos conventions collectives, qui sont échues depuis un an et demi déjà, les travailleuses sont inquiètes. Vraisemblablement, ce gouvernement ne considère pas les enfants comme une priorité. Investir dans les CPE doit être vu comme un investissement, non pas une dépense ! Il faut que le gouvernement reconnaisse l’engagement, le savoir-faire et le professionnalisme des travailleuses et travailleurs en CPE, et nous souhaitons qu’il entende nos demandes », conclut madame Fontaine.

    Photo : Michel Giroux
    Photo : Michel Giroux

    Précisons que les demandes syndicales ont été déposées en juin dernier auprès des représentants patronaux. Entre autres, on souhaite obtenir les mêmes augmentations salariales consenties au secteur public, une hausse de la participation des employeurs au régime d’assurance collective et une harmonisation des conditions de travail dans tout le réseau.

    À propos

    Le Syndicat des travailleuses(eurs) des centres de la petite enfance de Montréal et Laval–CSN représente environ 160 installations de CPE et quelque 3000 travailleuses et travailleurs. Le CCMM–CSN regroupe près de 106 000 membres des secteurs public et privé, répartis au sein de près de 400 syndicats à Montréal, à Laval et dans le Grand Nord du Québec.

    Photo : Michel Giroux
    Photo : Michel Giroux

     

    Fermeture de l’installation Minime du CPE Mini-fée de Montréal-Nord

    Une action du Syndicat des travailleuses(eurs) des centres de la petite enfance de Montréal et Laval (STCPEM) a lieu aujourd’hui dans le cadre de la mobilisation pour la sauvegarde du réseau, alors que l’installation Minime du CPE Mini-fée ferme définitivement ses portes. Rappelons que la direction du CPE avait informé les parents et les salarié-es à la fin du mois de mai 2016 de leur intention de fermer les 18 places, dont 10 places en pouponnière pour les 0-18 mois, dans la foulée des compressions budgétaires imposées par le gouvernement.

    L’ensemble du réseau des services de garde éducatifs en CPE, en milieu familial ou en milieu scolaire est soumis à une pression accrue en raison des dernières compressions budgétaires imposées par le gouvernement Couillard. La CSN déplore que ce soit les enfants qui subissent les effets de ces coupes draconiennes. Pour Véronique De Sève, vice-présidente de la CSN, « il est évident qu’à terme, c’est l’intégrité du réseau qui souffrira de ces décisions politiques hautement contestables. Alors qu’il a fallu de longues années pour mettre en place un service efficace et apprécié, les libéraux saccagent le réseau en quelques mois seulement. »

    2016-08-31_CPE-2_cedricmartin

    Montréal-Nord, quartier défavorisé comptant un grand nombre de familles monoparentales, nécessiterait davantage de ressources. « Cette fermeture affaiblit le tissu social. Elle laissera des traces dans ce quartier qui voit les gens relever de nombreux défis. Quel message est transmis à la population locale? Les services pour vos tout-petits sont moins importants que les colonnes de chiffres », déplore Dominique Daigneault, présidente du Conseil central du Montréal Métropolitain (CCMM–CSN).

    Du côté de la Fédération de la Santé et des Services sociaux (FSSS–CSN), on rappelle que sous les gouvernements libéraux, c’est le marché privé qui a connu un essor sans précédent. « Alors qu’il coupe dans le réseau des CPE, le gouvernement offre encore une fois au privé un accès facile aux coffres de l’État sans aucune garantie de qualité ni contrôle des dépenses. Depuis l’élection du gouvernement Charest en 2003, les garderies non subventionnées ont connu une croissance de plus de 3300 % et de seulement 46 % pour les CPE », dénonce Luc Bastien, vice-président de la FSSS-CSN.

    Le STCPEML se désole que les salarié-es de l’installation Minime fassent les frais des politiques d’austérité du gouvernement. « Il n’y a pas de sécurité d’emploi dans notre milieu, rappelle Carole Leroux, trésorière du syndicat, ces travailleuses vont devoir reprendre la recherche d’emploi et s’inscrire sur des listes de rappel. »

    Il faut que cesse le saccage !

    Photos : Cédric Martin

    Le syndicat des travailleuses en CPE de Montréal-Laval (STCPEM-L), la CSN, le Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM–CSN) et la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) ont tenu à dénoncer l’annonce de la fermeture, le 31 août prochain, de l’installation Minime du CPE Mini-fée situé à Montréal-Nord. Réunis au cours d’un point de presse, les représentantes et les représentants syndicaux ont été rejoints par des travailleuses directement touchées par la nouvelle, par d’autres travailleuses et travailleurs solidaires du réseau et par des parents dont les enfants fréquentent le CPE.

    De gauche à droite, Carole Leroux, Véronique De Sève, Luc Bastien et Dominique Daigneault
    De gauche à droite, Carole Leroux, Véronique De Sève, Luc Bastien et Dominique Daigneault

    Un quartier déjà précarisé

    L’installation Minime est située dans la Maison de la Culture de Montréal-Nord, où d’autres ressources communautaires sont également présentes. L’antenne du CPE Mini-fée offre 18 places pour les jeunes du quartier, dont 10 places en pouponnière. Bien que les jeunes seront tous relocalisés soit dans l’établissement principal soit dans un CPE voisin pour les poupons, il s’agit de 18 places en moins dans un quartier où les programmes sociaux sont plus que nécessaires. Dominique Daigneault, présidente du CCMM–CSN, insiste : « 18 places dans un quartier défavorisé, dont 10 places en pouponnière, c’est un tissu social qu’on effrite encore davantage. Alors que Montréal-Nord aurait besoin de réinvestissement dans les programmes sociaux, voilà qu’on nous annonce plutôt la fermeture d’un service nécessaire pour soutenir les familles du quartier. »

    Des travailleuses sacrifiées pour des arguments comptables

    Ne profitant pas de la sécurité d’emploi, ni de la possibilité d’être relocalisées ailleurs dans le réseau en conservant leurs acquis, les travailleuses seront tout simplement reléguées sur la liste de rappel. Pour plusieurs d’entre elles, cela revient plus ou moins à une mise à pied. Carole Leroux, trésorière du STCPEM-L, explique que « bien qu’elles pourront appliquer ailleurs dans d’autres CPE, leur ancienneté ne sera pas reconnue. Bien sûr, elles conserveront leur échelon salarial, mais cela constitue plus souvent un obstacle qu’un avantage, les employeurs préfèrent une nouvelle salariée située au bas de l’échelle, ça coûte moins cher ! » Pour le STCPEM-L, il est évident qu’une fois de plus ce sont les travailleuses qui feront les frais des arguments comptables des dirigeants et du gouvernement.

    Certaines des travailleuses qui seront affectées par la décision de la fermeture de l’installation Minime, Houria Nedjar, Maggy Eugene, Melidane Joseph, Dorothy Lebel, Marie-Fénale Delance, Cathy L’Heureux et Elisabeta Kasco.
    Certaines des travailleuses qui seront affectées par la décision de la fermeture de l’installation Minime, Houria Nedjar, Maggy Eugene, Melidane Joseph, Dorothy Lebel, Marie-Fénale Delance, Cathy L’Heureux et Elisabeta Kasco.

    Le gouvernement met la hache dans Un réseau qui fait grandir

    Toutes les personnes présentes en avaient contre les récentes compressions imposées par le gouvernement, qui s’ajoutent à une série de coupes ayant affecté le réseau des services de garde éducatifs, que ce soit en CPE, en milieu familial ou en milieu scolaire. Aux yeux de Luc Bastien, vice-président de la FSSS-CSN, ces coupes ne font que consolider l’orientation du gouvernement vers les garderies commerciales privées : « C’est comme une gifle, au même moment où l’on impose des coupes draconiennes au réseau, les garderies commerciales privées se développent à un rythme soutenu. Les CPE, c’est un choix de société juste, équitable et universel qui offre un soutien aux familles tout en permettant le développement des tout-petits » lance-t-il.

    Les jeunes de l’installation Minime font une petite pause au piano en libre-service sur le parquet de la Maison de la Culture de Montréal-Nord
    Les jeunes de l’installation Minime font une petite pause au piano en libre-service sur le parquet de la Maison de la Culture de Montréal-Nord

    Le réseau des CPE devrait être vu comme une avancée significative, pour la société en général et pour les femmes en particulier. Nombreuses sont les familles qui ont pu profiter des CPE et des autres services de garde pour l’éducation de leurs enfants, pendant que les parents pouvaient se consacrer à leur emploi. Malheureusement, si rien n’est fait, cela risque de devenir chose du passé. « Nous avions un système efficace et admiré partout dans le monde. En coupant de la sorte, le gouvernement menace réellement l’intégrité du réseau. Aujourd’hui, c’est une installation de 18 places et ses sept travailleuses, demain, ça sera quoi ? » se questionne Véronique De Sève, vice-présidente de la CSN.

    Des parents du quartier solidaires

    Certains parents dont les enfants fréquentent, ou ont fréquenté, l’installation Minime se sont joints aux travailleuses et aux travailleurs afin de leur livrer un message de solidarité. C’est le cas de Daliana Jean Baptiste, mère de Taylor Bois, 9 mois, qui sera relocalisé au CPE l’Oasis et de Hind Djermouni, mère de Nadjim Bouadjil, 4 ans, qui sera relocalisé à l’installation principale du CPE Mini-fée. Toutes deux ont tenu à se déplacer afin de montrer leur solidarité et leur opposition à cette décision.

    Alors que le rassemblement prenait fin, Yvette, qui a préféré taire son identité complète, une travailleuse du quartier qui a profité des services de l’installation Minime pour ses deux enfants, a tenu à livrer un message de solidarité. « Pourquoi ne va-t-on pas chercher l’argent dans les paradis fiscaux plutôt que de laisser les enfants à la rue ? Ces enfants ne comprennent pas pourquoi ils doivent quitter, ils ont créé un réseau, pas seulement entre eux, mais aussi avec les adultes du centre et maintenant on va les envoyer ailleurs alors que l’argent existe », déplore-t-elle.

    Hind Djermouni et Daliana Jean Baptiste, deux parents dont les enfants fréquentent l’installation Minime
    Hind Djermouni et Daliana Jean Baptiste, deux parents dont les enfants fréquentent l’installation Minime
    Nadjim Bouadjil, 4 ans, fils de Hind Djermouni sera relocalisé à l’installation principale
    Nadjim Bouadjil, 4 ans, fils de Hind Djermouni sera relocalisé à l’installation principale
    Taylor Bois, 9 mois, fils de Daliana Jean Baptiste sera relocalisé au CPE l’Oasis puisque le CPE Mini-fée ferme sa seule pouponnière
    Taylor Bois, 9 mois, fils de Daliana Jean Baptiste sera relocalisé au CPE l’Oasis puisque le CPE Mini-fée ferme sa seule pouponnière

    Le 4 juin, on se rassemble à Québec pour soutenir notre réseau

    Les travailleuses et les travailleurs présents rappellent qu’il ne faut pas baisser les bras pour la défense de nos services de garde en CPE, en milieu familial et en milieu scolaire. Nous devons nous mobiliser massivement, que ce soit en signant les cartes postales destinées à Philippe Couillard ou encore le 4 juin prochain.

    « Nous allons continuer à maintenir la pression, nous serons présents vendredi et samedi pour une vigile de 24 heures devant l’Assemblée nationale, qui se terminera par une manifestation dans les rues de Québec. Nous invitons les travailleuses, les parents et l’ensemble de la population à se joindre à nous. La CSN n’abandonnera pas nos tout-petits, la CSN n’abandonnera pas les travailleuses et les travailleurs du réseau », conclut Véronique De Sève.

    STT des centres de la petite enfance de Montréal et Laval (FSSS-CSN) | Centre de la petite enfance du Parc

    Le 15 mars 2016, le Syndicat des travailleuses (eurs) des centres de la petite enfance de Montréal et Laval (FSSS-CSN) a été accrédité pour représenter « Toutes et tous les salarié-es au sens du Code du travail » du Centre de la petite enfance du Parc.

    Ces travailleuses et travailleurs ont majoritairement choisi de joindre les rangs de la CSN pour combattre les injustices et la violence de la part de leur employeur.

    Ce nouveau syndicat sera affilié à la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), au Conseil central du Montréal métropolitain (CCMM-CSN) et, bien entendu, à la Confédération des syndicats nationaux (CSN).

    ST des centres de la petite enfance de Montréal et Laval (FSSS-CSN)

    Le 23 février 2016, le Tribunal administratif du travail a reconnu le Syndicat des travailleuses(eurs) des centres de la petite enfance de Montréal et Laval (FSSS-CSN), pour représenter « Toutes et tous les salarié-es au sens du Code du travail » du Centre de la petite enfance Les Trésors de Démosthène.

    Ce groupe de travailleuses a fait le choix de se syndiquer à la CSN pour bénéficier de la protection, de l’entraide et de l’expertise dont bénéficient déjà leurs collègues regroupés au sein de la CSN.

    Le Syndicat des travailleuses(eurs) des centres de la petite enfance de Montréal et Laval (FSSS-CSN) est affilié à la Fédération de la santé et des services sociaux, au Conseil central du Montréal métropolitain et, bien entendu, à la Confédération des syndicats nationaux.