Voici : taxonomy-csnqc_syndicat.php

Des cégeps autonomes pour mieux répondre aux besoins des étudiantes et des étudiants

Le temps est venu, It’s time! Voilà ce que sont venus dire les étudiantes et les étudiants, le personnel enseignant, les employé-es de soutien, les professionnels et les partenaires socioéconomiques des campus de St. Lawrence et Saint-Lambert du Collège régional Champlain (CRC), qui militent depuis plus de deux ans en faveur de l’autonomie de leurs campus. Rassemblés au cinéma Le Clap pour un événement festif, les membres de ce mouvement ont tenu à rappeler les fondements et la légitimité de leur démarche.

« Les gens de Québec sont fiers de leur campus anglophone qui jouit d’une excellente réputation grâce à ses étudiants et à son personnel engagé et dynamique. Par contre, derrière cette façade, se cache une structure désuète et sous-financée qui accapare les ressources qui devraient servir nos étudiants », affirme Lisa Birch, présidente du personnel enseignant du campus St. Lawrence. Ce constat découle d’un rapport de MCE Conseils qui compare le financement, la structure de gouvernance et les services offerts du Collège régional Champlain à ceux des autres cégeps. Interrogée sur les conclusions du rapport, Mme Birch est forcée d’admettre que la seule façon d’obtenir un traitement équitable pour les trois campus serait d’accorder à chacun le statut de cégep.

De par son titre de cégep multirégional, le Collège régional Champlain ne reçoit qu’une enveloppe budgétaire, qui doit être divisée par la suite entre les trois campus et l’administration centrale de Sherbrooke. « Cette situation est à l’origine de la sous-embauche chronique d’employé-es de soutien et de professionnels, ce qui nuit aux services directs rendus aux étudiants », indique Sylvie Tremblay, vice-présidente-trésorière de la FEESP–CSN.

Avec ses trois campus (Saint-Lambert, St. Lawrence et Lennoxville) répartis sur trois régions différentes et son centre administratif à Sherbrooke, le CRC est le seul cégep multirégional qui subsiste au Québec. Les autres établissements de ce type, qui avaient été créés en 1970, ont tous été démantelés et remplacés par des cégeps indépendants. Selon Nicole Lefebvre, vice-présidente et responsable politique de la FNEEQ, « Les raisons qui avaient été évoquées à l’époque pour cette transformation des établissements étaient des problèmes d’identité, de gestion, de représentation et de finances. On retrouve aujourd’hui tous ces problèmes au Collège régional Champlain. »

L’ensemble des intervenants dans ce dossier est d’avis qu’un conseil d’administration nommé localement, avec une représentation suffisante du personnel de l’établissement, permettrait d’adapter les services aux priorités de chaque région. « Nous pourrions développer, avec des acteurs locaux, des initiatives qui s’inspirent des réalités régionales. En résulterait une utilisation plus efficace des ressources, qui bénéficierait aux communautés », renchérit Richard Garneau, président du personnel soutien. Rappelons que dans sa forme actuelle, le CRC a un seul conseil d’administration, ce qui entraîne un important déficit de représentativité pour chacune des collectivités.

Les communautés qui portent le projet d’autonomie espèrent que leur message sera enfin entendu : « Pour répondre pleinement à leur mission, les trois campus du Collège régional Champlain peuvent et doivent faire mieux en se gouvernant de façon pleinement autonome », affirme Benjamin Huot président du Conseil étudiant au campus de St. Lawrence.

À propos
Les syndicats du personnel enseignant des campus de St. Lawrence et Saint-Lambert sont affiliés à la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ–CSN). Elle est l’organisation syndicale la plus représentative de l’enseignement supérieur au Québec.

Les syndicats du personnel de soutien des campus de St. Lawrence et Saint-Lambert sont affiliés à la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP-CSN). La FEESP–CSN représente plus de 70 % des employé-es de soutien du réseau collégial.

Full-fledged CEGEPs to better respond to students’ needs

It’s time, Le temps est venu! This is what students, teachers, support staff, professionals and socioeconomic partners are saying on the St. Lawrence and Saint-Lambert campuses of Champlain Regional College (CRC), who have been campaigning for campus autonomy for two years. Gathered at the Cinéma Le Clap for a festive event, supporters of this movement reiterated the foundations and legitimacy of their undertaking.

« People in Québec City are proud of their English-language campus, which enjoys an excellent reputation thanks to its dedicated and dynamic personnel. The structure of Champlain Regional College is obsolete and underfunded; it drains resources that should serve our students, » says Lisa Birch, President of the teaching staff. This is the conclusion of a report by MCE Conseils that compares the funding, governance structure and services offered at Champlain Regional College with those of other CEGEPs. Asked about the findings of this report, Ms. Birch stated that the analysis shows only one conclusion is possible: equitable treatment for each campus is only achievable if each is granted the status of a full-fledged CEGEP.

As a multiregional CEGEP, Champlain Regional College (CRC) receives funding as a single college. This must then be divided among three campuses and the central administration in Sherbrooke. This situation has resulted in the chronic under-hiring of support staff and professionals, which hampers services offered directly to students,” concluded Sylvie Tremblay, Vice President/Treasurer of the Fédération des employées-et employés de services publics (FEESP-CSN).

With its three campuses (Saint-Lambert, St. Lawrence and Lennoxville) spread over three different administrative regions of the province, and with its head office located in Sherbrooke, CRC is the only multiregional CEGEP in Québec. Other regional institutions, created in 1970, were dismantled and replaced by independent colleges. According to Nicole Lefebvre, vice president of the CEGEP sector at the Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN), “The reasons given at the time to justify the transformation of these institutions included problems with identity, management, representation and finances. All these problems currently exist at Champlain Regional College.”

All stakeholders agree that a locally-appointed board of directors, with full representation from each region’s community and socio-economic groups and each institution’s students, staff and alumni, would allow services to be adapted to the priorities of each region. “With local stakeholders, we could develop initiatives based on regional realities. The result would be a more efficient use of resources that would benefit each community,” adds Richard Garneau, President of support staff at St-Lawrence campus. In its current form, the CRC has only one board of governors, which leads to significant representation problems for each campus.

The communities supporting this project hope their message will finally be heard. “To fulfill their missions fully, the three campuses of Champlain Regional College can and must do better through local governance with full autonomy,” concluded Benjamin Huot, President of the students’ association.

About
Teaching staff unions on the St. Lawrence and Saint-Lambert campuses are affiliated with the Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN). FNEEQ-CSN represents some 34,000 members in Québec CEGEPs and universities, as well as secondary and college-level private institutions. It is the most representative union organization in higher education in Québec.

Support staff unions on the St. Lawrence and Saint-Lambert campuses are affiliated with the Fédération des employées et employés des services publics (FEESP–CSN). It represents more than 4,500 members in 34 college institutions and two computer centres. FEESP–CSN represents more than 70% of college support staff.